Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Lobbying pro-migrants : un journaliste de Ouest-France impliqué ?

14 janvier 2017

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Lobbying pro-migrants : un journaliste de Ouest-France impliqué ?

Lobbying pro-migrants : un journaliste de Ouest-France impliqué ?

L’Ojim a consacré de nombreux articles à l’attitude des médias vis-à-vis des migrants. Ils ont une position morale et moralisante que l’on peut résumer en une phrase : les migrants c’est bien, ceux qui posent des questions sur leur accueil ou qui les refusent, c’est mal.

Le ser­vice pub­lic n’est pas en reste sur ce thème. Dans cer­tains cas on peut même par­ler de véri­ta­ble lob­by.

Cer­tains jour­naux s’engagent directe­ment dans la « pro­mo­tion du migrant », véri­ta­ble mar­queur moral et « chance pour la France » comme Le Télé­gramme de Brest. Une antenne régionale de France 3 cen­sure les pro­pos anti migrants sur son site inter­net et un jour­nal bre­ton fait de même.

Mais cer­tains jour­nal­istes vont plus loin en organ­isant directe­ment la venue de « migrants » in situ dans la région qu’ils cou­vrent pour leur jour­nal. Autrement dit, ils utilisent leur tra­vail de « jour­nal­istes » non seule­ment à des fins de sim­ple pro­pa­gande mais égale­ment pour « devenir des facil­i­ta­teurs de l’arrivée des réfugiés ». Hon­nêteté, vous avez dit hon­nêteté ?

Avec l’autorisation de Breizh Info nous repro­duisons un de ses arti­cles sur les actions mil­i­tantes de Michel Ori­ot « jour­nal­iste » de Ouest-France à La Baule.

Aide aux migrants. À La Baule, l’implication d’un journaliste d’Ouest-France

12/01/2017- 07h00 La Baule (Breizh-info.com) – Breizh-info pour­suit son enquête sur les sou­tiens pro-migrants dans la Presqu’ile guérandaise. Aujourd’hui le cas d’un jour­nal­iste de Ouest-France qui ferait du lob­by­ing pro-migrants auprès des mairies de la Presqu’île.

Par­mi les respon­s­ables du col­lec­tif SRPI, on trou­ve dans la liste : «  Accom­pa­g­ne­ment et facil­i­ta­tion du mon­tage de dossiers pour pro­pos­er des héberge­ment dans les munic­i­pal­ités de la Presqu’île : Michel Ori­ot », avec son adresse mail au sein du groupe Ouest-France.

Cor­re­spon­dant local au sein de Ouest-France et chef d’agence de La Baule, il utilis­erait ses pos­si­bil­ités pro­fes­sion­nelles pour faire du lob­by­ing pro-migrants auprès des munic­i­pal­ités. En effet, la marge des maires face à un jour­nal­iste – surtout du pre­mier quo­ti­di­en local – est bien moin­dre que face à un col­lec­tif ou à un citoyen. N’y aurait-il pas con­flit d’intérêt dans ce mélange des gen­res entre le méti­er de jour­nal­iste et l’engagement per­son­nel asso­ci­atif ?

D’autant qu’il cou­vre active­ment le sujet – par exem­ple pour l’arrivée des migrants à Batz, relayée sur Ouest-France, ou la réac­tion du con­seiller région­al écol­o­giste à l’université d’été de l’UMP à La Baule en 2015, et le refus des ténors du par­ti d’accueillir des réfugiés.

Ou encore cet inter­view d’une fig­ure de la gauche ital­i­enne – d’origine africaine – qui appelle les pays européens à ouvrir com­plète­ment leurs fron­tières aux migra­tions. Le 5 novem­bre 2016 il donne dans une brève tous les con­tacts néces­saires pour apporter des dons en nature ou en argent à la mairie pour les migrants accueil­lis par la Ligue de l’enseignement à Batz. Etc.

Et pour­tant, il est con­fir­mé dans un bil­let daté de mai 2016 du col­lec­tif Pour l’avenir de Por­nichet, qui sert de relais local à SRPI et à d’autres caus­es plutôt mar­quées à gauche : « Le col­lec­tif ICAR PRESQU’ILE ( Ini­tia­tive Citoyenne pour l’Accueil des Réfugiés sur la Presqu’ile) pren­dra con­tact, par l’intermédiaire de Michel ORIOT (cor­re­spon­dant local Ouest France La Baule et mem­bre dans le col­lec­tif) avec les mairies de la presqu’ile dont celle de Por­nichet pour con­naître leurs propo­si­tions d’accueil ». On ne peut pas faire plus clair.

Un autre bil­let de mars 2016 con­firme son impli­ca­tion – ain­si que, par ric­o­chet, du jour­nal Ouest-France, dans le développe­ment de la présence de migrants sur la Presqu’île : « Une réu­nion s’est tenue à Por­nichet le 16 sep­tem­bre à l’initiative de la rédac­tion bauloise de Ouest France et un mod­èle de let­tre a été envoyé à chaque mairie afin que celle-ci se porte volon­taire pour l’accueil des réfugiés ».

Michel Ori­ot n’engagerait donc pas seule­ment sa per­son­ne – il est le chef de l’agence d’Ouest-France à La Baule. Habi­tant de Por­nichet, ce nan­tais d’origine passé par l’enseignement catholique diocé­sain sous con­trat (école Saint-Dona­tien à Nantes, puis le très bour­geois lycée du Loquidy), a con­duit une liste aux munic­i­pales 2014 à Sion-les-Mines, au nord de la Loire-Atlan­tique. Il n’a pas été élu maire, sa liste étant arrivée dernière des trois qui se présen­taient. Il n’est que con­seiller munic­i­pal sans délé­ga­tion.

Il n’est pas seule­ment lob­by­iste, c’est aus­si la per­son­ne à l’origine du col­lec­tif pro-migrants de la Presqu’île, avec Annette Bolo. A ses con­frères de l’Echo de la Presqu’île, il a été très clair en novem­bre 2015 : « Nous voulons devenir des facil­i­ta­teurs de l’arrivée des réfugiés sur la Presqu’île », a‑t-il affir­mé. Il ajoute :«  un phénomène d’entraînement entre les maires est pos­si­ble pour ini­ti­er une dynamique. On peut, on veut accueil­lir et met­tre en place un dis­posi­tif pour être une force de propo­si­tion auprès de la pré­fec­ture ».

Louis Moulin

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.