L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Un entretien avec Pascal Eysseric de la revue Éléments

23 février 2021

Temps de lecture : 4 minutes
Accueil | Veille médias | Un entretien avec Pascal Eysseric de la revue Éléments

Un entretien avec Pascal Eysseric de la revue Éléments

23 février 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Nous empruntons à notre confrère breton Breizh Info un entretien du 2 février 2021 avec le directeur de la publication d’Éléments, le magazine des idées qui vient de sortir son numéro 188.

À chaque sor­tie de la revue Élé­ments, nous vous pro­posons, comme ce mois ci, de décou­vrir le som­maire de la revue, son édi­to­r­i­al. Mais nous avons voulu vous en mon­tr­er encore plus, en inter­ro­geant le chef d’orchestre d’une revue qui touche un pub­lic crois­sant, dans des sphères très var­iées. Il s’agit bien enten­du de Pas­cal Eysser­ic directeur de la rédac­tion, qui nous a accordé un entretien.

Breizh-info.com : Com­ment se porte Élé­ments en ce début d’année 2021 ? Quel bilan tirez-vous de l’année dernière ?

Pas­cal Eysser­ic : Solide dans la tem­pête ! Depuis la nou­velle for­mule d’Élé­ments, nous avons mul­ti­plié par cinq nos abon­nés et par dix nos lecteurs en kiosques. Je le rap­pelle sou­vent à nos rédac­teurs, aujourd’hui, les trois-quarts des lecteurs d’Élé­ments ne nous con­nais­saient tout sim­ple­ment pas il y a qua­tre ans ! L’objectif des 15 000 acheteurs de notre mag­a­zine (abon­nés + kiosques + ventes inter­net) est en vue.

Plus nos con­frères s’enfoncent dans le poli­tique­ment cor­rect et le refus du débat d’idées, plus les lecteurs – et acces­soire­ment les intel­lectuels privés de tri­bune – nous rejoignent. C’est un cer­cle vertueux ! Notre plus grande fierté, c’est en effet d’avoir fait sauter le « cor­don san­i­taire » mis en place dans les années 1990 autour d’Élé­ments et d’Alain de Benoist. Pour vous don­ner une idée du boule­verse­ment en cours, dernière­ment, c’est le philosophe Matthew Craw­ford (Éloge du car­bu­ra­teur) qui nous a aidé à décrocher un entre­tien avec un grand his­to­rien améri­cain qui se fai­sait désirer…

Après qua­tre ans de crois­sance à deux chiffres avec des hauss­es en kiosque com­pris­es entre 15 et 25 % suiv­ant les années, le con­fine­ment a forte­ment ralen­ti notre pro­gres­sion dans les kiosques auprès des lecteurs occa­sion­nels, attirés par telle ou telle cou­ver­ture ; les mag­a­sins Relay en gare et dans les aéro­ports étant restés fer­més pen­dant de longs mois. En revanche, les abon­nements et la vente au numéro sur Inter­net ont con­tin­ué de croître, à un rythme très soutenu. Si nous avons dû réduire le tirage d’Élé­ments, nous n’avons jamais déserté les kiosques même au plus fort du pre­mier con­fine­ment. Pour con­tre­bal­ancer le boy­cott médi­a­tique dont nous faisons l’objet, nous avons tou­jours fait de notre vis­i­bil­ité chez les marchands de jour­naux une pri­or­ité absolue. Il faut le dire et le redire : Élé­ments doit une très grande part de son suc­cès actuel aux marchands de jour­naux qui ont osé met­tre en avant notre mag­a­zine. La bonne nou­velle, c’est qu’avec la sor­tie du numéro 188 sur la con­di­tion ani­male, nous revenons à notre tirage d’avant con­fine­ment, soit 25 000 exem­plaires, ce qui est pour une revue intel­lectuelle une per­for­mance remarquable.

Breizh-info.com : Vous pub­liez un dossier ce mois-ci sur la ques­tion ani­male, pou­vez-vous nous le présen­ter ? En quoi cette ques­tion est-elle cen­trale dans notre époque ?

Pas­cal Eysser­ic : Out­re le fait que la ques­tion ani­male est un thème récur­rent dans les colonnes d’Élé­ments, et même un thème his­torique de la Nou­velle Droite depuis ses débuts – le Prix Nobel Kon­rad Lorenz, théoricien du com­porte­ment ani­mal fig­u­rait au comité de patron­age de Nou­velle École, le biol­o­giste Yves Chris­ten est un pili­er de notre revue depuis sa créa­tion –, le bien-être ani­mal est aujourd’hui devenu un sujet éminem­ment poli­tique, économique­ment vital et haute­ment inflammable.

Cette notion de « bien être ani­mal » par exem­ple est au cœur de toutes les préoc­cu­pa­tions de notre époque : évo­lu­tion du statut juridique de l’animal de « bien meu­ble » à « être vivant doué de sen­si­bil­ité », végan­isme, anti­spé­cisme, nour­ri­t­ure de syn­thèse, abo­li­tion de l’élevage, inter­dic­tion de la chas­se, des ani­maux de cirques, etc. Quel avenir pour notre agri­cul­ture ? Quid des scores des par­tis ani­mal­istes en Europe ? Toutes ces ques­tions ne sont pas du jus de crâne d’intellectuels, les enjeux économiques et poli­tiques sont con­sid­érables, comme l’a mon­tré Chris­t­ian Har­bu­lot, directeur de l’École de guerre économique, dans plusieurs de ses rap­ports, ou encore Joce­lyne Porcher dans Cause ani­male, cause du cap­i­tal.

J’aborde ces ques­tions dans un arti­cle sur les enjeux de la viande de syn­thèse, dont le développe­ment est soutenu par de gigan­tesques multi­na­tionales, mais aus­si dans le très bel entre­tien que nous a don­nés Marine Le Pen, trop sou­vent moquée par des demi-savants, qui ne voient pas l’importance poli­tique et philosophique d’une réflex­ion sur notre rap­port aux ani­maux. Car, oui il y a ici de la poli­tique ; oui, il y a de la philoso­phie ; et oui, il y a aus­si de l’anthropologie. Où com­mence l’homme, où finit l’animal ? Elle nous répond avec beau­coup de finesse, résis­tant aux thès­es de notre col­lab­o­ra­teur et biol­o­giste Yves Chris­ten, pen­chant naturelle­ment plus vers celles d’Alain de Benoist, pour qui les ani­maux n’ont pas de droits, certes, mais envers lesquels nous avons des devoirs.

Breizh-info.com : On a l’impression qu’Élé­ments est devenu plus acces­si­ble, peut-être moins éli­tiste, qu’à une cer­taine péri­ode, tout en gar­dant une hau­teur de vue et une qual­ité esthé­tique et rédac­tion­nelle. C’était une volon­té de votre part ?

Pas­cal Eysser­ic : Plus acces­si­ble, oui, vous avez rai­son, c’était l’une des promess­es que j’avais faite à Jean-Claude Val­la, le fon­da­teur d’Élé­ments, qui regret­tait l’inclination de ses amis, à par­tir des années 1990, à écrire un peu trop long et com­pliqué… Une promesse de jour­nal­iste à jour­nal­iste en quelque sorte, puisque Jean-Claude Val­la, grand pro­fes­sion­nel, a été le pre­mier directeur de la rédac­tion du Figaro Mag­a­zine, qui tirait à l’époque à 1 mil­lion d’exemplaires. Cepen­dant, l’histoire d’Élé­ments est pleine de sur­pris­es ! On a ten­dance à l’oublier mais pen­dant toutes les années 1970 et 1980, Élé­ments tenait plus du mag­a­zine que de la docte revue uni­ver­si­taire, avec des unes choc con­tre Jack Lang et la cul­ture gad­get, des bil­lets d’humeur, des enquêtes et des coups de têtes jour­nal­is­tiques, plus ou moins bien maîtrisés. Aujourd’hui, je crois que nous avons trou­vé le bon équili­bre entre ces deux tra­di­tions qui tra­versent et inner­vent Élé­ments depuis désor­mais presque cinquante ans, à savoir l’exigence intel­lectuelle et le savoir-faire journalistique.

Breizh-info.com : Com­ment est-ce que l’on con­stru­it sur deux mois un mag­a­zine comme le vôtre ? Êtes-vous aus­si pressés par le temps que nous pou­vons l’être dans la presse en ligne ?

Pas­cal Eysser­ic : Ce sont deux logiques diamé­trale­ment opposées : vous devez pub­li­er beau­coup et tous les jours pour exis­ter, alors que je suis con­traint de pub­li­er peu et une fois tous les deux mois ! Pour ma part, je con­stru­is Élé­ments à l’ancienne, en faisant et refaisant les chemins de fer d’un numéro (jusqu’à 15 ver­sions différentes).

Avec François Bous­quet, le rédac­teur en chef, nous con­sacrons notre temps à soupeser, argu­menter, choisir, couper, écarter, reporter des arti­cles. La direc­tion d’un mag­a­zine, c’est de l’assemblage, d’autant que nous recevons les con­tri­bu­tions d’une quar­an­taine de rédac­teurs. Le puz­zle se révèle le jour du bouclage, lorsqu’on envoie le numéro à l’imprimeur. Pour moi, la qual­ité d’un jour­nal, c’est d’abord l’épaisseur de son « mar­bre », ses arti­cles qui ne passent pas, qui peu­vent atten­dre six mois ou plus parce qu’un meilleur sujet est arrivé, ou parce que l’actualité ou l’opportunité l’exige. J’ai de quoi faire deux numéros, je m’efforce de pub­li­er le meilleur au jour J.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés