Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Et à gauche ? Encore un journal ?

6 juillet 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Et à gauche ? Encore un journal ?

Et à gauche ? Encore un journal ?

C’est de notoriété publique : en France, la majorité des journalistes votent à gauche ou pour des mouvements politiques s’affirmant de gauche ou de centre gauche. Ce n’est pas récent. Il y a une sorte de collusion permanente entre milieux politiques de gauche et journalistes du même bord. Avec Thierry Mandon et Jean-Luc Mélenchon, un angle intéressant se dessine : ce ne sont plus seulement les journalistes qui œuvrent à gauche mais les politiques qui se rêvent en patrons de presse.

Thierry Mandon partirait à l’aventure journalistique ?

Mal­gré 30 ans de vie poli­tique, son nom n’est pas con­nu du grand pub­lic. Mem­bre du par­ti social­iste, maire de Ris-Orangis, longtemps député de l’Essonne, Thier­ry Man­don a été secré­taire d’État auprès du Pre­mier min­istre, chargé de la Réforme de l’État et de la Sim­pli­fi­ca­tion en 2014, puis secré­taire d’État chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche à par­tir de 2015. Une car­rière d’apparatchik du PS en bonne et due forme. Un de ces poli­tiques qui auraient pris un coup de vieux à l’occasion de l’élection de l’actuel prési­dent de la République. D’ailleurs, Man­don a du nez. À l’approche des récentes lég­isla­tives, ce nez lui fait sen­tir le vent : le politi­cien pro­fes­sion­nel décide de ne pas se représen­ter. Aban­don­ner son siège à l’Assemblée, en juin 2017 ? Courageux, pas de doute. Au quo­ti­di­en Le Monde, il ne déclare pas vouloir « quit­ter la vie poli­tique » mais se lancer dans une « aven­ture utile ». La presse. 30 ans de vie poli­tique avant de s’apercevoir de l’inutilité de cette vie. Le voici donc directeur général d’un heb­do­madaire dont le nom ne sera pas dévoilé avant le 14 juil­let, lors d’une fête organ­isée à Autun. En Saône-et-Loire, aux con­fins du Mor­van Il ne sem­ble pas que ce soit une blague. En tout cas, pas de doute sur l’orientation poli­tique de l’hebdomadaire qui vient, au vu du par­cours de son directeur.

Mélenchon n’arrête plus de chanter La Marseillaise

Insoumise, la presse, du côté de Mar­seille ? La rumeur enfle : Jean-Luc Mélen­chon se rêverait en patron de La Mar­seil­laise. Mélen­chon patron ? Ce n’est pas une galé­jade. D’après le JDD du 2 juil­let, tout comme d’après BFM le 3 juil­let, Jean-Luc Mélen­chon aimerait racheter les locaux de La Mar­seil­laise et en devenir le directeur. Il déclare, dans un élan typ­ique­ment nar­cis­sique : « Écrire mon édi­to chaque matin, ce serait mon ambi­tion folle ». Déc­la­ra­tion qui fait décou­vrir à nom­bre de Français que dans les années 70 du siè­cle passé le néo député et chef de file de La France Insoumise était pigiste, avant de créer La Tri­bune du Jura. Un jour­nal social­iste. L’appel du pied n’est pas anodin. Le quo­ti­di­en mar­seil­lais qui a tou­jours été ancré à gauche, à prox­im­ité du par­ti com­mu­niste français ren­con­tre des dif­fi­cultés finan­cières impor­tantes, même si l’un de ses jour­nal­istes a reçu le Prix Albert Lon­dres en 2014. Le même jour­nal­iste est l’auteur d’un étrange et récent « com­ing out » famil­ial.

Un heb­do­madaire dirigé par Man­don et une Mar­seil­laise mélen­chon­iste à venir ? Rien de bien nou­veau, du binaire poli­tique comme d’habitude.

Crédit pho­to : Rémi Noy­on via Flickr (cc)

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

Laure Daussy

PORTRAIT — Lau­re Daussy, jour­nal­iste chez Arrêt sur images traque, tou­jours avec pugnac­ité et par­fois sec­tarisme, ce qu’elle con­sid­ère de façon axioma­tique comme des préjugés sex­istes, misog­y­nes, homo­phobes ou racistes dans les représen­ta­tions médi­a­tiques.

Jonathan Bouchet-Petersen

PORTRAIT — L’entourage pro­fes­sion­nel et famil­ial de Jonathan Bouchet-Petersen est mar­qué par ses liens avec le Par­ti social­iste et ses dirigeants : les réseaux strauss-kah­niens ou de Ségolène Roy­al, la Fon­da­tion Jean Jau­rès, l’agence de com­mu­ni­ca­tion Havas World­wide de Stéphane Fouks, la Netscouade, Medi­a­part…

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision