Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le feuilleton Nice-Matin et La Marseillaise, l’imbroglio immobilier

10 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le feuilleton Nice-Matin et La Marseillaise, l’imbroglio immobilier

Le feuilleton Nice-Matin et La Marseillaise, l’imbroglio immobilier

Depuis l’entrée du groupe belge Nethys dans le capital de Nice-Matin fin 2016, la vie du quotidien niçois sous forme coopérative n’a pas été de tout repos. Il en est de même au quotidien communiste La Marseillaise dont un témoin proche nous avait décrit les difficultés le 21 mars 2018. Dans les deux cas le patrimoine immobilier excite les convoitises.

Quartus/Natixis en embuscade

Le Quar­tus n’est pas une plante comestible mais une fil­iale de Natix­is (groupe Banque Pop­u­laire Caiss­es d’épargne) un groupe immo­bili­er qui veut con­stru­ire « une nou­velle urban­ité », des gens urbains donc polis. Cette exquise urban­ité a con­duit ce groupe immo­bili­er, fil­iale d’une banque, à pren­dre une par­tic­i­pa­tion de 33% du cap­i­tal de La Mar­seil­laise un jour­nal com­mu­niste, comme le rel­e­vait la Let­tre A du 23 octo­bre 2018.

En ce qui con­cerne Nice-Matin, la même Let­tre A pré­ci­sait Quar­tus « s’intéresse au pat­ri­moine immo­bili­er des deux groupes de médias en dif­fi­culté ». Pré­cisant qu’à la place d’une anci­enne rota­tive au siège du jour­nal sera créée (dans des con­di­tions non pré­cisées) une salle de con­grès ini­tiée par les deux parte­naires, le jour­nal et le pro­mo­teur immo­bili­er. Comme le groupe Nethys doit indi­quer en 2019 s’il se retire ou réin­vestit, un change­ment d’actionnaires au prof­it de Quar­tus sem­blait de l’ordre du pos­si­ble.

Fureur de Quartus et de Nice-Matin

Les arti­cles de La Let­tre A ont déplus aux direc­tions des intéressés qui se sont fendus de deux com­mu­niqués vengeurs pour essay­er de démen­tir tout ou par­tie ces infor­ma­tions. Nice-Matin a accusé l’auteur de ne pas avoir con­tac­té sa direc­tion, par­lant d’infox (fake news). A ceci prés qu’un jour­nal­iste de la Let­tre A a obtenu le 25 octo­bre 2018 un entre­tien télé­phonique avec Jean-Marc Pas­tori­no prési­dent du groupe Nice-Matin. Ce dernier a con­fir­mé le pro­jet de salle de con­grès et n’a pas répon­du à la ques­tion sur l’ouverture du cap­i­tal en 2019.

De son côté Quar­tus a pré­cisé qu’il « n’a pas l’intention d’investir dans la presse quelle qu’elle soit. Il en est de même pour l’amalgame opéré sur le siège de La Mar­seil­laise ». Hélas pour le pro­mo­teur, les doigts sor­tis du pot de con­fi­tures sont encore pois­seux et sucrés : Quar­tus a bien pris 33% du cap­i­tal de La Mar­seil­laise, en bon français cela s’appelle un investisse­ment. Ces 33% ont un col­latéral, le siège du jour­nal dont les 5000 m² dans le quarti­er du Vieux Port devi­en­nent pro­priété de Quar­tus qui y installera cer­tains de ses bureaux sur 3500 m² en 2019, le reste étant loué au quo­ti­di­en com­mu­niste. Par ailleurs Quar­tus a con­fir­mé d’étranges liens par son inter­mé­di­aire entre Nice-Matin et La Mar­seil­laise. Quar­tus con­firme « C’est en effet au titre strict de con­seil auprès du groupe Quar­tus que Nice-Matin inter­vient auprès de ses con­frères de La Mar­seil­laise ». Un quo­ti­di­en niçois devient « con­seil de presse » d’un pro­mo­teur immo­bili­er alors que rien n’empêche un con­tact direct entre les deux titres. Un imbroglio qui rap­pelle les mœurs par­fois étranges du secteur immo­bili­er.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.