Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le journal Le Provençal et Gaston Defferre, une aventure papier exemplaire ?

31 mars 2018

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Pascal Houzelot | Le journal Le Provençal et Gaston Defferre, une aventure papier exemplaire ?

Le journal Le Provençal et Gaston Defferre, une aventure papier exemplaire ?

Notre longue enquête – vécue de l’intérieur – sur le déclin du journal communiste La Marseillaise nous a valu un volumineux courrier. Nous proposons à nos lecteurs une autre facette de la presse de Marseille, écrite par un marseillais.

Prise de pouvoir de Gaston Defferre

« À l’o­rig­ine, Le Provençal s’ap­pelait Le Petit Provençal, jour­nal quo­ti­di­en région­al de Mar­seille et du sud-est de la France, pub­lié entre 1880 et 1944 ».

Comme « Le Petit Mar­seil­lais », devenu « La Mar­seil­laise » en 1944, Le Petit Provençal  avait col­laboré avec le régime de Vichy. Ce qui en a fait à la Libéra­tion une cible de choix pour Gas­ton Def­ferre (1910–1986), résis­tant des pre­miers jours, mem­bre de la SFIO, et ses amis. Gas­ton Def­ferre a été un résis­tant exem­plaire. Son courage, enrac­iné dans un car­ac­tère affir­mé, sera toute sa vie sa mar­que de fab­rique. Pen­dant que François Mit­ter­rand rece­vait la Fran­cisque, il risquait sa vie et créait le réseau de résis­tance « Bru­tus ». Les hommes de Gas­ton Def­ferre « débar­quèrent » donc à la Libéra­tion le patron d’alors, Vin­cent Delpuech, rad­i­cal social­iste pétain­iste, « cousin poli­tique » du social­iste Def­ferre. Sont alors nés rapi­de­ment Le Provençal et Le Soir (août et sep­tem­bre 1944), promis à un long avenir.

Il con­vient de regarder de près qui sont alors les hommes de Gas­ton Def­ferre qui met­tent la main sur Le Petit Provençal. « En août 1944 durant les com­bats pour la libéra­tion de la ville, Xavier Culi­oli (1896–1978) (futur secré­taire général de la police pour les Bouch­es-du-Rhône et futur directeur du Provençal, grand résis­tant et mil­i­tant social­iste), Nick Ven­turi (1923–2008), truand notoire du milieu mar­seil­lais, et André Ambrosi (1914–1964) mil­i­taire s’é­tant récem­ment évadé du camp de Sens (Yonne) et mem­bre très act­if des FFI “libèrent” et occu­pent le siège du Petit Provençal, accom­pa­g­nés de plusieurs hommes armés (…) » (source : notice Wikipedia du Provençal).

Dans la même péri­ode, La Mar­seil­laise est donc dev­enue le quo­ti­di­en du PCF, tan­dis que Le Provençal allait s’af­firmer comme l’outil d’une ambi­tion per­son­nelle sous pavil­lon « social­iste ». Et cela mar­quera longtemps son posi­tion­nement poli­tique, jusqu’à la dis­pari­tion du patron en 1986. Un « règne mar­seil­lais » com­mençait. Gas­ton Def­ferre a été à sa manière répub­li­caine un féo­dal, à l’o­rig­ine d’une famille d’édiles qui occu­per­ont au fil des années les postes stratégiques de la ville et du Départe­ment. Ces édiles, « gauche » et « droite » con­fon­dues et générale­ment con­nivents, devront sou­vent tout à leur patron qu’en général ils servi­ront fidèle­ment, quitte par­fois à le com­bat­tre dans le cadre élec­toral. La par­tie n’a pas tou­jours été facile pour Gas­ton Def­ferre, mais il s’est tou­jours bat­tu farouche­ment sur tous les fronts. Il pou­vait ain­si en début de nuit venir en per­son­ne (solide­ment encadré) deman­der des comptes à La Mar­seil­laise suite à un arti­cle qui lui avait déplu !

Gaudin lui-même, maire actuel (2018) de la Cité phocéenne, a com­mencé sa car­rière dans l’om­bre du grand Gas­ton, et il per­son­ni­fie une généra­tion de dirigeants qui, peu ou prou, ont partagé la ges­tion de la ville et les ori­en­ta­tions économiques et poli­tiques qui ont con­tribué à en faire ce qu’elle est, une métro­pole à présent en crise économique pro­fonde qui fut longtemps un cen­tre indus­triel et por­tu­aire de pre­mier ordre.

Le Provençal, instrument d’une politique personnelle

À la Libéra­tion, la SFIO est dans une sit­u­a­tion déli­cate. Si La Mar­seil­laise naît de la volon­té du PCF et de ses résis­tants auréolés du com­bat libéra­teur, devenant un « organe du Par­ti Com­mu­niste », Le Provençal a dès son appari­tion été le fait d’un homme et de son équipe, une poignée de résis­tants social­istes déter­minés, quand nom­bre de députés de la SFIO (90 sur 126) avaient voté les pleins pou­voirs à Pétain et que le par­ti sor­tait de l’Oc­cu­pa­tion sans gloire.

Alors que les com­bats se pour­suiv­ent dans la ville, le nou­veau patron s’empresse de pub­li­er une feuille revendi­quant la nais­sance d’un nou­veau jour­nal, con­tre la presse col­lab­o­ra­tionniste mar­seil­laise, les titres « Le petit Mar­seil­lais », Mar­seille Matin » et les jour­naux du soir « Soleil », « Mar­seille Soir » et « Rad­i­cal », qui dans la foulée s’ef­facent sans retour en com­pag­nie du « Petit provençal ». Pré­cisons que dans tous les cas, les ordon­nances sur la presse de 1944 pré­parées à Alger prévoy­aient la dis­pari­tion des titres qui avaient paru sous l’Oc­cu­pa­tion.

Avo­cat, Gas­ton Def­ferre a adhéré à la SFIO en 1933, puis « est devenu un des dirigeants du par­ti social­iste clan­des­tin sous l’Oc­cu­pa­tion (…). Maire de Mar­seille à la Libéra­tion (1944–1945), puis député des Bouch­es-du-Rhône (1946–1958), il exerce des fonc­tions gou­verne­men­tales sous la IVe République, notam­ment comme min­istre de la France d’outre-mer (1956–1957) dans le gou­verne­ment Guy Mol­let. À ce poste, il éla­bore la loi-cadre sur la réforme du statut des ter­ri­toires de l’Union française (loi Def­ferre, 23 juin 1956) engageant ces pays dans la voie de l’indépen­dance. À par­tir de 1971, G. Def­ferre sou­tient l’ac­tion de François Mit­ter­rand à la tête du nou­veau par­ti social­iste. Directeur du quo­ti­di­en mar­seil­lais le Provençal (1951–1986 ) et prési­dent du Con­seil région­al de Provence-Alpes-Côte d’Azur de 1974 à 1981, il devient min­istre d’É­tat, min­istre de l’In­térieur et de la Décen­tral­i­sa­tion dans le gou­verne­ment Mau­roy (1981). Il est l’in­sti­ga­teur de la loi du 2 mars 1982 sur la décen­tral­i­sa­tion. »De nou­veau maire de Mar­seille à par­tir de 1953, élu séna­teur (1959–1962), puis réélu député (à par­tir de 1962) des Bouch­es-du-Rhône, G. Def­ferre échoue dans sa ten­ta­tive de regroupe­ment avec les cen­tristes dans une « Fédéra­tion démoc­rate social­iste », ce qui le con­duit à retir­er sa can­di­da­ture à la prési­dence de la République con­tre le général de Gaulle en juin 1965. Une nou­velle fois can­di­dat en 1969, il obtient 5,01 % des suf­frages exprimés.

On imag­ine les con­tor­sions de la « ligne édi­to­ri­ale » du jour­nal au gré de l’ac­tu­al­ité poli­tique, au moins jusqu’à l’U­nion de la Gauche en 1971. Aus­si, pour être sûr de ses troupes, Gas­ton Def­ferre voulait con­sul­ter la une de son quo­ti­di­en avant impres­sion, la nuit donc, qu’il fût à Mar­seille ou à Paris. Il exerçait une autorité stricte, bon enfant mais pesante sur sa rédac­tion, et en était pro­fondé­ment respec­té et craint.

