Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Histoires d’une nation ou France 2 au pays des Soviets. Troisième partie

25 octobre 2018

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | Dossiers | Histoires d’une nation ou France 2 au pays des Soviets. Troisième partie

Histoires d’une nation ou France 2 au pays des Soviets. Troisième partie

Troisième volet de notre décryptage du doc­u­men­taire « His­toires d’une nation ». Une analyse en cinq par­ties. Par­tie 3 : His­toires d’une nation, décryptage de l’épisode 2/4, Des héros dans la tour­mente (1927–1954).

Le troisième volet de la série documentaire de France 2, intitulé « Des héros dans la tourmente », ne déroge pas au ton des deux premiers : Histoires d’une nation est un outil de propagande. Après avoir analysé la raison d’être de la série, puis décrypté le premier épisode, l’OJIM plonge dans les images d’un épisode 3 dont le maître mot est amalgames en chaîne.

Notons-le, ce que l’OJIM révélait en sa pre­mière analyse est con­fir­mé : His­toires d’une nation n’est pas seule­ment un doc­u­men­taire poli­tique­ment et idéologique­ment ori­en­té afin de réécrire l’histoire d’une France qui serait née de l’immigration, c’est aus­si un out­il de pro­pa­gande à des­ti­na­tion des jeunes et des étab­lisse­ments sco­laires : ain­si, le 18 octo­bre 2018, France.tv édu­ca­tion con­sacrait l’essentiel de sa newslet­ter, avant tout des­tinée aux enseignants et aux par­ents d’enfants sco­lar­isés, à « regardez le nou­veau doc­u­men­taire His­toires d’une nation » sur Lesite.tv. Autrement dit, la plate­forme « éduca­tive » (com­prenez réé­d­uca­tive ) pro­pose « la série événe­ment de France 2 util­is­able en classe ». Ces trois derniers mots, au vu du con­tenu, indiquent le retour d’une véri­ta­ble volon­té des médias d’État de réé­du­quer nos chères têtes anci­en­nement blondes, en parte­nar­i­at act­if avec l’Éducation Nationale.

Aus­si éton­nant que cela puisse paraître, il y a pire : la newslet­ter indique « Par­ents, par­lez-en aux pro­fesseurs de vos enfants ». Le mot « par­ents » est en gras. L’injonction aux par­ents est pro­pre­ment extra­or­di­naire. Elle a évidem­ment pour fonc­tion de cul­pa­bilis­er les par­ents (qui ne ver­raient pas l’importance d’apprendre aux enfants que la France serait née de l’immigration à par­tir de 1870) et par leur inter­mé­di­aire les enseignants, lesquels ne sont déjà pas à la peine quant à l’idéologie qu’on leur demande d’inculquer dans les class­es.

Les héros seraient dans la tourmente

Les « héros », ce sont les étrangers et les Français issus des migra­tions. La « tour­mente », c’est le sort que la France leur fait, au lieu de les accueil­lir sans rechign­er. C’est l’objet de cet épisode 2 de la série. Cet épisode com­mence par des images au sujet de la pub­lic­ité pour le savon Cad­um, longtemps célèbre et dont le « bébé Cad­um » fut une célébrité, un bébé devenu sym­bole de la mar­que et choisi à l’époque, en 1925, sur la base d’un con­cours. Les mots sont clairs :

« L’image type de nos chères têtes blondes est née d’un père roumain et d’une mère polon­aise, il est juif et Français ». Même lui, oui, même le bébé Cad­um est venu d’ailleurs. L’amalgame com­mence d’emblée : la qual­ité (religieuse et spir­ituelle de juif) est ici amal­gamée avec une nation­al­ité et avec une qual­ité d’étranger . C’est la rhé­torique des Indigènes de la République qui arrive sur les écrans des foy­ers, mais aus­si, par la grâce de Francetvé­d­u­ca­tion et de son con­trôle parental en forme d’injonction, dans les class­es des lycées et col­lèges. Pour les auteurs de la série, le bébé est « le sym­bole d’un immense espoir », « l’assimilation paraît un rêve à portée de main » mais c’est une his­toire « de promess­es et de trahisons » (par la France, pour le sec­ond mot). D’autant que les enfants nés de migrants roumains réus­sir­aient mieux à l’école, la preuve par Charpak, futur Nobel, en un temps où pour­tant obtenir une carte de tra­vail était « une brimade ».

L’heure pressait

1927, les temps som­bres approchaient. La parole est donc don­née à Alain Minc, aux par­ents venus de Pologne, men­acés pour « mil­i­tan­tisme com­mu­niste ». C’est l’autre aspect de ce nou­v­el épisode : out­re le fait que la France serait née des migra­tions, cet enfan­te­ment n’aurait été pos­si­ble que par la béné­dic­tion de bonnes âmes du camp du Bien, autrement dit les com­mu­nistes de l’époque. Pas un mot n’est pronon­cé au sujet du devenir de la Pologne en pays total­i­taire. Des per­son­nes étrangères, migrantes, accueil­lies comme « réfugiées » poli­tiques pour leur com­bat en faveur de l’un des plus grands drames de l’histoire de l’humanité, le com­mu­nisme total­i­taire, sont présen­tées juste­ment comme des « héros dans la tour­mente ». Pour l’heure cepen­dant, en 1929, la France mène une poli­tique favor­able aux migrants (sans quoi les par­ents de Minc eussent migré ailleurs). Pourquoi ? Non parce qu’elle serait un pays accueil­lant, avec une pop­u­la­tion de souche frater­nelle, mais parce que la France n’est pas encore touchée par la crise. Pourquoi, alors, n’est-elle pas encore touchée par la crise ? Car elle a un Empire colo­nial, et « ses richess­es ». Nou­v­el amal­game dans le doc­u­men­taire, après la con­fu­sion entre juif, nation­al­ité et étrangers, vient cette autre con­fu­sion en habi­tants des colonies, étrangers et migrants.

Reste que si la France a pu alors accueil­lir Alain Minc, ce serait grâce à l’exploitation raciste des richess­es colo­niales. Pour être cer­tain de ne pas se tromper, le doc­u­men­taire se cen­tre alors sur l’exposition colo­niale de 1931 où des « indigènes sont exhibés à demi nus ». Sauf amal­game, la rela­tion entre immi­gra­tion et exhi­bi­tion de colo­ni­aux en 1931 n’est pas évi­dente. En 1931, la crise de 1929 touche la France (mal­gré ses richess­es colo­niales ?), provo­quant un « repli nation­al » (syn­onyme de racisme) et des « quo­tas d’étrangers », une loi pour laque­lle seuls les gen­tils, c’est-à-dire les social­istes et les com­mu­nistes de l’Assemblée Nationale, s’abstiennent. La haine est donc là, d’autant plus qu’éclate l’Affaire Stavisky, un « tour­nant », dont se saisir­ait l’extrême droite pour s’en pren­dre à « un juif, un réfugié », « comme ceux qui fuient Hitler ». Il pou­vait sem­bler à un his­to­rien que Stavisky était avant tout un escroc ayant attaqué la République de l’intérieur en cor­rompant des hommes poli­tiques. Non, depuis Drey­fus, quand « l’extrême droite prend les juifs pour cible, c’est la République qui est visée ». Face aux pres­sions des xéno­phobes du 6 févri­er 1934, la France aurait alors mis en place des poli­tiques s’en prenant non aux immi­grés mais aux « réfugiés », le terme désig­nant alors dans le doc­u­men­taire tous les immi­grés vivant en France, même les ital­iens ou les polon­ais instal­lés là depuis la fin du 19e siè­cle, usage du mot « réfugié » qui est le même aujourd’hui quand il s’agit de désign­er un migrant. Des Polon­ais sont expul­sés : « Cet enfant que l’on ren­voie, c’est Mozart que l’on assas­sine » (sic), cite l’auteur du doc­u­men­taire.

L’honneur de la France sauvé par la gauche !

Le Front pop­u­laire survient et l’honneur est sauf (pour peu de temps, il y a des nuages en Espagne). « La par­en­thèse enchan­tée du Front pop­u­laire va inté­gr­er les étrangers comme jamais ». Plus de Polon­ais, plus de Français, une « grande cama­raderie ». Mir­a­cle de l’idéal com­mu­niste et social­iste. Sans compter que « 1936 a été l’agence mat­ri­mo­ni­ale » : les ital­iens, ne lais­sant pas sor­tir leurs filles au bal , épousent des Français­es et font des bébés (cad­um) mul­ti­cul­turels. Il y a donc de l’espoir aujourd’hui, bien que les filles musul­manes restent à la mai­son avec leur voile.

Cette « par­en­thèse enchan­tée » est de courte durée, les ténèbres men­a­cent, à com­mencer en Espagne vers 1936 et après, et les pre­miers « camps de con­cen­tra­tion » s’ouvrent, en France, pour con­cen­tr­er, juste­ment, les héros des brigades inter­na­tionales, rejetés par la république. La France, qui décidé­ment n’en rate pas une, a ouvert des cen­taines de « camps de con­cen­tra­tion », sinon avant, du moins en même temps que l’Allemagne. Comme quoi, en réal­ité, le cou­ple fran­co-alle­mand c’est de l’histoire anci­enne. Une époque où la France « fiche » et « trie » les étrangers, « un savoir faire promis à un bel avenir ».

Et « gare à ceux qui aident les étrangers ! ». On ne peut s’empêcher de penser en 2018 au passeur Cédric Her­rou, devenu la coqueluche des médias. Pour­tant, tan­dis que la France trie, fil­tre, fiche, enferme (les juifs Français en par­ti­c­uli­er, ici amal­gamés aux étrangers de nation­al­ité), « eux », les étrangers, « s’engagent ». Pourquoi ? Pour sauver cette France qu’ils ont enfan­tée  Ils « défend­ent les valeurs de la République » con­tre Pétain et son régime. C’est sim­ple les his­toires, non ?

L’heure est sombre mais l’étranger veille

« Le maréchal met en pra­tique pour la pre­mière fois le pro­gramme de la France aux Français », enten­dez celui des sou­verain­istes ou des iden­ti­taires de main­tenant ; pas une référence évidem­ment au fait que le pro­gramme en ques­tion sera celui du par­ti com­mu­niste quelques années plus tard. Les com­mu­nistes, ils sont gen­tils, ils résis­tent pour sauver la république, et la plu­part du temps ils ne sont pas que com­mu­nistes, ils sont étrangers aus­si. Or, l’heure est grave : Pétain instau­re le « statut des juifs » en 1940, loi claire­ment anti­sémite. Quel rap­port avec le thème général de la série, con­sacrée aux immi­grés ? On ne sait. On com­prend mieux que même Le Monde se soit offusqué du côté réduc­teur de la présen­ta­tion faite de l’histoire dans la série, ce qui n’empêche pas ladite série de devenir une source de savoir insti­tu­tion­nal­isée dans l’Éducation Nationale. Anti­sémitisme d’État, fichi­er des juifs, dépor­ta­tion, pho­tos des camps, du Vel d’Hiv’, « une logique d’exclusion déjà mise en œuvre par les derniers gou­verne­ments de la IIIe République ». La France est raciste et xéno­phobe, d’après His­toires d’une nation, mais pas seule­ment elle, la République un peu aus­si. Dif­fi­cile de ne pas voir dans ce type de réc­it une cri­tique sous-jacente de la sit­u­a­tion actuelle et du pré­ten­du rejet par la même République des minorités, à com­mencer par les gen­tils musul­mans eux-aus­si venus ici pour enfan­ter une nou­velle France. Notons qu’un témoin fait pleur­er les téléspec­ta­teurs en racon­tant que sa grand-mère juive a été sauvée par un polici­er… « Mais le polici­er était com­mu­niste ». Ain­si, « c’est la France qui a fait cela », il y a une France pos­i­tive, celle de la diver­sité, et une France néga­tive, celle du refus de la diver­sité. A ce moment pré­cis, de la doxa bien-pen­sante dif­fusée par ce doc­u­men­taire de pro­pa­gande est lancé le Chant des par­ti­sans. La résis­tance, c’est la diver­sité. Les col­la­bos, ce sont les Français non immi­grés. Suit un peu de Manouch­i­an et d’affiche rouge, his­toire de mon­tr­er qui est mort pour la France : les immi­grés résis­tants, mais aus­si les sol­dats colo­ni­aux (dont on se demande tou­jours en quoi ils s’agit d’immigrés ayant con­stru­it la nation France). Cita­tion : « L’Afrique est venue soutenir la France dans son com­bat con­tre l’obscurantisme ». La preuve ? À Mar­seille, en 1944, 25 % des résis­tants attaquant la pré­fec­ture étaient « étrangers ». « Ain­si, les métèques et les colo­ni­aux, ces sauvages que l’on exhibait au zoo sont devenus nos libéra­teurs ». Le lecteur ne s’y trompera pas, il s’agit bel et bien d’une cita­tion du texte du doc­u­men­taire.

Alors ? La France n’aurait pas été recon­nais­sante, mas­sacrant des colo­ni­aux dès la fin de la guerre, avant de s’engager en Indo­chine con­tre ces peu­ples qui l’auraient sauvée et sans lesquels elle ne serait même pas née. Con­clu­sion ? « Les immi­grés qui ont résisté dis­parais­sent du tableau patri­o­tique ». Immi­grés, juifs et colo­ni­aux, tous migrants ! Et tous vic­times de la méchante France. Vous en repren­drez bien un peu de cette nou­velle his­toire édi­fi­ante de la France dont vous ne saviez rien, mal­gré tout ce temps passé à user vos culottes cour­tes sur les bancs de l’école ? Épisode 4 de notre décryptage de ces His­toires d’une nation des­tinées à l’endoctrinement soft des con­sciences sous peu.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).