Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Portrait : Robert Namias [rediffusion]

23 août 2015

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Portrait : Robert Namias [rediffusion]

Portrait : Robert Namias [rediffusion]

Robert Namias,
le dernier chiraquien

« Alter­na­tive­ment, le pays se nour­rit d’une pen­sée de droite et d’une pen­sée de gauche. Mais, sur 8 mil­lions de téléspec­ta­teurs, on a 1,3 mil­lion de lep­énistes. Ce n’est pas en mon­tant au créneau que l’on va résoudre le prob­lème. Dès que nous attaquons le Front nation­al, nous recevons des tonnes d’ap­pel. Finale­ment le point prin­ci­pal, c’est la façon dont on analyse l’im­mi­gra­tion. Il ne faut pas avoir peur d’ex­pli­quer que l’im­mi­gra­tion est un prob­lème d’emploi », Libéra­tion, 1996.

Robert Lionel Namias, petit fils d’un juif apa­tride de Salonique, est né en avril 1944 à Paris. Il est mar­ié à la pro­duc­trice de télévi­sion Anne Bar­rère, est père de deux enfants issues de son pre­mier mariage, Fabi­en (ancien rédac­teur en chef des ser­vices poli­tique et économique de la rédac­tion de France 2, et actuel directeur général d’Europe 1), et Nico­las, sor­ti de l’ENA en 2003, actuel directeur de la stratégie de Natix­is et nom­mé à Matignon en 2012 où il exerce le poste de con­seiller tech­nique auprès du Pre­mier Min­istre pour le finance­ment de l’économie, les entre­pris­es et les affaires économiques inter­na­tionales.

Robert Namias est com­man­deur de la Légion d’honneur et de l’Ordre des Arts et Let­tre, il est égale­ment Offici­er de l’Ordre Nation­al du Mérite.

Formation

Robert Namias est tit­u­laire d’une licence de let­tres et d’un diplôme d’études supérieures en philoso­phie (Uni­ver­sité Paris 1 Pan­théon-Sor­bonne). Il a rédigé son mémoire de DES sur « la notion de classe chez Marx » (1967).

Parcours professionnel

Robert Namias a briève­ment enseigné la philoso­phie avant de se lancer dans une car­rière de jour­nal­iste sur les ondes radio de RTL.

1968–1969

Robert Namias entre à RTL en tant que rédac­teur et reporter.

1969–1982

Il rejoint la radio Europe 1 où il assure le poste de chroniqueur pour ensuite devenir en 1970 présen­ta­teur de jour­naux et finir par inté­gr­er le ser­vice poli­tique en 1971. En 1978, il devient rédac­teur en chef, poste qu’il assume jusqu’à son départ d’Europe 1.

En par­al­lèle à ses activ­ités radio­phoniques, Robert Namias donne des cours au CFJ durant sept années (1976–1983). Il sera égale­ment vice-prési­dent de l’école durant qua­tre ans.

1983

Tou­jours à Europe 1 il fonde, avec Benoit Clair (jour­nal­iste et écrivain), et Alexan­dre Mar­cellin, la radio parisi­enne : 95.2 FM.

1984

Robert Namias quitte Europe 1 pour la télévi­sion. Il ren­tre alors à FR3 en tant que jour­nal­iste pour un pro­gramme médi­cal ain­si qu’une émis­sion poli­tique « Face à la 3 ».

1986

Il intè­gre TF1 en tant que jour­nal­iste pour l’émission « Médecines à la une », pour ensuite devenir copro­duc­teur de « San­té à la une », rôle qu’il tien­dra jusqu’en 1994. Robert Namias est aus­si rédac­teur en chef et présen­ta­teur de « Une pre­mière » dès 1987.

1990

Il devient chef du ser­vice économique, vie mod­erne, arts et spec­ta­cles de TF1.

1991

Robert Namias est pro­mu directeur-adjoint de la rédac­tion de TF1. Cette même année, il devient égale­ment rédac­teur en chef du JT de 20 heures aux cotés de PPDA.

1992

Il devient directeur de la rédac­tion de TF1, un poste qu’il gardera jusqu’en 1996.

1994

La prési­dence de la com­mis­sion inter­min­istérielle con­sacrée à la vitesse et à la sécu­rité routière est con­fiée à Robert Namias. Une mis­sion qui don­nera lieu à un rap­port pub­lié l’année suiv­ante.

1996

Robert Namias est directeur de l’information. En accep­tant ce poste, TF1 espère ain­si met­tre un homme « pas trop poli­tique, (…) cen­sé laver TF1 de son attache­ment à Bal­ladur » à la tête de l’information (source : Libéra­tion).

2003

Il devient prési­dent du Con­seil Nation­al de la Sécu­rité Routière (CNRS). Pen­dant ce temps Anne Bar­rère, son épouse, est la con­seil­lère per­son­nelle de Bernadette Chirac dans l’opération « Pièces jaunes ».

2005

Robert Namias est nom­mé directeur-général-adjoint chargé de l’information de TF1.

2008

Robert Namias quitte la direc­tion de l’information de TF1 à 64 ans, rem­placé par Jean-Claude Dassier (directeur général de LCI). Au même moment, PPDA est évincé du 20 heures de TF1.

Cette même année Robert Namias rejoint Pub­li­cis Groupe en tant que con­seiller du prési­dent et vice-prési­dent de Pub­li­cis Con­sul­tants.

2009

Robert Namias crée une nou­velle radio d’informations dif­fusée avec les moyens tech­niques de Goom Radio (Wikipé­dia : bou­quet de webra­dios et radios numériques, prestataire de dif­fu­sion pour de grandes mar­ques désir­ant dévelop­per une webra­dio).

Il par­ticipe à l’émission « Les grandes voix d’Europe 1 » et est édi­to­ri­al­iste sur i>Télé.

2010

Il démis­sionne de Pub­li­cis.

2011

Robert Namias devient le PDG de l’hebdomadaire L’Hémicycle, un jour­nal d’actualité et de débat plu­ral­iste qui est ouvert à tous les courants poli­tiques. Dans celui-ci nous pou­vons retrou­ver en sig­na­ture des arti­cles : Michèle Cot­ta, Brice Tein­turi­er, Éric Fot­tori­no, Philippe tes­son, Bruno Jeudy. Il par­ticipe aus­si à la mati­nale de LCP.

2013

Le nom de Robert Namias com­mence à être évo­qué pour pren­dre les rênes du jour­nal Nice-Matin à la place d’Olivi­er Bis­caye. Finale­ment des désac­cords entre Benard Tapie et Robert Namias retarderont cette arrivée.

2014

Il devient le prési­dent du direc­toire et directeur des rédac­tions de Nice-Matin.

2015

Robert Namias est fait com­man­deur de la Légion d’Honneur.

Lire la suite : ojim.fr/portraits/robert-namias/

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision