Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Dominique Reynié

15 juin 2015

Temps de lecture : 16 minutes
Accueil | Portraits | Dominique Reynié

Dominique Reynié

Pur produit Sciences-Po « libéral-progressiste »

« Mais pré­vaut doré­na­vant l’outil de l’a­gen­da, du fil­tre, du tri. Il suff­i­sait, pour le com­pren­dre, d’ob­serv­er Dominique Reynié, pro­fesseur à Sci­ences-Po, débiter trois fois par jour, avec un culot d’aci­er, sa chronique « péd­a­gogique » sur i‑télévision. Selon lui, tout ce qui allait bien, on le devait à l’Eu­rope (…) À ce jeu-là, Dominique Reynié aurait mérité un Molière. À défaut d’avoir accru sa médiocre répu­ta­tion sci­en­tifique, sa car­rière dans les médias est assurée », Les nou­veaux chiens de garde, Nou­velle édi­tion actu­al­isée (2005) de Serge Hal­i­mi.

Omniprésent dans les médias, Dominique Reynié est également un habitué des think tanks, qu’ils soient mondiaux ou français, étatiques ou privés. Tour à tour présentateur, journaliste, spécialiste du Paysage Audiovisuel Français (PAF), professeur à Sciences-Po, il est rarement présenté comme le directeur général du cercle de réflexion, la « Fondation pour l’innovation politique » et jamais comme le héraut de l’idéologie libérale-libertaire à la sauce mondialiste. Chantre de la diversité, de la construction européenne fédéraliste, du mariage homosexuel et de l’économie libérale, il pourfend dès qu’il le peut le « populisme » et l’État nation.

Né en juin 1960 à Rodez, Dominique Reynié est mar­ié depuis 1997 avec Claudette Reynié (née Sadaj), fonc­tion­naire. Il inter­vient régulière­ment dans l’émis­sion d’Yves Calvi, « C dans l’air », sur France 5 et à la radio sur France Cul­ture. La société « DOMINIQUE REYNIE » est « spé­cial­isée dans le secteur d’ac­tiv­ité Con­seil pour les affaires et autres con­seils de ges­tion ». Sa femme créé en 2010 avec leur fils David, une « société de con­seil en com­mu­ni­ca­tion », Frenchy­mo­tion accom­pa­g­nant « les insti­tu­tions, entre­pris­es, per­son­nal­ités… dans la réso­lu­tion de prob­lé­ma­tiques de com­mu­ni­ca­tion et dans la recherche de solu­tions inno­vantes. » Frenchy­mo­tion assure des presta­tions de con­cep­tion d’identité graphique, de « sto­ry­telling » (« met­tre en mots le par­cours d’une vie, qu’elle soit pro­fes­sion­nelle ou privée, un événe­ment fon­da­teur, un savoir-faire, une réus­site etc.. et de touch­er le pub­lic dans sa dimen­sion affec­tive ») et de « per­son­al brand­ing » (« action glob­ale de con­struc­tion d’identité de soi qui exploite tous les sup­ports sus­cep­ti­bles d’assurer la pro­mo­tion de votre mar­que per­son­nelle. »). Elle gère par ailleurs un site d’informations attaquant les thès­es pop­ulistes en Europe (populisme.eu), mis en ligne après la sor­tie du livre de son mari Pop­ulismes : la pente fatale (Plon, 2011).

Depuis 2008, il est le directeur général du cer­cle de réflex­ion « la Fon­da­tion pour l’in­no­va­tion poli­tique ». Ce « think tank libéral, pro­gres­siste et européen » a longtemps été con­sid­éré comme la boîte à idées de l’UMP avant de s’en éloign­er de manière toute rel­a­tive. Elle s’est notam­ment posi­tion­né sur ses « 12 idées pour 2012 » en faveur du mariage homo­sex­uel, de la ges­ta­tion pour autrui (GPA), de la diver­sité…

Au print­emps 2015, il annonce sa can­di­da­ture aux élec­tions régionales du 6 et 13 décem­bre suiv­ants. Il dirig­era, sous les couleurs de l’UMP, la liste de droite et du cen­tre dans la région Langue­doc-Rous­sil­lon – Midi-Pyrénées. « Pen­dant la pre­mière par­tie de ma vie, j’ai fait le con­stat d’une sit­u­a­tion qui se dégrade. J’en ai tiré la con­clu­sion qu’il fal­lait que je m’engage et que j’agisse », a‑t-il con­fié au Monde pour jus­ti­fi­er cette voca­tion nou­velle.

Formation

« Pur pro­duit de Sci­ences-Po, il en a été diplômé en 1983, Dominique Reynié y enseigne les Sci­ences-Poli­tiques. »

Dominique Reynié sort diplômé de Sci­ences-Po Paris (IEP) en 1983. Il y sou­tient égale­ment son mémoire de DEA en Sci­ences-Poli­tiques l’année suiv­ante, en 1984, ain­si qu’une thèse de Doc­tor­at en 1994. Il est égale­ment agrégé en Sci­ences-Poli­tiques.

Parcours professionnel

Dominique Reynié est actuelle­ment pro­fesseur des uni­ver­sités à Sci­ences-Po, où il a dirigé l’Ob­ser­va­toire inter­ré­gion­al du poli­tique de 2002 à 2005 et le 3e cycle de mar­ket­ing de 1999 à 2006. Il a égale­ment été directeur du DESS « Études et straté­gies mar­ket­ing » de Sci­ences-Po, où il est actuelle­ment chargé du cours d’en­jeux poli­tiques en deux­ième année. Dominique Reynié a été expert auprès de la Com­mis­sion européenne (direc­tion de la com­mu­ni­ca­tion) dans le cadre du pro­gramme « The Future of Europe ». Il est par ailleurs mem­bre de la Com­mis­sion nationale con­sul­ta­tive des droits de l’homme et de l’Observatoire de la décen­tral­i­sa­tion du Sénat.

En 2012, Dominique Reynié est l’un des qua­tre présélec­tion­nés pour suc­céder à Richard Desco­ing à la tête de « Sci­ences-Po », par les comités d’in­struc­tion de la Fon­da­tion et de l’In­sti­tut d’é­tudes poli­tiques de Paris (Hervé Crès est nom­mé à ce poste fin octo­bre).

Médias

Il est jour­nal­iste au Figaro à par­tir de 1997 et chroniqueur à la rubrique « Analy­ses et sondages » d’avril à octo­bre 1999. Il est rem­placé par Patrick Buis­son (l’« ancien respon­s­able de Minute provoque des remous au Figaro. Mis devant le fait accom­pli, le poli­to­logue Dominique Reynié, qui réal­i­sait depuis avril une page sim­i­laire, a quit­té le jour­nal. ») Il réin­tè­gre la rédac­tion en 2000. A par­tir de 2004, il sem­ble ne pro­pos­er que des tri­bunes dans la rubrique « opin­ion ». Le quo­ti­di­en Libéra­tion accueille aus­si sa plume, il est auteur de quelques arti­cles au milieu des années 2000, avant d’être plusieurs fois inter­rogé par l’ancien jour­nal maoïste. Ses nom­breuses con­tri­bu­tions au Figaro, à Libéra­tion ou au Monde font de Dominique Reynié l’auteur de plusieurs cen­taines d’interviews ou de tri­bunes libres.

Il ani­me une chronique heb­do­madaire sur France Cul­ture inti­t­ulée « Le monde selon Dominique Reynié » où il fait part de son par­ti pris idéologique libéral en économie, lib­er­taire dans les mœurs, mon­di­al­iste et anti-pop­uliste.

Il est l’invité récurent à l’émis­sion d’Yves Calvi, « C dans l’air », sur France 5.

Parcours militant

Non ren­seigné

Ce qu’il gagne

Non ren­seigné

Publications

Travaux universitaires
  • L’Or­dre démoc­ra­tique : les fonde­ments pra­tiques d’une poli­tique de masse de type démoc­ra­tique. PhD diss, Insti­tut d’E­tudes Poli­tiques de Paris, 1994.
  • La Pen­sée poli­tique de Friedrich August von Hayek dans « Droit, lég­is­la­tion et lib­erté » : fonde­ments, présen­ta­tion et cri­tique. Mas­ter diss, Insti­tut d’E­tudes Poli­tiques de Paris, 1984.
  • Autour de l’affaire Kravchenko. Mas­ter diss, Insti­tut d’E­tudes Poli­tiques de Paris, 1983.
Ouvrages
  • La Com­péti­tiv­ité passe aus­si par la fis­cal­ité : nos idées pour adapter la loi de finances 2013 au pacte de com­péti­tiv­ité. (avec Car­doso, Aldo, Michel Didi­er, Bertrand Jacquil­lat), Fon­da­tion pour l’in­no­va­tion poli­tique, 2012.
  • Pop­ulismes : la pente fatale. Plon, 2011 (réédi­tion Pluriel, 2013).
  • Élec­tions européennes 2009 : analyse des résul­tats en Europe et en France (avec Deloy, Corinne, Pas­cal Per­rineau), Fon­da­tion pour l’in­no­va­tion poli­tique, 2009.
  • Après le 29 jan­vi­er : la fonc­tion publique con­tre la société civile ? Une ques­tion de jus­tice sociale et un prob­lème démoc­ra­tique, Fon­da­tion pour l’in­no­va­tion poli­tique, 2009.
  • Chirac : le pre­mier prési­dent d’un monde nou­veau, Plon, 2007.
  • Le ver­tige social-nation­al­iste : la Gauche du Non et le référen­dum de 2005, La Table ronde, 2005.
  • Les élec­tions européennes de juin 2004 (avec Deloy, Corinne), Press­es Uni­ver­si­taires de France, 2005.
  • La Frac­ture occi­den­tale : nais­sance d’une opin­ion européenne, La Table ronde, 2004.
  • Adresse européenne à Mon­sieur le Prési­dent de la République française. Notes de la Fon­da­tion Robert Schu­man (avec Corinne Deloy et François-Xavier Pri­ol­laud), Fon­da­tion Robert Schu­man, 2002.
  • Le Tri­om­phe de l’opinion publique : l’espace pub­lic français du XVIe au XXe siè­cle, Odile Jacob, 1998.
Directions d’ouvrages
  • L’Opin­ion européenne en 2014. Lignes de repères, 2014.
  • Inno­va­tion poli­tique 2014. Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 2014.
  • L’Opinion européenne en 2012. Fon­da­tion Robert Schu­man, 2012.
  • Valeurs partagées : face au boule­verse­ment des valeurs, la recherche d’un nou­veau con­sen­sus. Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 2012.
  • Les Droites en Europe. Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 2012
  • Inno­va­tion poli­tique 2012. Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 2011.
  • La Jeunesse du monde : une enquête plané­taire de la Fon­da­tion pour l’innovation poli­tique. Lignes de repères, 2011.
  • L’Opinion européenne en 2011. Fon­da­tion Robert Schu­man, 2011.
  • 2011, la jeunesse du monde : une enquête plané­taire de la Fon­da­tion pour l’innovation poli­tique. Paris: Lignes de repères, 2011.
  • L’Opinion européenne en 2010. Fon­da­tion Robert Schu­man, 2010.
  • Inno­va­tion poli­tique 2011. Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 2010.
  • L’Opinion européenne en 2009. Fon­da­tion Robert Schu­man, 2009.
  • L’Opinion européenne en 2008. Lignes de repères, 2008.
  • L’Opin­ion européenne en 2007. La Table ronde, 2007.
  • L’Extrême gauche : mori­bonde ou renais­sante ?, Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 2007.
  • L’Opin­ion européenne en 2006, La Table ronde, 2006.
  • L’Opinion européenne en 2005, La Table ronde, 2005.
  • Les Européens en 2004, Odile Jacob, 2004.
  • Les Européens en 2003, Odile Jacob, ; 2003.
  • L’Opin­ion européenne 2002, Press­es de Sci­ences-Po, 2002.
  • Dic­tio­n­naire du vote, Press­es Uni­ver­si­taires de France, 2001.
  • L’Opin­ion européenne 2001, Press­es de Sci­ences-Po, 2001.
  • L’Opin­ion européenne 2000, Press­es de Sci­ences-Po, 2000.
  • Le Vote incer­tain : les élec­tions régionales de mars 1998. Chroniques élec­torales, Press­es de Sci­ences-Po, 1999.
  • Poli­tiques de l’intérêt. Annales lit­téraires de l’U­ni­ver­sité de Franche-Comté 679, Besançon, Press­es uni­ver­si­taires de Franche-Comté, 1998.
  • Le Pou­voir de la rai­son d’État. Recherch­es poli­tiques, Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 1992.
  • La Rai­son d’État : poli­tique et ratio­nal­ité. Recherch­es poli­tiques, Press­es Uni­ver­si­taires de France (PUF), 1992.
  • Opin­ion publique et démoc­ra­tie : sémi­naire de l’É­cole nor­male supérieure, CNRS Edi­tions, 1987.

Collaborations

- Novem­bre 2013 : inter­venant au meet­ing « Le pro­grès, c’est nous ! » organ­isé par la Fon­da­tion pour l’innovation poli­tique. « Plus de 170 inter­venants (…) par­leront de notre Cité, des généra­tions qui vien­nent, du web, du cap­i­tal­isme social, du trans­port, de la ville, du tra­vail, de la crois­sance, de la san­té, de l’entreprise, de la fis­cal­ité, de la planète, du pou­voir ».

- Octo­bre 2013 : organ­isa­teur du col­loque « Ile-de-France : une région unique ? » avec Gué­naëlle Gault et Gilles Finchel­stein.

- Sep­tem­bre 2013 : invité par la fon­da­tion Coper­nic lors de la fête de l’Humanité organ­isée par le par­ti com­mu­niste français (PCF).

- Sep­tem­bre 2013 : invité chez l’écrivain Marek Hal­ter pour célébr­er le Nou­v­el An juif (Roch Hachana) avec notam­ment le pre­mier min­istre, Jean-Marc Ayrault, deux min­istres du gou­verne­ment : Yam­i­na Ben­guigui, min­istre déléguée auprès du min­istre des Affaires étrangères, chargée de la Fran­coph­o­nie et Michèle Delau­nay, min­istre déléguée auprès du min­istre des Affaires sociales et de la San­té, chargée des per­son­nes âgées et de l’Au­tonomie. « Le monde poli­tique, de droite comme de gauche était bien représen­té avec Harlem Désir, Pre­mier secré­taire du Par­ti Social­iste, David Assouline, Anne Hidal­go, Pierre Aiden­baum, Bernard Kouch­n­er, Valérie Pécresse, Frédéric Lefèb­vre, Nicole Guedj ou encore Jean-Jacques Curiel du Par­ti rad­i­cal. Par­mi les nom­breux représen­tants du monde de la presse : Chris­tine Ock­rent, Éti­enne Mougeotte, Alain Chouf­fan du Nou­v­el Obser­va­teur et Judith Wain­traub du Figaro. On notait égale­ment la présence de Samuel Pis­ar et de son épouse, de Gérard et Claude Unger, de Car­o­line Fourest, de Gérard Miller, de François Weil, recteur de l’A­cadémie de Paris, du pro­fesseur Philippe Théry, du pro­duc­teur Tarek Ben Ammar, de Duc Co Minh, prési­dent du Club d’Ini­tia­tive des Français d’O­rig­ine Asi­a­tique, de Claude Barouch de l’UPJF et de son épouse, d’ Hen­ri Cukier­man et de son épouse, de Macha Méril et de Chan­tal Thomass. Très entouré, l’i­mam de Dran­cy, Has­sen Chal­go­u­mi, récem­ment vic­time d’une agres­sion en Tunisie, se déplaçait dif­fi­cile­ment avec des béquilles. À ses côtés, très pro­tecteur, le père Alain Mail­lard de la Morandais. Plusieurs respon­s­ables du CRIF étaient présents : Jean-Pierre Allali et Arié Bensemhoun, mem­bres du Bureau Exé­cu­tif, Paul Rechter, con­seiller du prési­dent Roger Cukier­man, et Patrick Klug­man, mem­bre du Comité directeur. »

- Mai 2013 : il par­ticipe à l’« Abécé­daire de la diver­sité » de Muriel JAOUËN. Présen­ta­tion : « La diver­sité, dans la vie poli­tique, dans la vie sociale ou dans l’entreprise, tout le monde est pour. Et pour­tant, le chemin vers une France réelle­ment diverse est semé d’embûches… Mais au fait, c’est quoi, la diver­sité ? »

- Jan­vi­er 2013 : invité au débat « L’ouverture du mariage civ­il aux cou­ples de même sexe est-elle un pro­grès ? » organ­isé par le think tank « human­iste et pro­gres­siste », L’atelier de la République.

- Avril 2013 : par­tic­i­pant au six­ième salon du livre de la Ligue inter­na­tionale con­tre le racisme et l’an­tisémitisme (LICRA) Paris à un débat « Le nou­v­el anti­sémitisme et les moyens pour le com­bat­tre » avec les chercheurs Jean-Yves Camus, Frédéric Encel, Antoine Sfeir, l’imam Has­sen Chal­ghou­mi et l’écrivain Marek Hal­ter.

- Décem­bre 2012 : inter­venant lors du 3ème forum des Think tanks comme directeur à la Fon­da­tion pour l’innovation poli­tique à la table ronde « Com­ment attein­dre le bon équili­bre budgé­taire ? »

- Novem­bre 2012 : con­férenci­er sur le thème « L’é­tat de l’opin­ion publique européenne » organ­isé par la Com­mis­sion Européenne.

- Juin 2012 : Con­férenci­er sur le thème « Mau­vais temps, mau­vais­es pen­sées : les pop­ulismes et l’opinion xéno­phobe en France et en Europe » lors d’une con­férence organ­isée par la Ligue inter­na­tionale con­tre le racisme et l’an­tisémitisme (LICRA) Paris.

- Jan­vi­er 2012 : inter­venant aux Journées de Nantes, le 21 jan­vi­er 2012, pour débat­tre du pop­ulisme avec Jean-François Kahn et Lau­rent Bou­vet (Table-ronde « le peu­ple est-il con­damné à vers­er dans le pop­ulisme ? »).

- Novem­bre 2011 : inter­venant lors du col­loque sur le thème de « L’engagement » organ­isé par le club de réflex­ion Fon­da­tion ADN (Action-durable-nova­trice).

- Novem­bre 2011 : inter­venant lors du Deux­ième forum des Think tanks comme directeur à la Fon­da­tion pour l’innovation poli­tique à la table ronde « Pré­par­er le futur ».

- Décem­bre 2010 : inter­venant lors de la journée « Les États de la France » à la table ronde « Con­jonc­ture poli­tique ». Ces journées annuelles ont été créées en 2006 par le lob­by­iste Denis Zervu­dac­ki (prési­dent de la société DZA), secré­taire général de la branche française du groupe mon­di­al­iste l’Aspen Insti­tute (voir biogra­phie).

- Novem­bre 2010 : inter­venant lors du Pre­mier forum des Think tanks comme directeur à la Fon­da­tion pour l’innovation poli­tique à la table ronde « Quel(s) moteur(s) pour la crois­sance ? ».

- Avril 2009 : inter­venant lors de la 18ème journée du Livre Poli­tique organ­isée par l’association Lire la poli­tique sur le thème « L’État, une pas­sion française ? »

- Novem­bre 2008 : inter­venant lors de l’université d’automne du Mou­ve­ment Européen au débat « Com­ment ren­dre les élec­tions européennes plus authen­tique­ment européennes ? » où il présente l’état de l’opinion publique. Le Mou­ve­ment Européen a été fondé suite au Con­grès de la Haye en 1948, son pre­mier prési­dent était Win­ston Churchill et sa créa­tion s’est faite sous l’im­pul­sion de plusieurs grands hommes poli­tiques européens de toute ten­dance poli­tique comme Léon Blum ou Alcide De Gasperi. Actuelle­ment, il regroupe les par­tis et asso­ci­a­tions œuvrant à la créa­tion d’une Europe fédérale. Ce mou­ve­ment est soutenu finan­cière­ment par divers­es entre­pris­es comme Total, Sanofi, Pern­od Ricard, Sncf, la Caisse des dépôts, etc…

- Juin 2008 : inter­venant au débat « L’Europe sur inter­net » lors des deux­ièmes états généraux de l’Europe organ­isés par le Mou­ve­ment Européen, Notre Europe et EuropaNo­va.

- 2007 : invité de l’association Europarte­naires sous la prési­dence de Jean-Noël Jeanneney et d’Elisabeth Guigou sur le thème « L’opinion publique face à la con­struc­tion européenne : por­teuse ou rebelle ? »

- 2005 : favor­able au “Oui” au référen­dum français sur le traité étab­lis­sant une con­sti­tu­tion pour l’Eu­rope selon « Les nou­veaux chiens de garde Nou­velle édi­tion actu­al­isée (2005) et aug­men­tée » de Serge Hal­i­mi : « Quoi, le peu­ple des Lumières, qui dis­pose à la fois pour son instruc­tion des chroniques et com­men­taires favor­ables au “oui” d’Alain Duhamel, de Syl­vain Bourmeau, de Dominique Reynié, d’Edwy Plenel et d’Alexan­dre Adler (…) Il suff­i­sait, pour le com­pren­dre, d’ob­serv­er Dominique Reynié, pro­fesseur à Sci­ences-Po, débiter trois fois par jour, avec un culot d’aci­er, sa chronique « péd­a­gogique » sur i‑télévision. Selon lui, tout ce qui allait bien, on le devait à l’Eu­rope ; tout ce qui allait mal, à l’ab­sence de Con­sti­tu­tion. Pro­grès de la par­ité dans les Assem­blées ? Droit des salariés ? Démis­sion d’un min­istre trop prodigue des deniers publics ? C’est l’Eu­rope, évidem­ment ! Une cir­cu­laire dis­cutée ? Une diplo­matie de l’U­nion sans inspi­ra­tion ? Les délo­cal­i­sa­tions ? C’est l’ab­sence de Con­sti­tu­tion, bien sûr ! À ce jeu-là, Dominique Reynié aurait mérité un Molière. À défaut d’avoir accru sa médiocre répu­ta­tion sci­en­tifique, sa car­rière dans les médias est assurée. »

Il l’a dit

« Elu prési­dent social­iste dans un monde où le social­isme a dis­paru, François Hol­lande décou­vre que le nou­v­el état des choses ne laisse aucune place au social­isme d’hi­er et que son par­ti n’a rien pré­paré pour le monde d’au­jour­d’hui. Après avoir inutile­ment accusé l’ar­gent, l’eu­ro puis l’Alle­magne, François Hol­lande devrait dire adieu au social­isme et définir enfin une autre poli­tique lui per­me­t­tant de retrou­ver un rôle dans l’his­toire », « Dis­ons adieu au social­isme », lemonde.fr, 30/04/2013

« Cette mar­que com­bine deux élé­ments. Un dis­cours pop­uliste et xéno­phobe d’une part et, d’autre part, des actes de rup­ture avec les con­ven­tions du sys­tème répub­li­cain. Cette dernière dimen­sion est asso­ciée à l’im­age du prési­dent du FN. (…)Pour les jusqu’au-boutistes, délepéni­sa­tion sig­ni­fie retour aux fon­da­men­taux, à la mar­que FN et son dis­cours fas­ciste. Mais le retour à la doc­trine pure entraîne aus­si le risque de se voir reléguer aux marges élec­torales. Avec des con­séquences finan­cières énormes pour un par­ti qui dépend des sub­ven­tions publiques, « A moins de jouer la surenchère, l’héri­ti­er ne pour­ra faire aus­si bien », liberation.fr, 17/10/2005

« Je pré­conise un débat sub­stantiel, tran­quille, sur la recom­po­si­tion de nos sociétés, plutôt que sur l’immigration. Il faut dis­cuter col­lec­tive­ment des prob­lèmes engen­drés par la recom­po­si­tion eth­no­cul­turelle », « Les pop­ulistes se présen­tent comme les nou­veaux résis­tants », Le Cer­cle de la Licra, 10/07/2012

« Je m’inscris dans l’hu­man­isme philosophique, juridique et les droits de l’homme. Je suis en faveur de la for­mal­i­sa­tion d’un principe selon lequel la recon­nais­sance que l’on peut accorder à des groupes sin­guliers ne saurait être détournée pour con­tester les principes fon­da­men­taux de la société qui autorise et organ­ise une telle recon­nais­sance. La voie assim­i­la­tion­niste n’est pas non plus la bonne car nous sommes dans des sociétés hétérogènes, glob­al­isées. Je défends donc plutôt une diver­sité réglée et lim­itée. Il ne faut pas que la seule expres­sion de la diver­sité soit la diver­sité eth­nique ou religieuse. Il y a une plu­ral­ité de vie dans la com­mu­nauté que nous for­mons. Tout en posant des principes essen­tiels que per­son­ne ne peut trans­gress­er : égal­ité, dig­nité…, les indi­vidus peu­vent à l’intérieur de cette société de la diver­sité choisir leur sex­u­al­ité, leur reli­gion », Ibid.

« Thi­lo Sar­razin, tou­jours mem­bre du SPD, a écrit un livre authen­tique­ment raciste dans lequel il indi­quait que les Turcs dégradaient la qual­ité du peu­ple alle­mand. C’est un livre ter­ri­ble qui est d’ailleurs le best sell­er depuis 1945 en Alle­magne », « Le Face à Face Manuel Valls », BFMTV, 10/03/2013

« Soyons clairs : ou bien le Par­ti social­iste change de nom et renonce défini­tive­ment à la classe ouvrière, ou bien il s’attache à con­va­in­cre une par­tie des ouvri­ers », « Les clartés de Dominique Reynié sur le vote ouvri­er », lepoint.fr, 01/02/2012

« La sou­veraineté nationale ne devrait plus être en droit d’interférer avec la con­struc­tion européenne », cité dans la revue Con­tro­ver­s­es n°11 dans l’article « L’empire européen uni­versel con­tre le sou­verain­isme améri­cain », mai 2009

« Parce que l’immigration favorise l’entrée de jeunes act­ifs dans des pays âgés, elle con­stitue une solu­tion irré­sistible pour assur­er la via­bil­ité des poli­tiques sociales en général et du régime des retraites en par­ti­c­uli­er », « Immi­gra­tion ou retraites ? », populisme.eu, 26/04/2011

« Une chose est sûre : le pop­ulisme n’est pas un prob­lème qui se pose à la droite, mais un prob­lème qui se pose à la France et à l’Eu­rope. (…) Dans la décen­nie qui vient, les par­tis de gou­verne­ment, les États et l’U­nion européenne devront imag­in­er la réponse adéquate à ce puis­sant phénomène poli­tique car il est poten­tielle­ment dévas­ta­teur », « La mon­tée du FN, un prob­lème qui ne se pose pas qu’à la droite française », lemonde.fr, 30/03/2011

« En accep­tant d’ou­vrir les négo­ci­a­tions en vue d’une adhé­sion future de la Turquie, l’Eu­rope apportera la démon­stra­tion qu’il est pos­si­ble de con­stru­ire un pro­jet com­mun à par­tir de nos his­toires et de nos cul­tures, à la fois proches et dif­férentes, dis­tinctes et si étroite­ment mêlées, loin du con­flit des civil­i­sa­tions qui lais­serait à nos enfants un champ de ruines en héritage. Avec la Turquie, l’Eu­rope sera incom­pa­ra­ble­ment plus riche et plus puis­sante. Elle aug­mentera sen­si­ble­ment ses chances de devenir un acteur majeur de la scène mon­di­ale. Elle sera plus proche d’Is­raël, plus capa­ble de favoris­er le règle­ment de la ques­tion pales­tini­enne, plus apte qu’au­jour­d’hui à peser sur l’avenir du Proche et du Moyen-Ori­ent. Elle ray­on­nera jusqu’en Asie. Peut-être plus que tout, l’ou­ver­ture des négo­ci­a­tions offrira enfin aux pays musul­mans une alter­na­tive heureuse. Ce ne sera ni sim­ple ni rapi­de, mais les œuvres qui comptent le sont-elles jamais ? Pour une Europe empêtrée, vieil­lis­sante, con­ser­va­trice et si crain­tive, si nos­tal­gique de sa grandeur passée, y a‑t-il plus belle occa­sion de renouer avec la vie et de repren­dre part à la marche du monde ? », « Un grand pays musul­man tourné vers l’Eu­rope », Le Figaro, 20/07/2004.

Sa nébuleuse

Fondation pour l’innovation politique (Fondapol)

Dominique Reynié dirige depuis octo­bre 2008 la Fon­dapol, qui selon le site d’informations Médi­a­part, est avec « l’institut Mon­taigne, les deux prin­ci­paux think tanks de France en ter­mes de moyens, et aus­si les mieux con­nec­tés au monde de l’entreprise. » Fondée en avril 2004 avec le sou­tien de l’UMP, par l’industriel (ancien PDG de Suez Lyon­naise des Eaux) et homme poli­tique (arti­san de la fon­da­tion du RPR avec M. Chirac, dont il est directeur de cab­i­net à Matignon en 1975. En 1976, il devient le pre­mier secré­taire général du RPR) Jérôme Mon­od, un proche de Jacques Chirac, qu’il a présidée jusqu’au 14 octo­bre 2004 et dont il demeure prési­dent d’hon­neur. « A en croire Dominique Reynié, l’idée d’une “règle d’or” inscrite dans la Con­sti­tu­tion en matière de déficits publics éman­erait ain­si de la fon­da­tion qu’il dirige depuis 2008. “La dette est un de nos sujets cen­traux. Et la note de Jacques Delpla, en date du 27 jan­vi­er 2010, inti­t­ulée « Réduire la dette grâce à la Con­sti­tu­tion : créer une règle budgé­taire en France », a été reprise par le chef de l’État.” » (Medi­a­part). Le con­seil de sur­veil­lance de la Fon­dapol est com­posé entre autres de Nico­las Bazire, prési­dent, Charles Beigbed­er, vice-prési­dent, Jérôme Mon­od ou Fran­cis Mer. Lors des élec­tions prési­den­tielles de 2012, la Fon­da­tion a livré sa vision doc­tri­nale libérale (dans les affaires) lib­er­taires (pour la société) : « L’idée présen­tée ici est d’abord celle d’une société libérale, parce que fondée sur la lib­erté de ses mem­bres. Laiss­er faire l’entrepreneur, l’individu et le citoyen, c’est leur faire con­fi­ance. Leur deman­der des comptes, c’est les inviter à être respon­s­ables, c’est les exhort­er à préserv­er, à faire vivre et à trans­met­tre l’héritage des lib­ertés. (…) société pro­gres­siste, attachée à l’amélioration des con­di­tions économiques, sociales et cul­turelles de tous ; une société ouverte à la diver­sité des orig­ines, à la diver­sité des modes de vie, ren­due pos­si­ble par l’allégeance de cha­cun à des valeurs com­munes. (…) société européenne, volon­taire­ment liée à ses voisins, proches ou plus loin­tains, dans le cadre d’une asso­ci­a­tion réu­nis­sant des puis­sances publiques nationales sous la forme d’une puis­sance publique sup­plé­men­taire et com­mune, capa­ble de défendre et de pro­mou­voir l’idéal libéral et social qui a fait la grandeur du Vieux con­ti­nent et qui con­stitue sa moder­nité, tou­jours iné­galée », « L’idée d’une société libérale, pro­gres­siste et européenne », fondapol.org, 14/02/2012

Jérôme Monod

Né le 7 sep­tem­bre 1930, Jérôme Mon­od est, selon le soci­o­logue Paul Lagneau-Ymon­et, un « con­seiller poli­tique de Jacques Chirac et ancien prési­dent de la Lyon­naise des Eaux, qui des décen­nies durant a « arrosé » le per­son­nel et les appareils poli­tiques pour s’as­sur­er de juteux con­trats de ges­tion des eaux, le prési­dent de la FONDAPOL est formel : “je trac­erai une ligne blanche entre mes dif­férentes fonc­tions”.“ [La Fon­da­tion] n’a et n’au­ra pas d’at­tach­es par­ti­sanes dans aucun par­ti […]. Aucun élu poli­tique ne sera présent au con­seil de sur­veil­lance” ». L’un des arti­sans de la fon­da­tion du RPR avec M. Chirac, dont il est directeur de cab­i­net à Matignon en 1975. En 1976, il devient le pre­mier secré­taire général du RPR. Le par­ti de droite ain­si unifié rem­porte alors toutes les élec­tions (can­tonales, munic­i­pales, lég­isla­tives…) jusqu’en 1978. Il rede­vient un des plus proches con­seillers de Jacques Chirac en 2000, pour pré­par­er à la fois l’élec­tion prési­den­tielle de 2002 et la créa­tion de l’U­nion pour un mou­ve­ment pop­u­laire (UMP). Véri­ta­ble « émi­nence grise » du Prési­dent Chirac avec Alain Jup­pé qui devient prési­dent de l’UMP, il a par­ticipé de près aux trac­ta­tions internes à cette for­ma­tion, y com­pris dans la pré­pa­ra­tion des élec­tions régionales de 2004 (il aurait notam­ment pro­posé des postes sur les listes des élec­tions européennes de 2004 aux anciens min­istres comme Rose­lyne Bach­e­lot-Nar­quin, Noëlle Lenoir ou Luc Fer­ry). Il fait par­tie des groupes d’influences mon­di­al­istes comme du comité d’orientation de l’ERT (Euro­pean Round table) fondée en 1983 par Pehr Gustaf Gyl­len­ham­mar et Wisse Dekker, respec­tive­ment patron de Vol­vo et Philips ou a été coprési­dent le TABD (Transat­lantic Busi­ness Dia­logue) et agit au titre de la com­mu­nauté des affaires européennes. Le TABD prône une uni­fi­ca­tion des normes de part et d’autre de l’Atlantique. Il a été mem­bre de la Fon­da­tion Con­corde proche de Jacques Chirac qui regroupe divers­es per­son­nal­ités en vue notam­ment de « pro­mou­voir l’ac­tiv­ité économique et l’en­tre­pre­neuri­at ».

Fondation Schuman

Dominique Reynié dirige depuis une dizaine d’années l’ouvrage « L’opinion européenne », doc­u­ment « unique en son genre » car il pro­pose « un décryptage des ques­tions qui tra­versent les opin­ions publiques européennes. Sous la direc­tion de Dominique Reynié, une équipe d’au­teurs, d’hori­zons mul­ti­ples, éclaire les opin­ions et com­porte­ments européens ».

La Fon­da­tion Robert Schu­man œuvre depuis 1991 « en faveur de la con­struc­tion européenne. » Lab­o­ra­toire d’idées, « établi à Paris et à Brux­elles, la Fon­da­tion Robert Schu­man est un lieu de tra­vail en réseau ouvert et multi­na­tion­al. Elle s’est don­née pour prin­ci­pale mis­sion de garder vivants l’e­sprit et l’in­spi­ra­tion d’un des “Pères de l’Eu­rope”, Robert Schu­man et de pro­mou­voir les valeurs et les idéaux européens à l’in­térieur comme hors des fron­tières de l’U­nion ».

Ils ont dit

« Pur pro­duit de Sci­ences-Po, il en a été diplômé en 1983, Dominique Reynié y enseigne les Sci­ences-Poli­tiques », « Exclu­siv­ité – Dominique Reynié : « Mon pro­jet pour Sci­ences-Po », lemonde.fr, 03/10/2012

« Mais pré­vaut doré­na­vant l’outil de l’a­gen­da, du fil­tre, du tri. Il suff­i­sait, pour le com­pren­dre, d’ob­serv­er Dominique Reynié, pro­fesseur à Sci­ences-Po, débiter trois fois par jour, avec un culot d’aci­er, sa chronique « péd­a­gogique » sur i‑télévision. Selon lui, tout ce qui allait bien, on le devait à l’Eu­rope; tout ce qui allait mal, à l’ab­sence de Con­sti­tu­tion. Pro­grès de la par­ité dans les Assem­blées? Droit des salariés? Démis­sion d’un min­istre trop prodigue des deniers publics? C’est l’Eu­rope, évidem­ment! Une cir­cu­laire dis­cutée? Une diplo­matie de l’U­nion sans inspi­ra­tion? Les délo­cal­i­sa­tions? C’est l’ab­sence de Con­sti­tu­tion, bien sûr! À ce jeu-là, Dominique Reynié aurait mérité un Molière. À défaut d’avoir accru sa médiocre répu­ta­tion sci­en­tifique, sa car­rière dans les médias est assurée », Les nou­veaux chiens de garde Nou­velle édi­tion actu­al­isée (2005) de Serge Hal­i­mi.

Crédit pho­to : fon­dapol via Flickr (cc)

Voir aussi

Related Posts

Censure dans les médias et sur les réseaux sociaux

L'étau se resserre chaque semaine sur la liberté d'opinion et d'expression. Pour combattre la censure il faut déjà l'identifier.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).