Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le quotidien communiste La Marseillaise de nouveau en liquidation judiciaire

20 juillet 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le quotidien communiste La Marseillaise de nouveau en liquidation judiciaire

Le quotidien communiste La Marseillaise de nouveau en liquidation judiciaire

L’agonie de La Marseillaise rappelle celle de Presstalis. Nous avons longuement présenté l’historique du journal par un de ceux qui en furent les protagonistes. Ce sera la troisième liquidation en 6 ans ; la dernière ?

Déjà 2014 et 2016

En novem­bre 2014 déjà, La Mar­seil­laise s’était placée en redresse­ment judi­ci­aire, après avoir enreg­istré 1,5 mil­lions d’€ de pertes dans l’année, ajoutés aux deux autres mil­lions per­dus au cours des cinq ans précé­dents. Six mois plus tard, elle était reprise par Les Édi­tions des Fédérés, dirigées par Pierre Dhar­réville, secré­taire départe­men­tal du PCF des Bouch­es-du-Rhône. Le jour­nal restait donc dans le giron des com­mu­nistes, per­dant au pas­sage 91 de ses 208 postes, puis 27 de plus l’année suiv­ante. Le nou­veau repre­neur avait aus­si prévu d’externaliser l’imprimerie et de sup­primer le ser­vice pho­to, tout en injec­tant 700 000 € dans les fonds pro­pres du jour­nal.

En 2016 rebe­lote, la procé­dure dure 18 mois pour sor­tir du redresse­ment judi­ci­aire avec une nou­velle direc­trice, Audrey Gari­no, anci­enne can­di­date PCF aux lég­isla­tives et co-ani­ma­trice d’un comité de sou­tien à la can­di­da­ture de Jean-Luc Mélen­chon à l’élection prési­den­tielle de 2017 dans le 7ème arrondisse­ment de Mar­seille, une sorte d’association PCF/LFI, tout en per­dant de nou­veaux emplois.

2020, fin du Mondial de pétanque et fin de partie ?

Alors que la direc­tion annonce un redresse­ment, pas­sant d’une perte de 1,2M€ en 2018 à un qua­si équili­bre en 2019, les con­séquences de la crise san­i­taire sont sig­ni­fica­tives pour le quo­ti­di­en resté très proche de l’ambiance com­mu­niste. Un com­mu­nisme en voie d’attrition dans le départe­ment avec les pertes de Gar­dannes et d’Arles aux élec­tions munic­i­pales de 2020.

Le jour­nal revendique une « aug­men­ta­tion de 15% de son lec­torat », mais par rap­port à quelle péri­ode ? Ne dif­fu­sant plus que sur deux départe­ments, les Bouch­es-du-Rhône et le Var (con­tre six départe­ments aupar­a­vant), avec une seule édi­tion quo­ti­di­enne con­tre deux avant, les ressources finan­cières du jour­nal étaient essen­tielle­ment extra-sportives. Le jour­nal organ­i­sait chaque année en juil­let le « Mon­di­al de pétanque », un évène­ment con­sid­érable dans une région où on suit le cochon­net avec pas­sion. Pour des raisons san­i­taires la com­péti­tion a été reportée du début juil­let à la fin août 2020, une époque moins favor­able pour la pub­lic­ité et les par­tic­i­pants. Avec sans doute plus ou moins une dizaine de mil­liers d’exemplaires ven­dus chaque jour on voit mal l’avenir du quo­ti­di­en, sauf opéra­tion de mécé­nat des pou­voirs publics comme pour L’Humanité qui ne vit plus que d’aides de l’État depuis des années.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).