Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Les médias français et l’Ukraine

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

19 août 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les médias français et l’Ukraine

Les médias français et l’Ukraine

Temps de lecture : 2 minutes

Si le traitement des manifestations de la place Maïdan par les médias français avait déjà confirmé un sentiment anti-russe marqué (voir notre dossier sur les jeux olympiques de Sotchi), les événements qui ont suivi la chute d’un avion malaisien abattu dans des circonstances encore non élucidées le 17 juillet ont encore accentué cette tendance.

Une excel­lente analyse du Monde Diplo­ma­tique d’août 2014 signée Math­ias Rey­mond analyse ce par­ti-pris. Un par­ti pris par­fois grotesque lorsque l’agitatrice Car­o­line Fourest annonce à l’antenne de France Cul­ture que les « séparatistes russ­es arrachent au couteau les yeux des officiers ukrainiens » (voir notre arti­cle).

Aus­si grotesque que les élu­cubra­tions de BHL et sa bande, André Glucks­mann en tête dans le Huff­in­g­ton Post « Vous les gars et les filles de Maï­dan vous êtes les étoiles du dra­peau de l’Europe ».

Le Monde, Libéra­tion, Mar­i­anne, France Inter, Téléra­ma mul­ti­plient les tri­bunes libres et les inter­ven­tions anti russ­es. Ouest-France reprend les (nom­breuses) com­para­isons Poutine/Hitler, le nou­veau point God­win de la géopoli­tique à l’est. L’auteur a juste rai­son lorsqu’il souligne que « la mise en scène d’une oppo­si­tion entre gen­tils pro-européens et méchants pro-russ­es a rapi­de­ment pris l’allure d’une farce ».

Il fau­dra lire la presse alle­mande (ARD, Bild) pour en savoir plus sur les inter­ven­tions de la CIA ou le recrute­ment par Kiev de mer­ce­naires améri­cains d’Academi (anci­enne Black­wa­ter). Quelques uns réus­siront à ne pas hurler avec les loups atlantistes, Éric Zem­mour, L’Humanité, Valeurs Actuelles, par­fois L’Express ou Le Figaro. Bien peu dans un océan de con­formisme pro-améri­cain et une occa­sion ratée de plus (sauf excep­tions) pour la presse française de démon­tr­er son pro­fes­sion­nal­isme dans un con­flit complexe.

Crédit pho­to : mon­tage Ojim (cc)