L’his­toire du Provençal se con­fond avec le des­tin de son patron jusqu’en 1986, date de sa mort, digne d’une tragédie. Mis en minorité à la fédéra­tion social­iste par Michel Pezet, une pre­mière depuis 1945, il ren­tre chez lui à la rue Neuve Sainte-Cather­ine, où il s’ef­fon­dre. Son pre­mier suc­cesseur en tant que maire, le pro­fesseur de médecine Robert Vigouroux, ne pour­ra pas le sauver. Et Le Provençal va se retrou­ver comme tant de « grands quo­ti­di­ens de province » et de Paris, pris dans le tour­bil­lon des achats, des rachats dont sont vic­times les organes de presse privés d’une ligne édi­to­ri­ale pré­cise ou d’une volon­té poli­tique incar­née par un puis­sant per­son­nage. Notons que ce hand­i­cap, que n’avait pas le jour­nal La Mar­seil­laise, n’a pas empêché ce dernier de con­naître la descente aux enfers avec le Par­ti dont il a porté les couleurs, voir notre arti­cle du 21 mars 2018.

De Defferre à Lagardère, puis Hersant et enfin Tapie

Le 3 Juil­let 1987, le groupe de presse Le Provençal intè­gre l’ensem­ble médi­a­tique for­mé par l’in­dus­triel Jean-Luc Lagardère autour de la société Hachette. En 1997, sous la houlette de Jean-Luc Lagardère, nou­veau patron (loin­tain) du titre, Le Provençal fusionne avec Le Mérid­ion­al pour devenir La Provence. Le début du déclin se con­firme, le lec­torat com­mence à se lass­er. M. Lagardère avait nom­mé un tech­nocrate à la tête du titre, ce qui se traduisit par un désas­tre financier que la créa­tion des « sup­plé­ments quarti­er » ne réus­sit pas à com­penser. Le groupe Her­sant rachète le titre en 2007 et le revend à Bernard Tapie en 2013.

Pour indi­ca­tion (chiffres approx­i­mat­ifs), au moment de la fusion du Provençal et du Mérid­ional, le pre­mier tirait à 140 000 exem­plaires et le sec­ond à 70 000 exem­plaires. La Provence est créditée aujour­d’hui (2018) au mieux d’un tirage de 60 000 exem­plaires, étant enten­du que le chiffre du tirage n’est pas celui des ventes.

Le déclin d’un journal

Le Provençal a été le jour­nal des mil­i­tants social­istes mar­seil­lais et plus large­ment provençaux (Sud Est). On peut avancer que les fluc­tu­a­tions de la ligne de la SFIO puis du PS démon­trent l’at­tache­ment de ces derniers plus à un patron incon­testé et à ses lieu­tenants qu’à des con­vic­tions poli­tiques pré­cis­es. Mais la guerre froide a longtemps struc­turé les con­tra­dic­tions entre les forces poli­tiques français­es, et les quo­ti­di­ens mar­seil­lais pou­vaient se quereller, se traîn­er dans la boue et faire assaut de papiers vengeurs, ce qui prof­i­tait à cha­cun, ceci n’empêchant en rien les jour­nal­istes con­cernés d’avoir sou­vent les meilleures rela­tions de comp­toirs dans cer­tains étab­lisse­ments du cen­tre ville (bar Le Péano au Cours d’Esti­enne d’Orves par exem­ple). La dis­pari­tion du Mérid­ion­al, dont nom­bre de jour­nal­istes ont été inté­grés (non sans douleur) à La Provence, a privé une par­tie de l’élec­torat de droite de son « pain quo­ti­di­en » et La Provence s’est mué en organe con­sen­suel voué à l’AFP, au jeu de boules, et au sou­tien des pou­voirs en place. Pour cer­tains, seul l’OM a sauvé la mise de ce quo­ti­di­en, surtout depuis que les décès et les pro­grammes ciné­ma ou TV sont devenus acces­si­bles sur inter­net. La logique des con­cen­tra­tions a touché d’autres jour­naux voisins. Avec un suc­cès mit­igé.

Gaudin, qui a appuyé la fusion des titres, n’a pour sa part guère innové dans l’ex­er­ci­ce de son pou­voir, tan­dis que La Mar­seil­laise ne pou­vait plus revendi­quer être le porte voix d’un dis­cours con­tes­tataire sinon révo­lu­tion­naire crédi­ble.

Évo­quer la lente descente aux enfers de ce mon­stre hybride qu’est devenu « Le Provençal-La Provence » doit en out­re être explic­ité par le déclin économique d’une ville sur fond de mul­ti­pli­ca­tion des sources d’in­for­ma­tion ou de dés­in­for­ma­tion et, ne l’ou­blions pas, de la raré­fac­tion des points de vente. On peut égale­ment évo­quer les trans­for­ma­tions démo­graphiques qui ont affec­té Mar­seille et sa région. Privée d’un con­tenu clair et recon­naiss­able, La Provence doit sans doute encore une par­tie de sa dif­fu­sion à une frange rel­a­tive­ment âgée de la pop­u­la­tion, au com­bat acharné de sa régie pub­lic­i­taire, et à sa rédac­tion sportive.

Journaux et écosystème

Un jour­nal est un organ­isme vivant qui ne peut sans doute s’é­panouir que dans un écosys­tème favor­able, ligne édi­to­ri­ale per­ti­nente (rel­a­tive­ment à un lec­torat ciblé), points de vente assez nom­breux, élar­gisse­ment sur le Net de type ser­vice (par exem­ple), pourquoi pas organ­i­sa­tion de man­i­fes­ta­tions de type Ricard La Mar­seil­laise. Mais reste une loi d’airain : il faut savoir qui par­le, à qui, et ce qui doit être dit.

Un organe de presse s’adresse (en principe) à des lecteurs, et donc à des con­sciences, et porte (en principe) un dis­cours dont la per­ti­nence est vari­able selon les cir­con­stances. Si l’on prend en compte les évo­lu­tions de la presse écrite aujour­d’hui, on est en droit de sup­pos­er que glob­alis­er une infor­ma­tion large­ment uni­forme, que l’on retrou­ve dans les autres médias, et donc ne s’adress­er à per­son­ne en par­ti­c­uli­er, reste à pri­ori effi­cace à la télévi­sion, mais sui­cidaire pour les jour­naux dits tra­di­tion­nels.

Si Gas­ton Def­ferre avait vécu plus longtemps, aurait-il présidé à la fusion des titres Le Mérid­ion­al et Le Provençal ? Lui qui a, pre­mier patron de presse à le faire en France, infor­ma­tisé son jour­nal, serait-il passé à côté de la révo­lu­tion numérique ? Aurait-il pris le temps de forg­er des équipes plus autonomes pour alléger le poids de ses respon­s­abil­ités en cette matière ? Cela eût-il suf­fit ?

À l’heure où l’ex­pres­sion des citoyens ne compte guère, où le vote n’in­duit plus un change­ment des lignes poli­tiques (sou­venons-nous du référen­dum de 2005) et où les hommes poli­tiques parais­sent inter­change­ables à l’om­bre de l’UE, serait-il vain d’e­spér­er un renou­veau de la presse d’opin­ion, puisque « les opin­ions » ont dû céder, large­ment, la place à « une opin­ion » ?

La presse, notam­ment papi­er, a besoin d’un milieu démoc­ra­tique, du com­bat des idées, et de l’indépen­dance de ses rédac­tions, de plu­ral­isme tout sim­ple­ment, pour s’é­panouir. Son déclin con­tinu n’est sans doute que le reflet du l’u­ni­formi­sa­tion idéologique de la société. Un espoir de la voir renaître existe donc, à savoir le retour de la France à une véri­ta­ble démoc­ra­tie respectueuse des citoyens, et des jour­nal­istes (ah la Charte de Munich des jour­nal­istes de 1971 !)… Comme dirait Raf­farin, le chemin est droit, mais la pente est rude !

Pour en savoir plus : Gas­ton Def­ferre, Georges Mar­i­on, Albin Michel, 1989.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.