Accueil | Actualité de l'Ojim | Le Père Noël de l’Observatoire du journalisme
Pub­lié le 15 décembre 2017 | Éti­quettes : , ,

Le Père Noël de l’Observatoire du journalisme

Les lecteurs de l’Observatoire ont vu leurs chaussures déposées sous le sapin bien garnies ces dernières semaines : de nombreux portraits actualisés comme celui d’Étienne Mougeotte, d’Éric Naulleau, d’Abel Mestre, du prophète islamophile Edwy Plenel dont nous avions aussi réalisé un portrait vidéo particulièrement fouillé. L’actualité nous a également permis de revenir longuement sur la guerre médiatique entre Médiapart du même Plenel et Charlie Hebdo.

Nous vous avons emmené au cœur de la politique de communication de l’Union Européenne qui vise à imposer une véritable censure sémantique auprès des journalistes. Une censure allègrement pratiquée par la branche suisse de Reporters Sans Frontières qui demande benoîtement l’annulation d’une conférence sur les liens entre les « Casques blancs » syriens et les différentes mouvances islamistes. Toujours en Suisse nous avons révélé au public français via notre confrère L'Antipresse qu’un ministre pouvait – à son corps défendant ?- pratiquer les fake news, version modernisée du bon vieux bobard.

Nous avons décortiqué pour vous l’émission 28 Minutes sur Arte et sur sa séquence Désintox co-produite avec le quotidien Libération, un exemple presque chimiquement pur de déformation systématique de l’information. Un exercice pas si différent de celui du militant politique Nicolas Demorand qui remplit son magistère chaque matin sur France Inter. Nous avons également disséqué les attitudes fort hétérogènes du Monde et de Marianne devant le nouvel antisémitisme en France, les silences gênés du premier et le mordant du second.

Nous avons publié la quatrième et dernière partie de notre enquête sur la mainmise médiatique du général américain David Petraeus ancien bourreau de la Serbie qui est en train de racheter la plus grande partie des médias des Balkans. Cette grande enquête, qui a nécessité de longues semaines d’investigation sur de nombreux plans, financier aussi bien que militaire et politique, est une exclusivité de l’Observatoire.

Cette seule enquête menée sur place par un spécialiste a coûté plusieurs milliers d’euros. Nous rémunérons par ailleurs la plus grande partie de nos rédacteurs. Nous avons déjà lancé la semaine dernière un appel à votre solidarité, merci à ceux qui ont déjà répondu. Pour les autres il est encore temps, il reste un peu moins de trois semaines pour bénéficier du reçu fiscal de 66% au titre de vos revenus de 2017. Si vous voulez nous revoir en 2018, vous pouvez nous aider de manière très concrète. D’avance merci.

Claude Chollet
Président

[totaldonations campaign="OJIM 12-2017" ]

Si vous ne souhaitez pas utiliser PayPal, vous trouverez ci-dessous notre IBAN :

FR76 3000 3030 5200 0505 4097 265 (Société Générale)
Bénéficiaire : OJIM, 48 boulevard de la Bastille 75012 Paris.
Par chèque à l'ordre de OJIM, 48 boulevard de la Bastille 75012 Paris.

Crédit photo : annca via pixabay (cc)

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This