Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | not_global | Suisse : un bobard à huit milliards de francs
Suisse : un bobard à huit milliards de francs

12 novembre 2017

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | not_global | Suisse : un bobard à huit milliards de francs

Suisse : un bobard à huit milliards de francs

Suisse : un bobard à huit milliards de francs

Depuis l’élection de Donald Trump et le Brexit, les éditorialistes de la presse dominante en cherchent avec désespoir les causes et enfin croient avoir trouvé : ce sont les « fausses nouvelles » (fake news) qui ont induit le bon peuple en erreur. Ces fausses nouvelles ne sont que le recyclage des bons vieux bobards d’antan. Bobards de guerre (les Allemands mangent les petits enfants), de science-fiction (les reptiliens sont parmi nous) ou de pure fantaisie (le pape est devenu vegan). Nous ne résistons pas au plaisir d’emprunter à notre confrère d’antipresse un joli bobard suisse.

Cha­cun sait ou croit savoir que la Suisse est neu­tre ce qui lui a per­mis d’échapper aux deux guer­res civiles européennes du siè­cle dernier et à leur mas­sacre. Mais cette neu­tral­ité est toute rel­a­tive depuis les con­flits dans les Balka­ns. Inter­rogé par la radio suisse le 9 novem­bre 2017, Guy Parmelin (UDC, droite con­ser­va­trice), équiv­a­lent de notre min­istre de la défense, jus­ti­fi­ait le prochain renou­velle­ment de la flotte aéri­enne suisse (avions améri­cains) par de nou­veaux avions, améri­cains eux aussi :

« lors de la «guerre du Koso­vo ou de la guerre du Golfe, nos avions ont dû inter­venir pour faire respecter notre neu­tral­ité en inter­dis­ant à des avions armés étrangers de sur­v­ol­er notre État.»

Une aimable pan­talon­nade, car quels sont les avions sus­cep­ti­bles d’avoir sur­volé la Suisse ou de la sur­v­ol­er dans le futur ? Sinon ceux de l’OTAN. Lors des con­flits en Bosnie les avions de l’OTAN avaient bien l’autorisation de sur­v­ol­er la Suisse, il en fût de même lors de la guerre con­tre la Libye quelques années plus tard. On imag­ine mal l’aviation suisse équipée d’avions améri­cains inter­dire le sur­vol du ter­ri­toire nation­al à d’autres avions eux aus­si améri­cains ou provenant de puis­sances liées à l’OTAN. Alors ? Alors le bobard est dou­ble et dou­ble­ment par omis­sion. Tout d’abord Mon­sieur Parmelin excipe d’une men­ace imag­i­naire qui ne peut venir que de la Russie même si ce n’est pas exprimé. L’influence des Inrocks peut-être ? On voit mal l’intérêt du grand méchant Pou­tine à envahir la Suisse. Ensuite sa réponse embar­rassée ne cache qu’un très grand désir d’obéir à l’État pro­fond améri­cain qui somme via Don­ald Trump (nolens volens) les alliés de par­ticiper plus à leur effort de guerre… et de pass­er des commandes.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Pierre Plottu

PORTRAIT — Pierre Plot­tu, spé­cial­iste auto­proclamé de l’ex­trême-droite, a l’at­ti­rail du par­fait mil­i­tant. Vic­time col­latérale du virage édi­to­r­i­al de France-Soir, dont il fut viré sans ménage­ment, il prophé­tise dans Libéra­tion et Slate.

Gaël Brustier

PORTRAIT — Poli­to­logue né en 1978, Gaël Brusti­er a longtemps lou­voyé entre plusieurs chapelles de la gauche sou­verain­iste, dans l’e­spoir de rénover une sociale-démoc­ra­tie acquise au néolibéralisme.

François-Régis Hutin

PORTRAIT — Tout en para­doxe, ce patron de presse a régné sans partage sur un empire de presse placé en sit­u­a­tion qua­si-monop­o­lis­tique sur le grand Ouest. Il s’est éteint le 10 décem­bre 2017 à Rennes.

Stéphane Simon

Le pro­duc­teur de Thier­ry Ardis­son n’est pas à une con­tra­dic­tion près : s’at­ti­rant les foudres de la droite sou­verain­iste lors de l’ère trans­gres­sive et imper­ti­nente des années 90, il s’arrange pour qu’elle lui mange dans la main trente ans plus tard.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.