Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Crise migratoire : l’information en tranche

15 juillet 2017

Temps de lecture : 8 minutes
Accueil | Veille médias | Crise migratoire : l’information en tranche

Crise migratoire : l’information en tranche

[Red­if­fu­sions esti­vales 2017 – arti­cle pub­lié ini­tiale­ment le 09/01/2017]

La « crise des migrants » semble être le nouveau marronnier des médias, comme il y a quelques années le mouvement du Canal Saint Martin visant à la mise à l’abri des SDF. Un mouvement qui n’a pas permis d’améliorer leur situation, ni celle du SAMU social saturé.

Une actu­al­ité chas­se l’autre. Celle du moment con­cerne la « crise » migra­toire. Ses dif­férents aspects sont découpés en tranch­es dans les médias. Chaque séquence est présen­tée isolé­ment, voire locale­ment : la tra­ver­sée de la Méditer­ranée, le pas­sage à la fron­tière ital­i­enne, le regroupe­ment dans les campe­ments sauvages à Paris ou ailleurs, la répar­ti­tion dans les cen­tres d’accueil, la réac­tion des pop­u­la­tions con­cernées, l’orientation vers l’hébergement plus sta­ble et, in fine, la recon­sti­tu­tion de campe­ments à Calais et à Paris.

Tous ces élé­ments sont à reli­er entre eux. Un tra­vail rarement fait dans les médias, même à dimen­sion nationale. Nous en recon­sti­tuons les liens au tra­vers des infor­ma­tions dis­pen­sées dans la presse, à la radio et sur le net.

Les points de passage

Par­mi les points de pas­sage des migrants vers l’Europe, le Libye est en bonne place. Depuis la fin du régime du général Kad­hafi, le con­trôle des fron­tières de ce pays est devenu aléa­toire, ce qui donne de l’espoir à des cen­taines de mil­liers de migrants déjà présents dans le pays, qui atten­dent de pass­er en Europe, selon le Min­istre de la défense français cité par Sud Ouest.

Ils peu­vent compter sur de nom­breux passeurs pour les trans­porter des côtes libyennes vers l’Italie, aidés par­fois par des O.N.G., qui ne se lim­i­tent pas à des opéra­tions de sauve­tage en mer, comme le révélait le Finan­cial Times à par­tir d’informations de Fron­tex. Une infor­ma­tion passée sous silence dans les médias français, hormis un arti­cle de la Tri­bune, et une « dés­in­tox » erronée, comme indiqué dans un précé­dent papi­er de l’OJIM.

Arrivés en Ital­ie, à la fron­tière fran­co-ital­i­enne, les clan­des­tins ral­lient la France, notam­ment grâce au « busi­ness des navettes entre Vin­timille et Nice » relaté par La Mar­seil­laise, ou aux mil­i­tants no bor­der dont par­le 20 min­utes. L’arrivée de migrants à la fron­tière aug­mente à un point tel que des asso­ci­a­tions deman­dent à la France d’ou­vrir la fron­tière à Vin­timille, selon le Figaro.

À Paris, les migrants, aidés par les asso­ci­a­tions de sou­tien, sem­blent avoir trou­vé le moyen pour que des solu­tions d’hébergement rapi­des leur soient trou­vées : en con­sti­tu­ant des camps sauvages en plein cen­tre de Paris, comme le relate Le Monde dès le mois de mars 2016.

« “Si tu veux avoir droit à un héberge­ment un jour, il faut exis­ter. Et pour cela, il faut faire un camp, puis le tenir quelque temps sans se laiss­er dis­pers­er”, explique celui qu’on appelle Niki­ta, un des sou­tiens du lieu ». Une stratégie que cherchent désor­mais à con­tr­er « plusieurs munic­i­pal­ités (d’Ile de France, qui) se dotent d’un mobili­er urbain conçu pour éviter les instal­la­tions de réfugiés sur la voie publique » selon Le Monde.

Pas moins de 31 « mis­es à l’abri » ont ain­si été organ­isées de juin 2015 à décem­bre 2016, indique le site de la Pré­fec­ture de région IDF.

Saturation des structures

Les plus chauds par­ti­sans de l’accueil des migrants, tels l’Obs, le recon­nais­sent, les struc­tures d’accueil en Ile de France, à peine créés, sont sat­urées. Le délégué général de France Terre d’Asile indique au jour­nal La Croix qu’il esti­mait que « depuis plusieurs mois, entre 80 et 100 nou­veaux réfugiés arrivent chaque jour sur Paris ». Un afflux à l’image du nom­bre de deman­deurs d’asile qui con­tin­ue d’augmenter depuis des années, pour attein­dre 90 000 en 2016, selon Le Figaro, sans compter les quelques 20 000 migrants présents en France ayant fait leur demande d’asile en 2016 dans le pre­mier pays européen d’arrivée.

Pour résoudre les nom­breux prob­lèmes causés par la crois­sance con­tin­ue de la jun­gle de Calais, François Hol­lande annonçait le lun­di 26 sep­tem­bre 2016 son déman­tèle­ment « com­plet et défini­tif  ». Un camp qui, selon la radio France Info comp­tait entre 7 000 et 10 000 per­son­nes. Un mois plus tard, le 29 octo­bre, France Info relayait l’annonce — plus rad­i­cale — du Prési­dent de la République de « la fin des camps de migrants » dans l’hexagone.

Les centres d’accueil et d’orientation

Carte maitresse pour met­tre en œuvre cette déci­sion poli­tique, les cen­tres d’ac­cueil et d’ori­en­ta­tion.

Le Figaro indique le 13 août que des con­signes auraient été envoyées aux préfets pour pour­voir à « l’héberge­ment de ces mil­liers de dérac­inés qui s’en­tassent dans le camp de la “jun­gle”». Libéra­tion reprend le 13 sep­tem­bre les infor­ma­tions pub­liées par Le Figaro à par­tir de la note aux Préfets que le jour­nal s’est procurée. « Le plan du gou­verne­ment prévoit l’ou­ver­ture de plusieurs CAO » indique le quo­ti­di­en.

Des objectifs fluctuants, pas relevés par les médias

En reprenant le fil des annonces, on voit que l’objectif est fluc­tu­ant : du déman­tèle­ment de la jun­gle de Calais à la prise en charge de tous les migrants dans les camps d’accueil en France.

« Objec­tif déclaré: avoir fait émerg­er d’i­ci à la fin de l’an­née 2016 plus de 12.000 places dans des cen­tres d’ac­cueil et d’ori­en­ta­tion (CAO) partout en France. »

« Il a été décidé d’é­carter dans la répar­ti­tion les régions Île-de-France, par­ti­c­ulière­ment ten­due sur la ques­tion de l’héberge­ment, et Corse », révèle toute­fois la source du jour­nal le Figaro le 12 sep­tem­bre.

Libéra­tion indique sur son site le 13 sep­tem­bre que «  l’en­tourage de Bernard Cazeneuve explique que la région parisi­enne est déjà trop sous pres­sion pour recevoir un nou­v­el afflux de migrants (elle compte aujour­d’hui 94 cen­tres sur son ter­ri­toire pour env­i­ron 6700 places) ».

Une annonce qui sera con­tred­ite dans les faits, puisque des cen­tres seront créés en Ile de France (Roc­quen­court, Noisy-le-Grand, etc.), un nou­veau revire­ment qui ne sera pas relevé dans les médias. Sauf à met­tre une autre appel­la­tion à des struc­tures qui ont la même fonc­tion.

Une autre infor­ma­tion gou­verne­men­tale relayée par les médias au sujet des cen­tres d’ac­cueil et d’ori­en­ta­tion pour­rait être bien­tôt démen­tie par les faits : leur car­ac­tère pro­vi­soire.

La Charte de fonc­tion­nement des cen­tres d’accueil et d’orientation (CAO) indique en effet que ces struc­tures ont été mis­es en place « à l’origine pour accueil­lir des per­son­nes ori­en­tées depuis le campe­ment con­sti­tué de Calais ». Mais le doc­u­ment con­tient la pré­ci­sion suiv­ante : « afin de per­me­t­tre la résorp­tion des campe­ments et de garan­tir la prise en charge, dans des con­di­tions sat­is­faisantes, de l’ensemble des migrants souhai­tant les quit­ter, il a été décidé de main­tenir le dis­posi­tif des CAO sur une péri­ode plus longue ».

L’implantation des cen­tres d’ac­cueil et d’ori­en­ta­tion vue par quelques titres de la presse

L’annonce des pre­mières implan­ta­tions des cen­tres d’ac­cueil et d’ori­en­ta­tion « inquiète dans cer­taines com­munes » indique la Dépêche. Après avoir cité des exem­ples de man­i­fes­ta­tions d’hostilité, le jour­nal se veut philosophe le 13 sep­tem­bre, en citant en con­clu­sion de l’article le con­seil d’un maire P.S. de Peyrat-Le-Château : « Clé du suc­cès selon lui: “Nous avons mon­tré à la pop­u­la­tion que nous avions mis en place tous les proces­sus pour encadr­er cette struc­ture.” Et le monde asso­ci­atif a joué le jeu ».

La Mon­tagne con­sacre un arti­cle le 16 sep­tem­bre à l’ « Accueil des migrants : ces com­munes d’Au­vergne qui ont dit oui  ». Pour la Nou­velle République, il s’agit d’ « une expéri­ence pos­i­tive ».

Le jour­nal l’Union (Nord-est de la France) présente l’ « accueil dans la région » des migrants avec un sous-titre qui se veut con­ciliant : « Avec le déman­tèle­ment annon­cé de la ” jun­gle” de Calais, l’accueil des migrants, “qui doit relever de la sol­i­dar­ité nationale”, va se dévelop­per dans nos régions ».
Par­mi les médias nationaux, le Parisien relaye le 21 sep­tem­bre la volon­té du gou­verne­ment de ras­sur­er en titrant « Migrants : pas de gros cen­tres d’ac­cueil dans les vil­lages, selon Cazeneuve ».
Le quo­ti­di­en cite en con­clu­sion de l’article en ligne les pro­pos du Min­istre de l’intérieur « La France est dans une sit­u­a­tion de maîtrise des deman­deurs d’asile », et d’ajouter qu’en 2015 env­i­ron 80 000 deman­des avaient été déposées et que « nous serons entre 90 et 100 000 à la fin de l’an­née».

Pour la Croix, la ques­tion est « Com­ment faire accepter l’accueil des migrants » (13/09/2016). Le quo­ti­di­en insiste sur la péd­a­gogie. « Cela dit, l’intransigeance de l’État peut aus­si s’avérer com­mode, souligne Éric Pliez (Directeur général d’Aurore) : « C’est par­fois plus facile pour un élu d’assumer l’accueil en dis­ant qu’on lui a imposé. Il peut faire val­oir qu’il n’a pas d’autre choix. »
Le Huff­in­g­ton Post reste assez factuel dans un arti­cle du 6 sep­tem­bre titré « Paris ouvre son pre­mier cen­tre pour réfugiés », en lais­sant le Min­istre de l’intérieur con­clure sur sa déter­mi­na­tion à retrou­ver l’auteur de l’incendie d’un futur cen­tre prévu à Forges-les-Bains.

Après tant d’articles ne con­tenant aucune réti­cence à l’installation de cen­tres d’ac­cueil et d’ori­en­ta­tion à tra­vers la France, on s’étonnerait presque qu’une frange de la pop­u­la­tion man­i­feste son oppo­si­tion à l’accueil de clan­des­tins (per­son­nes en sit­u­a­tion irrégulière sur le ter­ri­toire français). Ceux que l’on appelle migrants sont effet des immi­grants clan­des­tins aux moti­va­tions prin­ci­pale­ment économiques, comme en témoigne le fait que la grande majorité des deman­des d’asile en France soient rejetée (l’asile a été accordé à 31,5% des deman­deurs en 2015, 38% en 2016 selon des infor­ma­tions parues dans Les Echos du 12/01/2016 et Le Figaro du 28/12/2016).

Les manifestations contre les centres d’accueil

À par­tir du mois de sep­tem­bre 2016, des man­i­fes­ta­tions d’opposition à l’arrivée de migrants dans les cen­tres nou­velle­ment créés vont avoir lieu un peu partout en France. Elles seront présen­tées dans le meilleur des cas de façon neu­tre, et le plus sou­vent comme manip­ulées par le Front Nation­al ou/et comme des réac­tions d’égoïsme.

Le Figaro les a recen­sés dans un arti­cle pub­lié le 1er octo­bre 2016 inti­t­ulé « Ces vil­lages qui gron­dent con­tre la répar­ti­tion des migrants de Calais » et le 8 octo­bre dans un arti­cle au sujet « Des man­i­fes­ta­tions anti-migrants organ­isées dans plusieurs villes de France ».

Des man­i­fes­ta­tions ont eu lieu notam­ment à Allex (Drôme), Saint-Denis-de Cabanne (Loire), Saint Brévin (Loire Atlan­tique), Lou­ve­ci­ennes (Yve­lines), Forges-les-Bains (Essonne), Champterci­er (Alpes de Haute Provence), Saint-Hon­oré-les-Bains (Nièvre), Pier­refeu-du-Var (Var), Arès (Gironde) et Saint-Bauzille-de-Putois (Hérault).

À Allex, la con­tes­ta­tion de l’accueil « d’une cinquan­taine de per­son­nes pour des séjours com­pris entre un et trois mois » sem­ble menée par l’ « extrême droite » pour Le Monde. Un col­lec­tif s’est con­sti­tué pour « mon­tr­er qu’on n’est pas un vil­lage de fachos ». Le jour­nal­iste donne la parole à deux per­son­nes opposées à l’arrivée de migrants. Leurs pro­pos sont sur le reg­istre de l’égoïsme et de la peur : « “On nous dit de faire des efforts parce que la France n’a plus d’argent, mais pour les réfugiés, on en trou­ve”, dénonce le pre­mier. “Main­tenant, les voleurs vont venir ici pour met­tre ça sur le dos des migrants et je ne vous par­le pas des vio­ls”, rebon­dit le deux­ième ».

