Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Journal de Vitré supprime les commentaires hostiles aux migrants

5 novembre 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Journal de Vitré supprime les commentaires hostiles aux migrants

Le Journal de Vitré supprime les commentaires hostiles aux migrants

C’est la panique dans les médias locaux. Après France 3 Midi-Pyrénées signalant à ses lecteurs que leurs commentaires sont « insupportables », c’est au tour d’un petit quotidien local de se plier à la triste mode de la censure.

Ce n’est qu’un exem­ple par­mi tant d’autres, mais il est évo­ca­teur. Jeu­di 3 novem­bre, le Jour­nal de Vit­ré pub­li­ait sur sa page Face­book un arti­cle rela­tant l’ar­rivée de 10 clan­des­tins dans cette petite com­mune d’Ille-et-Vilaine. « Un groupe de dix mineurs isolés s’est instal­lé dans la nuit du mer­cre­di 2 au jeu­di 3 novem­bre 2016 au Foy­er des jeunes tra­vailleurs (FJT) de Vit­ré. Ces migrants arrivent de Calais », pou­vait-on lire dans un arti­cle factuel. S’at­ten­dant à un déluge de protes­ta­tions, de plus en plus courant, le quo­ti­di­en avait pris soin d’in­viter d’emblée ses lecteurs à « lire la charte de mod­éra­tion avant de com­menter ».

Migrants.
Dix mineurs accueil­lis au FJT de Vit­ré. Mer­ci de lire notre charte de mod­éra­tion avant de com­menter : http://www.lejournaldevitre.fr/charte-de-moderation

Post­ed by Le Jour­nal de Vit­ré on Thurs­day, Novem­ber 3, 2016

Un peu plus tard, dans les com­men­taires sous la pub­li­ca­tion, cer­taines per­son­nes se sont éton­nées de n’y trou­ver que des réac­tions pos­i­tives souhai­tant la « bien­v­enue » aux clan­des­tins. Mal leur en a pris ! Selon nos infor­ma­tions, un cer­tain nom­bre de com­men­taires qui avait le seul tort de pro­test­er con­tre la répar­ti­tion des « migrants » de Calais dans les cam­pagnes français­es sont tout sim­ple­ment passés à la trappe. Pire : des util­isa­teurs du réseau social ayant sim­ple­ment fait enten­dre leur avis sur le sujet ou s’é­tant éton­nés de cette cen­sure ont été ban­nis de la page, avec inter­dic­tion de com­menter, sans autre forme de procès.

Con­tac­té par l’Ojim, le Jour­nal de Vit­ré a nié en bloc s’être livré à des actes de cen­sure abu­sive. Au mieux explique-t-il avoir sup­primé cer­tains pro­pos « haineux ou insul­tants ». Or comme l’ont fait remar­quer des inter­nautes, cer­tains util­isa­teurs ont été ban­nis et cen­surés sans rai­son, au plus grand éton­nement des per­son­nes, favor­ables aux migrants, qui débat­taient avec eux sans ani­mosité. Depuis notre appel et depuis les protes­ta­tions des inter­nautes, la mod­éra­tion est, sem­ble-t-il, rede­v­enue plus sou­ple et « tolérante ». On peut ain­si y trou­ver des com­men­taires de toute nature, ce qui n’é­tait absol­u­ment pas le cas jeu­di soir.

À l’in­star de France 3 Midi-Pyrénées et de nom­breux autres médias locaux, le Jour­nal de Vit­ré doit ain­si subir les con­séquences de cette répar­ti­tion très con­testée des clan­des­tins de Calais, avec tou­jours la même incom­préhen­sion et, sou­vent, la même ten­dance à la cen­sure…

Voir aussi

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision