Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les Watching giants répondent aux Sleeping giants

13 janvier 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Les Watching giants répondent aux Sleeping giants

Les Watching giants répondent aux Sleeping giants

Nous avons consacré un premier article aux « géants endormis », alias les Sleeping giants, l’armée anonyme qui veut instaurer le régime dont parlait Orwell dans son ouvrage 1984 : “la paix c’est la guerre, la liberté c’est l’esclavage”. Nous vous avons parlé des recours contre ces délateurs en bande organisée et repris un excellent article de l’Antipresse sur les sources américaines du mouvement. Ces géants endormis ont engendré une riposte : les Watching giants, les géants qui observent. Nous les avons interrogés sur leur action.

Quel est le rap­port entre les Sleep­ing giants et les Watch­ing giants ?

Les Watch­ing giants sont une réponse aux Sleep­ing giants et à leur mode opéra­toire. L’ac­tion des Sleep­ing giants, sous cou­vert de sim­ple infor­ma­tion faite aux entre­pris­es sur leurs emplace­ments pub­lic­i­taires et de lutte con­tre la “haine”, revient in fine à poli­tis­er les entre­pris­es. Nous, nous pen­sons que cette approche est dan­gereuse, et notre voca­tion est donc de pro­mou­voir la neu­tral­ité poli­tique des organ­i­sa­tions.

Les Sleep­ing giants ont agi comme une sorte de révéla­teur : oui, cer­taines entre­pris­es sont prêtes à se posi­tion­ner poli­tique­ment et chang­er leur stratégie mar­ket­ing pour sat­is­faire une poignée de comptes Twit­ter. Même main­tenant, alors que nous gérons le site web depuis un mois et demi, cela nous sem­ble tou­jours aus­si sur­prenant qu’elles tombent dans ce piège grossier. Les Sleep­ing giants con­stituent en cela un for­mi­da­ble exem­ple d’ingéniérie sociale à des fins poli­tiques.

Nous avons égale­ment des points com­muns avec les Sleep­ing giants : la décen­tral­i­sa­tion et l’anony­mat. Cha­cun peut con­tribuer aux Watch­ing giants. Le compte Twit­ter @watching_giants et le site web sont gérés par deux per­son­nes dis­tinctes. D’autres par­ticipent comme ils ou elles le peu­vent, ou con­tribuent en nous con­tac­tant. Deux con­tribu­teurs nous ont envoyé récem­ment une vidéo et une ani­ma­tion de sen­si­bil­i­sa­tion par exem­ple.

Un autre point à soulign­er, mais plus sub­jec­tif : il n’y a pas de volon­té agres­sive d’une part et d’autre. Il s’ag­it bien d’une bataille d’idées, et non un échange d’at­taques per­son­nelles. Il y a bien sûr des débats houleux entre les inter­nautes sur ce sujet, mais aus­si vraisem­blable­ment une cer­taine éthique des deux côtés, sauf cas excep­tion­nels que nous ne pou­vons que déplor­er.

Enfin, le nom : pour les Sleep­ing Giants, les géants ce sont eux. Pour nous c’est plus con­trasté, et la ques­tion est ouverte : est-ce que les géants ne seraient pas, par hasard, les entre­pris­es que nous obser­vons ? Après tout, ce sont elles qui ont le dernier mot.

Quels sont vos objec­tifs ?

Notre objec­tif est pour le moment de con­va­in­cre les entre­pris­es de ne pas réa­gir aux deman­des de retrait de pub­lic­ités. Il s’ag­it d’un objec­tif pri­or­i­taire dans la mesure où une entre­prise ne fera qua­si­ment jamais machine arrière une fois qu’elle a cédé aux Sleep­ing Giants, sauf si le buzz est excep­tion­nel. La préven­tion et la sen­si­bil­i­sa­tion doivent donc être priv­ilégiées plutôt que la réac­tion.

Néan­moins, lorsqu’une entre­prise cède, elle doit égale­ment et dans la mesure du pos­si­ble com­pren­dre l’in­térêt de con­serv­er une posi­tion poli­tique­ment neu­tre en toute cir­con­stance. Cela se fait assez naturelle­ment sur Twit­ter car la prise de posi­tion poli­tique indigne beau­coup de per­son­nes. Par­fois, nous envoyons égale­ment un email aux Rela­tions Presse de l’en­tre­prise qui a cédé, pour les grands groupes.

La final­ité pre­mière d’une entre­prise doit rester la créa­tion de valeur, et non la ges­tion de ques­tions poli­tiques, idéologiques ou com­mu­nau­taires.

De façon plus glob­ale, nous mili­tons pour une neu­tral­ité stricte des entre­pris­es, ce que nous avons résumé par le mot-clé #Brand­Neu­tral­i­ty (neu­tral­ité des mar­ques), en référence au #Brand­Safe­ty des Sleep­ing Giants. Cela nous sem­ble pri­mor­dial. Cer­taines entre­pris­es ont déjà des dif­fi­cultés à faire face aux deman­des com­mu­nau­taires, d’autres ont égale­ment des prob­lèmes à met­tre en place la par­ité femmes-hommes, sans compter une paperasserie admin­is­tra­tive écras­ante, il leur est main­tenant demandé d’établir une liste noire de sites “non-con­formes” de façon sub­jec­tive, afin d’éviter d’y posi­tion­ner leurs pub­lic­ités. Vu la façon dont fonc­tion­nent les régies pub­lic­i­taires, les mil­lions de sites web, la var­iété des “bonnes caus­es” poten­tielles et leur sub­jec­tiv­ité, cela devient ingérable. La final­ité pre­mière d’une entre­prise doit rester la créa­tion de valeur, et non la ges­tion de ques­tions poli­tiques, idéologiques ou com­mu­nau­taires.

Enfin, il serait oppor­tun de rap­pel­er plus large­ment qu’une des valeurs fon­da­men­tales des entre­pris­es doit être, de façon évi­dente, de respecter la diver­sité des opin­ions de ses salariés et de ses clients en s’ab­s­tenant de pren­dre une posi­tion poli­tique, ce qui est non seule­ment une valeur mais cor­re­spond égale­ment à un intérêt com­mer­cial.

Quels moyens d’action / finance­ment / équipe ?

Nos moyens d’ac­tions reposent unique­ment sur le volon­tari­at. Idem pour le finance­ment, notre bud­get de fonc­tion­nement est de quelques euros pour le serveur infor­ma­tique et le nom de domaine. Nous n’avons pas d’équipes, pas de per­son­nel, mais sim­ple­ment des con­tribu­teurs qui agis­sent comme bon leur sem­ble, quand ils le veu­lent et de la manière qu’ils souhait­ent.

Com­ment vous aider ?

Cela peut être à plusieurs niveaux : entre­pris­es, médias, et actions indi­vidu­elles.

Au niveau des entre­pris­es, il faudrait tout d’abord “escalad­er” le prob­lème au sein des sociétés car il est vraisem­blable que beau­coup de Com­mu­ni­ty Man­agers agis­sent impul­sive­ment sans se ren­dre compte que les deman­des effec­tuées par les Sleep­ing giants sont une opéra­tion sys­té­ma­tique et ciblée à l’en­con­tre d’un média. Les Com­mu­ni­ty Man­agers sont des pro­fils juniors (~ 28 ans) et vu le taux de suc­cès des Sleep­ing giants (22% en décem­bre 2019), on peut se pos­er la ques­tion de savoir s’il n’y a pas une forme de manque d’ex­péri­ence dans le fait de pren­dre ouverte­ment une posi­tion poli­tique qui au final nuit à l’en­tre­prise.

Cela pour­rait pass­er par des relais, per­son­nes, ou asso­ci­a­tions en con­tact avec les Direc­tions Com­mu­ni­ca­tion d’en­tre­prise, qui pour­raient se saisir de ces ques­tions et définir des bonnes pra­tiques. Nous avons pub­lié un “livre blanc” dans cet esprit, très loin d’être par­fait bien enten­du mais il pose quelques bases, et nous sommes si besoin dis­posés à en faire plus à ce niveau .

Au niveau médias, il sem­ble néces­saire de con­tin­uer d’en par­ler, en abor­dant tous les angles. Il y a bien sur un angle poli­tique, mais égale­ment un angle sur la neu­tral­ité des entre­pris­es, sur la for­ma­tion des Com­mu­ni­ty Man­agers, sur les régies pub­lic­i­taires, etc. La cri­tique des Sleep­ing giants ou des sociétés ayant cédé n’est prob­a­ble­ment pas une réponse suff­isante, tout comme l’u­nique angle poli­tique gauche/droite. Des médias ori­en­tés Busi­ness / Entre­pris­es devraient se saisir de cette ques­tion, cela serait une aide con­sid­érable pour pos­er le sujet de la neu­tral­ité d’en­tre­prise sur la table. N’ou­blions pas que les Sleep­ing giants, s’ils sont cri­ti­quables, n’en sont pas moins habiles et ne font au final qu’­ex­ploiter la faib­lesse même des entre­pris­es. Au niveau web, il y a égale­ment un enjeu autour du référence­ment. Il est évi­dent que si une entre­prise fait une recherche sur les Sleep­ing giants et voit immé­di­ate­ment que leur approche est poli­tique, cela con­tribuera naturelle­ment à ren­forcer la méfi­ance à l’é­gard de ces deman­des.

Au niveau indi­vidu­el, toute relec­ture, tra­duc­tion, sup­port de sen­si­bil­i­sa­tion, et bien sûr, de l’aide sur Twit­ter sont les bien­venus. Le nom­bre de Sleep­ing giants est faible, mais le nom­bre de Watch­ing giants l’est aus­si. Par con­tre, les Sleep­ing giants sont obstinés. Nous avons égale­ment quelques con­tribu­teurs qui le sont tout autant et qui sen­si­bilisent toutes les mar­ques ciblées avant qu’elles ne répon­dent, mais ils ont besoin de sou­tien et d’être relayés. Sur Twit­ter, con­va­in­cre les mar­ques de rester neu­tre est sim­ple­ment une ques­tion d’ob­sti­na­tion, de con­stance, et de rap­port de force. Nous avons besoin d’in­flu­enceurs pour relay­er, et davan­tage de comptes Twit­ter qui adoptent une approche sys­té­ma­tique.

De la même façon, con­tac­ter les direc­tions com­mu­ni­ca­tion des entre­pris­es pour deman­der un posi­tion­nement offi­ciel, que ce soit par email, télé­phone ou let­tre peut apporter un éclairage sup­plé­men­taire et cela per­met d’escalad­er le prob­lème à un autre niveau de l’en­tre­prise.

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).