Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
La Marseillaise restera communiste

18 avril 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | La Marseillaise restera communiste

La Marseillaise restera communiste

Tout est bien qui finit bien, ou presque. Le journal La Marseillaise, dernier quotidien régional communiste de France avec L’Écho du Centre (Indre, Haute-Vienne, Dordogne), était en redressement judiciaire depuis le 24 novembre 2014. Le tribunal de commerce de Marseille a validé le 15 avril dernier sa reprise par Les Éditions des Fédérés, une maison dirigée par Pierre Dharréville, secrétaire départemental de la fédération des Bouches du Rhône du Parti communiste français. Le journal, diffusé à 32 000 exemplaires reste en famille, en somme.

Une autre offre avait été portée par le jour­nal­iste Jean-Marc Adolphe via la SAS Les Nou­velles édi­tions Mar­seil­lais­es. Il prévoy­ait de lancer un finance­ment par­tic­i­patif et d’ap­porter des fonds nou­veaux. Il s’indig­nait en vers de l’état du quo­ti­di­en : “Et même l’hymne nation­al est défait, en voie de judi­ci­aire liq­ui­da­tion / (qu’un sens impur abreuve nos sil­lons) / c’est la guerre des ces­sions et des réces­sions /De Vin­timille à Ven­dres / bien­tôt ne réson­neront plus les échos de la Mar­seil­laise.” Mais son man­i­feste poé­tique n’a pas séduit le syn­di­cat SNJ-CGT qui y a vu “une offre claire­ment hos­tile”. Selon Léo Pur­guette, secré­taire de la sec­tion PC du pays d’Aix, cette offre “avait sus­cité des espoirs dans une par­tie du per­son­nel séduite par la préser­va­tion d’un plus grand nom­bre d’emplois en con­ser­vant notam­ment l’im­primerie et le ser­vice pho­to. Elle s’est avérée finan­cière­ment vide et avait été retirée le 3 avril”.

Les édi­tions des Fédérés, elles, ne vont pas hésiter à réduire la voil­ure. Elles ne garderont en effet que 117 des 208 emplois, les sup­pres­sions étant répar­ties entre les jour­nal­istes, l’im­primerie (exter­nal­isée) et les ser­vices cen­traux. Le ser­vice pho­to sera rayé de la carte. Mais si les élus du CE du jour­nal se sont quand même pronon­cés à l’u­na­nim­ité pour l’of­fre des Édi­tions des Fédérés, c’est que la société a prévu d’in­jecter 700 000 euros dans le jour­nal en fond pro­pre et a con­trac­té un prêt de 2 mil­lions d’eu­ros garan­ti par la BPI à 70%, note le SNJ-CGT.

Pierre Dhar­réville a par ailleurs pré­cisé son pro­jet à l’AFP : “con­serv­er la ligne édi­to­ri­ale”, amélior­er le sup­port papi­er tout en dévelop­pant le web, et “dévelop­per la présence du titre dans la société” par l’or­gan­i­sa­tion de ren­con­tres car “on est passé du média de masse au média de lien”, estime-t-il. Enfin la présence du jour­nal dans ses six départe­ments de dif­fu­sion sera main­tenue, via la créa­tion de trois pôles pour autant d’édi­tions : le cœur avec les Bouch­es du Rhône, le Gard et l’Hérault à l’ouest, le Var, le Vau­cluse et les Alpes de Haute Provence à l’est.

La Mar­seil­laise, qui a vu une quar­an­taine de jour­nal­istes en deux ans (dont son localier Philippe Pujol, lau­réat du prix Albert Lon­dres) par­tir ou être licen­ciés, sem­ble pou­voir abor­der, sinon la sor­tie du tun­nel, du moins une nou­velle page de son his­toire.

Crédit pho­to : DR

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision