Accueil | Actualités | Médias | Ligue du LOL suite, remise en contexte
Pub­lié le 19 juillet 2019 | Éti­quettes : , , , , , , ,

Ligue du LOL suite, remise en contexte

L’affaire de la Ligue du LOL a été l’occasion pour certains milieux féministes volontiers castrateurs de pratiquer la chasse aux places, en d’autres termes faire licencier de jeunes journalistes odieusement masculins pour prendre leur poste, comme ce fût le cas avec Marie Kirschen aux Inrocks. Sur le sujet nous avons déjà repris un article de Medium, nous publions des extraits de la suite. Où l’on verra que la dénonciation est le sport préféré de la gauche libérale-libertaire. Le lien complet est ici.

Ligue du lol : ce que les médias n’ont pas cherché

Petit retour en quelques tweets sur l’affaire de la ligue du lol.

Ayant beaucoup tourné sur Twitter, le medium “La Fabrique des 30 Salauds” expliquait “Les médias ont tous enquêté à charge, personne n’a jugé bon de contre-enquêter”… Sans faire vraiment cette contre-enquête. Connaissant le réseau pour m’y être inscrit en 2008, j’ai essayé de m’y coller. Anonymement, car dans ce dossier, l’excommunication a frappé à plusieurs reprises.

Un harcèlement collectif

Chronologiquement, Capucine Piot est la première à avoir subi un harcèlement collectif sur Twitter. En mai 2018 elle racontait son expérience au Huffington Post et expliquait avoir été moquée par “des milliers d’inconnus”.

Le harcèlement subi par la jeune femme est incontestable : il est visible, par exemple en recherchant les tweets mentionnant “babillages”, le nom de son blog ou “xoxobcapucine”, le nom de son ancien compte en 2009.

Pendant plusieurs années, Capucine sera victime de milliers de messages moqueurs ou insultants.

(...) La jeune femme sera particulièrement ciblée par Dariamarx. Celle-ci a effacé près de 2000 tweets en février dernier lorsque l’affaire de la ligue du lol a explosé. Plusieurs textes de son blog ont également été supprimés, même s‘il en reste quelques traces, comme celui-ci qui fustige les “putes à blacks” et celui-ci, effacé sur son site, mais toujours visible sur son tumblr, qui menace : “Connasses, pouffiasses, unissez vous parce qu’on est plein à vous détester, à avoir envie de vous tabasser, à vous envoyer en camp de réeducation en Slovénie, vous voir gratter des montagnes de patates crues avec vos ongles niqués, vous filmer en train de chier dans la neige le cul dans les orties, ça ferait une putain de télé-réalité, je serai la kapo de cette belle assemblée, je te ferai tellement trimer que tu chialeras”.

Un article de Numerama citait un tweet de @foutlamerde pour montrer que le compte “insultait directement les personnes”. Il s’agissait en fait d’une série de plusieurs tweets recensant un échange d’insultes entre Dariamarx et Capucine Piot, comme le montre la capture ci-dessous - à lire de bas en haut).

Ligue du lol La dispute avait d’ailleurs été évoquée par d’autres.

Quelques mois avant, Dariamarx avait proposé “pour la journée de la femme on brûle xoxobcapucine” (le pseudo à l’époque de Capucine Piot).

Le clash durera pendant plusieurs mois où elles se donneront des pseudonymes insultants.

Moquée par tous…

Florence Desruol était un personnage presque central de Twitter en 2010–2012 : elle pouvait reprocher aux autres utilisateurs de lui “voler” des liens, de ne pas la citer, et était au centre d’une suspicion généralisée sur la provenance de ses followers. Certains allant jusqu’à se moquer de son état mental.

Ligue du LOL suite, remise en contexte

…Mais obsédée par un seul

Elle-même pouvait se montrer offensive dans ses propos. Florence Desruol, agitait également pendant ces années-là le petit monde du Twitter français par ses disputes incessantes avec Vincent Glad. Elle s’amusait notamment à le mentionner avec le hashtag #petitebite, parce qu’elle estimait qu’il ne “citait pas la source”.

Lire la suite : medium.com

Voir aussi

Marie Kirschen

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This