Accueil | Actualités | Médias | Le Télégramme, tribune non-officielle des antifas et pro-migrants
Pub­lié le 21 mars 2016 | Éti­quettes : , , ,

Le Télégramme, tribune non-officielle des antifas et pro-migrants

Le 8 février 2016, le Télégramme publiait un article sur la jungle de Calais en mettant en avant la mobilisation des « Bretons » pour aider les « réfugiés ».

Au-delà du contenu de l'article, ennuyeusement politiquement correct, il convient de s'intéresser à son auteur ainsi qu'au photographe qui l'accompagnait sur place. Car la journaliste, Laëtitia Gaudin, est loin d'être un témoin objectif de son sujet.

En effet, après un détour sur son profil Facebook, on se rend vite compte qu'il s'agit d'une militante engagée en faveur des « réfugiés ». Comme elle le rapporte elle-même, elle participe, en Bretagne, à des collectes pour les migrants et apporte également son soutien sur place, à Calais.

Dans un autre article du Télégramme, publié le 20 janvier dernier, cette dernière était interrogée par le quotidien pour « témoigner sur la condition des réfugiés qu'elle a rencontrés au cours de ses voyages et reportages en Irak, à Calais, en Bretagne ». Présentée comme une « aventureuse », cette « journaliste en zone sensible » expliquait : « Je les appelle tous réfugiés car on ne part jamais de son pays par désir. Tous me disent : "si on avait le choix, on retournerait dans notre pays". »

C'est dans cet article, également, qu'on peut trouver la confirmation de son engagement militant. Choquée par la situation à Calais, « pire qu'en Irak » selon elle, elle y retourne « avec 300 paires de chaussures collectées dans son entourage ». Et la reporter de commenter : « Vous, Bretons, imaginez que vous êtes obligés de fuir la Bretagne pour vous retrouver dans un camp à Paris... »

Plus loin, elle s'interroge : « Pourquoi est-ce si compliqué de tendre les bras à des gens qui fuient leur pays, alors que nous avons la chance d'être dans un pays en paix ? Par le passé, ça s'est très bien passé [elle fait ici référence aux boat-people laotiens accueillis en Guyane, NDLR]. » Le Télégramme conclut : « Témoigner, partager son expérience, Laëtitia le fait ardemment, pour donner un visage à ces réfugiés, loin des chiffres et des préjugés. »

Ainsi son rôle auprès du quotidien n'est donc pas d'informer objectivement mais de militer contre les « préjugés » et toute autre forme de considération d'ordre politique.

Concernant le photographe qui l'accompagnait, Yann Levy, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un militant antifasciste rennais. Proche du site « méchamment antifasciste » La Horde, il est l'un des photographes favoris de la mouvance punk-anarchiste. Petit-fils d'un résistant communiste, son parcours a été fortement inspiré par son grand-père, Pierre Levy, bien que lui-même se sente « plutôt libertaire ». Et à la différence que le grand-père a connu la guerre et le fascisme quand le petit-fils les fantasme.

« Reporter urbain, témoin de son temps, il fait des squats, rings et quartiers populaires son terreau », nous dit Ouest-France. « On est dans la marge, mais ce sont des gens normaux », commente-t-il à propos de ses sujets de prédilection.

Ainsi Le Télégramme, journal régional a priori neutre et censé fournir une information objective, paie-t-il un antifa et une militante pro-migrants pour un sujet sur le camp de Calais, avec au passage une bonne publicité pour une association pro-clandestins, « Utopia 56 », organisation morbihannaise sans doute proche de Mme Gaudin... Évidemment, au sein de l'article, aucune mention n'est faite au sujet des orientations politiques de l'auteur. C'est, semble-t-il, au lecteur de faire lui-même des recherches méticuleuses pour savoir « qui parle ».

Heureusement, il y a l'Ojim…

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux