Accueil | Actualités | Médias | Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs
Pub­lié le 29 décembre 2019 | Éti­quettes : , ,

Sleeping Giants contre Valeurs Actuelles : la riposte est lancée face aux apprentis délateurs

Première diffusion le 11/12/2019

Sleeping Giants, dont nous avions fait une large description à la rentrée, s’en est récemment pris aux chaînes télévisuelles diffusant Zemmour. Aujourd’hui, c’est contre une nouvelle cible médiatique que les cyberactivistes lancent l’offensive, Valeurs Actuelles, mais c’était sans se douter de la naissance d’une riposte.

Après CNews et Paris Première, Valeurs Actuelles

Depuis le 2 décembre, le collectif a lancé une campagne continue avec le hashtag #opVA, à destination de tous les annonceurs présents sur le site web de Valeurs Actuelles. Ceci dans le but de les informer qu’ils financent “un site constitué en pourvoyeur de haine et d'intolérance” (sic).

Bien entendu, selon leurs mots, libre aux entreprises de continuer leur financement, mais quand même, si elles continuent, ce ne sera vraiment pas bien. Ils précisent d’ailleurs “qu’un "média" qui reste dans les bornes de la légalité a le droit d'exister” (Valeurs Actuelles est concerné selon eux). Comme s’ils ignoraient l’importance actuelle des revenus publicitaires pour la presse si elle veut être pérenne. Cette attirance pour la censure n’a cependant rien d’étonnant dès lors que par le biais de leur compte Twitter, ils bloquent massivement d’autres utilisateurs, même si ces derniers n’ont jamais interagi avec eux.

Un autre point semble particulièrement intéresser nos cyberactivistes, la reconnaissance Service de presse en ligne (SPEL) par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP) du média. Ils s’interrogent sur la raison qui a poussé la CPPAP à l’octroyer à un tel site. Mais surtout, comme nous en informe Slate, le renouvellement de cette accréditation a lieu en janvier 2020. Le lancement d’une campagne de “bashing” serait l’occasion idéale pour peser sur la future décision de la CPPAP ?

Face aux Sleeping Giants, la riposte sur leur terrain s’organise

Successivement au début de cette campagne, Valeurs Actuelles a lancé son “mur de la honte” avec le nom de nombreux annonceurs ayant cédé aux injonctions des Sleeping Giants.

Côté médias, certains journalistes ont apporté leur soutien. Carole Barjon de l’Obs s’est interrogée, “D’abord Valeurs Actuelles, et ensuite, quel média ? Et ensuite qui ?”. Jérôme Béglé du Point a condamné en rappelant que “Toute délation, toute tentative de restriction de la pensée et de la parole est - dans la limite de la loi - parfaitement inadmissible”.

Une autre initiative, pas directement liée à Valeurs Actuelles, a suivi dans la foulée de ces campagnes de lobbying. Un compte Twitter intitulé “Watching Giants”, reposant sur le même mode d’action mais souhaitant défendre les “consommateurs patriotes”, a été lancé et il est déjà suivi par plusieurs milliers de personnes.

Et ces contre-offensives semblent porter leurs fruits puisque selon Capital, Red by SFR et Frichti auraient finalement renoncé à boycotter Valeurs Actuelles. Comme quoi, avec un peu d’organisation, le diktat des bien-pensants peu vite vaciller.

Puisque vous êtes là, une minute d’attention s’il vous plaît…

Appels aux dons

…nous avons une petite faveur à vous demander. Vous êtes chaque jour plus nombreux à nous lire. Le travail de l’Observatoire du journalisme (Ojim) est unique. Chaque jour nous contribuons à « vous informer sur ceux qui vous informent », à nous battre pour la liberté d’expression, pour le pluralisme dans les médias, contre les censures.

Tout ceci se fait avec une petite équipe motivée, certains sont bénévoles mais la plupart sont des journalistes indépendants ou des étudiants en journalisme qui sont rémunérés. La majorité des rédacteurs, le webmestre, le manager des réseaux sociaux, l’infographiste, le vidéaste, le dessinateur sont rémunérés. Nous aider c’est préserver notre indépendance et conforter une voix attaquée en justice par Ramzi Khiroun, numéro 2 du groupe Lagardère, pour nous faire taire. Votre don est éligible à un reçu fiscal de 66%. Un don de 50 € ne vous coûtera que 16 €. Un don de 100 € vous revient à 33 €. Un don même minime est un encouragement, cela ne vous prend qu’une minute. D’avance merci !

Claude Chollet
Président de l'Ojim

Share This