Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Gag, quand Libération scrute un candidat de « droite »

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

18 mai 2021

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Gag, quand Libération scrute un candidat de « droite »

Gag, quand Libération scrute un candidat de « droite »

Temps de lecture : 3 minutes

Le quotidien spécialisé dans les « violences policières » enquête sur un candidat de « droite », Xavier Bertrand et ses « commandants » (Libération – 11 mai 2021 : « Les dix commandants de Xavier Bertrand ») ». De quoi faire trembler les bobos parisiens. D’autant que dans l’article de présentation, Dominique Albertini (généralement mieux inspiré) a découvert – horreur de l’horreur — le maillon faible de cette équipe : un ensemble « presque exclusivement masculin ».

« Un cer­cle plus rap­proché tra­vaille sur la stratégie de la cam­pagne, tan­dis que chez Les Répub­li­cains (LR), ses par­ti­sans renouent les liens entre Bertrand et le par­ti qu’il a quit­té en 2017. Autour du can­di­dat, on ne recon­naît qu’une lacune à cette équipe : son car­ac­tère presque exclu­sive­ment mas­culin. « La droite a un prob­lème sur ce sujet », avoue un proche.

Alber­ti­ni, chargé du FN-RN à Libé et co-auteur du livre His­toire du Front nation­al en 2013 chez Tal­landi­er, brosse le por­trait de ces dix com­man­dants dont le moins que l’on puisse dire est qu’ils sem­blent peu représen­tat­ifs ce que cer­tains appel­lent encore la « droite ».

Galerie de portraits, du quasi vegan à l’ami de Castex

Guil­laume Pelti­er, 44 ans, député : « ‘’Droite pop­u­laire’’ ? C’est le cré­do de Bertrand ; c’est aus­si, depuis des années, celui du vice-prési­dent de LR – héri­ti­er déclaré de Nico­las Sarkozy, cham­pi­on d’une ligne sécu­ri­taire, iden­ti­taire et’tra­vail­liste’’ ».

Damien Abad, 41 ans, député : « Chef de groupe, bosseur et con­sen­suel, bon com­mu­ni­quant, le quadra est aus­si un prag­ma­tique, dont on rap­pelle par­fois les fréquents change­ments d’écuries. Sou­tien de Bruno Le Maire lors de la pri­maire de 2016, il est libéral en matière économique, ouvert sur les ques­tions de société, et par­ti­san d’une oppo­si­tion’con­struc­tive’à Emmanuel Macron. »

Éric Diard, 55 ans, député : « Le Mar­seil­lais détonne surtout chez Les Répub­li­cains par son engage­ment tranché sur l’écologie et le bien-être ani­mal : cet ent­hou­si­aste végé­tarien se définit comme un’RPR ten­dance Green­peace’’. »

Michel Bet­tan, 54 ans, vice-prési­dent exé­cu­tif de Havas : « De 2004 à 2010, {il sera aux côtés de Gilles Car­rez] à la San­té, au Tra­vail puis à la tête de l’UMP. Chef ou directeur de cab­i­net, il recrutera au fil de ces fonc­tions deux fig­ures promet­teuses ; Jean Cas­tex et Gérald Dar­manin, avec lesquels il con­serve des rela­tions ami­cales – sans jamais, jure-t-il, par­ler poli­tique. »

Le pre­mier face à face LR-LREM dans les hauts de France risque vite de tourn­er au gag avec de tels con­seillers. Entre celui qui a recruté deux min­istres actuels, dont le Pre­mier, un éco­lo végé­tarien qui ne jure que par Green­peace, un autre qui souhaite une oppo­si­tion con­struc­tive avec Macron et un « tra­vail­liste » (?), l’opposition va être rude. A moins que cet « affron­te­ment » ne génère un nou­veau LREM :  Les Répub­li­cains en Marche !