À Saint-Denis-de Cabanne, le Pro­grès donne la parole à 2 représen­tants du Front Nation­al. Le titre de l’article « Le Front nation­al ne veut pas de “clan­des­tins dans les vil­lages” accrédite l’idée que la con­tes­ta­tion de vient pas des habi­tants mais d’un par­ti poli­tique.

À Saint-Brévin, le Cour­ri­er du pays de Retz est factuel dans un arti­cle laconique con­sacré à la « man­i­fes­ta­tion sous ten­sion ».

À Lou­ve­ci­ennes, ce n’est pas le nom­bre de man­i­fes­tants « chauf­fés à blanc », estimés à 1 000 par Toutes les nou­velles, qui retient l’attention du jour­nal­iste du Parisien, mais les ten­sions entre les élus les Répub­li­cains et du Front Nation­al. Par­mi les per­son­nes inter­viewées, une sex­agé­naire opposée à l’arrivée de migrants dans la com­mune « éructe » tan­dis que W. De St Just (FN) « per­si­fle ».

À Forges-les-Bains, la dépêche de l’AFP relayée par Yahoo insiste sur le car­ac­tère apoli­tique de la man­i­fes­ta­tion, en con­clu­ant toute­fois sur les « ten­sions » générées par la Mar­seil­laise enton­née par des mem­bres du Front Nation­al.

À Champterci­er, « l’ar­rivée de migrants divise la pop­u­la­tion » selon France Info, qui ne donne toute­fois la parole dans l’article qu’à un respon­s­able de l’association Coal­lia, qui présente les aspects posi­tifs de cet accueil.

À Saint-Hon­oré-les-Bains, France 3 Bour­gogne informe du lance­ment de « l’opéra­tion “ville à ven­dre” », « après la péti­tion qui a obtenu plus de 1000 sig­na­tures ». Des actions qui auront sans doute con­tribué à la déci­sion du Préfet de ne pas installer de CAO dans le vil­lage.

À Pier­refeu-du-Var, Var Matin évoque les dif­férentes « man­i­fs et con­tre-manif » organ­isées début octo­bre, respec­tive­ment par la mairie, le FN, et « le camp pro­gres­siste ».

À Ares (Gironde), « La com­mune d’Arès s’op­pose à l’ac­cueil des migrants » selon France Bleu, où « Le con­seil munic­i­pal de cette ville de 5.000 habi­tants a voté une délibéra­tion con­tre la venue d’une cinquan­taine de per­son­nes dans un ancien cen­tre de vacances d’EDF ».

À Saint-Bauzille-de-Putois, « on se déchire ». Pierre, inter­rogé par la jour­nal­iste de La Dépêche affirme « On va aider ces gens-là, on va les loger et les accueil­lir alors qu’on ne fait rien pour les SDF. Pourquoi, on ne s’oc­cupe pas des per­son­nes dans le besoin telle­ment nom­breux ici ?». La jour­nal­iste con­clut : « Les habi­tants ont com­pris que la trans­for­ma­tion du cen­tre de pleine nature des Lutins Cévenols en CAO géré par SOS sol­i­dar­ités per­me­t­tait de pro­longer l’ac­tiv­ité du site con­damné à la fer­me­ture au pre­mier novem­bre sauvant ain­si sept emplois per­ma­nents. Mais cela n’ef­face pas les incer­ti­tudes. Dubi­tat­ifs ou furieux, les habi­tants obser­vent la patrouille per­ma­nente des véhicules de gen­darmerie dans une petite ville pais­i­ble ».

Ces man­i­fes­ta­tions n’auront pas empêché la créa­tion de plus de 450 CAO sur le ter­ri­toire français, ini­tiale­ment des­tinés à accueil­lir tem­po­raire­ment des rési­dents de la jun­gle de Calais.

France Bleu Nord prend ses sources dans l’édition du 27 décem­bre 2016 du jour­nal anglais The Inde­pen­dant (!) pour informer que « des migrants revi­en­nent dans le Nord-Pas-de-Calais, deux mois après le déman­tèle­ment de la “Jun­gle” » et que ceux-ci auraient réin­stal­lé une demi-douzaine de camps clan­des­tins près de Calais. Fer­mez le ban.

Crédit pho­to : JeanneMenjoulet&Cie via Flickr (cc). Man­i­fes­ta­tion à Paris, le 7 juil­let 2015.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision