Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Nouvel Obs vendu pour une bouchée de pain

26 mars 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le Nouvel Obs vendu pour une bouchée de pain

Le Nouvel Obs vendu pour une bouchée de pain

Le prix de vente annoncé était déjà peu élevé mais le prix réel révélé par Claude Perdriel ne laisse plus planer aucun doute : Le Nouvel Obs a été donné, pas acheté.

On nous avait annon­cé 13,8 mil­lions d’eu­ros. En réal­ité, Le Nou­v­el Obs, racheté à 65% par le trio BNP (Pierre Bergé, Xavier Niel, Matthieu Pigasse), a été cédé pour seule­ment 4,1 mil­lions d’eu­ros. C’est Claude Per­driel lui-même, le fon­da­teur de l’heb­do­madaire qui con­serve par ailleurs 33,5% des parts, qui l’a révélé alors qu’il était invité de l’association des jour­nal­istes médias (AJM) ce jeu­di 20 mars.

« Le prix de vente s’élève à 6,4 mil­lions d’euros, mais j’ai rever­sé 1,5 mil­lion au Nou­v­el Obser­va­teur pour par­ticiper aux dépens­es de restruc­tura­tion, ain­si que 900 000 euros que j’ai don­né à cer­tains jour­nal­istes à la suite de l’abandon de sup­plé­ments de salaires que je don­nais jusqu’ici sous forme de prime », a‑t-il expliqué avant de faire les comptes : « Au total, on arrive donc à un chiffre de 4,1 mil­lions d’euros. »

S’il recon­naît que « la valeur réelle de l’Observateur est très large­ment supérieure à ces 4,1 mil­lions d’euros », Claude Per­driel a « con­sid­éré [qu’il] ne pouvai[t] pas ven­dre le Nou­v­el Obser­va­teur et [qu’il] devai[t] le don­ner ». « J’ai essayé pen­dant longtemps de créer une fon­da­tion pour financer l’Observateur. Mais, en France, c’est impos­si­ble. Le fisc me volait immé­di­ate­ment 30 ou 40 mil­lions d’euros ! », a ajouté l’homme d’affaire.

Et de con­clure : « Cette somme de 4,1 mil­lions me donne un poids moral plus grand sur le Nou­v­el Obser­va­teur. » Claude Per­driel reste néan­moins pro­prié­taire du mag­a­zine économique Chal­lenges, de Sci­ence & Avenir, et patron de Télé Obs.

Voir notre portrait de Claude Perdriel

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.