Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Monde Diplo attaqué par la gauche atlantiste

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

7 août 2023

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Le Monde Diplo attaqué par la gauche atlantiste

Le Monde Diplo attaqué par la gauche atlantiste

Temps de lecture : 5 minutes

Pre­mière dif­fu­sion le 24 avril 2023

Mensuel de qualité, Le Monde Diplomatique ne ménage pas ses confrères et la « bienpensance » de son propre camp. Aujourd’hui, ce journal très marqué à gauche est mis en cause pour sa gestion sociale par Libération — atlantiste grand teint – qui se réjouit de certaines tensions au sein du mensuel.

Un changement de tête pas anodin

L’Ojim se fai­sait l’écho du rem­place­ment du directeur du jour­nal Serge Hal­i­mi au début de l’année 2023. Après quinze années passées à la tête du jour­nal, l’éditorialiste de tal­ent lais­sait la place à Benoît Bréville ; un change­ment de tête prévu puisqu’en 2019, lors de son élec­tion à la tête du jour­nal, Hal­i­mi avait prévenu qu’il n’irait pas au bout des six ans de mandat.

En effet, au Dip­lo, le directeur est élu par les tra­vailleurs, sys­tème orig­i­nal et démoc­ra­tique qui com­porte néan­moins son lot de désa­van­tages au pre­mier rang desquels la cam­pagne élec­torale per­ma­nente que peut devenir le lieu de tra­vail. Le directeur étant aus­si à la manœu­vre pour les embauch­es, une cer­taine ambiguïté peut naître d’un tel système.

À ce change­ment de tête, se sont ajoutées plusieurs mod­i­fi­ca­tions dans l’ours du jour­nal, une sorte de jeu de chais­es musi­cales inaudi­ble pour quiconque n’est pas dans le sérail.

2022 : la guerre des CDD

Der­rière ces change­ments hiérar­chiques et d’étiquette se trou­ve un con­flit social au cœur de la rédac­tion. Il s’agit d’une brouille qui aurait com­mencé en 2021 avec un jour­nal­iste, Jean-Michel Dumay qui a enchaîné quelques 19 CDD… Ce dernier avait demandé de paraître dans l’ours comme chef d’édition ce qui lui a été refusé, car n’étant pas en CDI. Une rigid­ité de la direc­tion qui serait le fait d’une équipe restreinte com­posée de Serge Hal­i­mi et son entourage, notam­ment de Pierre Rimbert.

Dans une rédac­tion d’une trentaine de per­son­nes et d’une cen­taine de pigistes, la bataille s’est matéri­al­isée par des cour­ri­ers dans lesquels les dif­férents acteurs se ren­voient des argu­ments. Loin des bar­ri­cades donc mais avec en toile de fonds une lutte d’influence syn­di­cale. En effet, si les élus du per­son­nel sont tous à la CGT, la CFDT est venue point­er le bout de son nez pour défendre une par­tie des travailleurs…

Un cas de harcèlement ?

Rebondisse­ment inat­ten­du dans ce con­flit, un salarié proche d’Halimi a accusé un élu du per­son­nel qui pre­nait la défense de Jean-Michel Dumay (l’homme aux 19 CDD) de har­cèle­ment moral et sex­uel. Dès lors la défense du salarié a pris un coup…  Le salarié représen­tant du per­son­nel visé par les faits de har­cèle­ment a été licen­cié avec val­i­da­tion de l’inspection du tra­vail (il avait le statut de salarié pro­tégé). Il s’agissait là du pre­mier licen­ciement depuis la fon­da­tion du jour­nal en 1954 ! En octo­bre 2022, la démis­sion annon­cée d’Halimi n’a pas vrai­ment calmé les esprits. Bréville était son suc­cesseur désigné… Désigné certes, mais tout de même élu avec 22 voix sur 30.

Lutte des classes au pays des soviets ou règlement de comptes par jalousie ?

Cette guerre interne au sein d’un titre de grande qual­ité, a au moins fait un heureux : Libéra­tion. Le jour­nal a pu se délecter des déboires de ce voisin peu con­ciliant et plus indépen­dant. Un règle­ment de comptes qui peut s’expliquer aus­si par le ressen­ti­ment à l’endroit de Pierre Rim­bert, bras droit d’Halimi et ancien de Libé qui avait pub­lié en 2005 un ouvrage piquant au titre évo­ca­teur de : Libéra­tion : de Sartre à Roth­schild.

L’article de Libéra­tion est d’ailleurs le seul papi­er dans la presse grand pub­lic à évo­quer cette affaire. Libé y décrit avec plaisir un sys­tème hiérar­chique avec une aris­to­cratie édi­to­ri­ale com­posée d’une trentaine de CDI et d’un pro­lé­tari­at pigiste d’une cen­taine de per­son­nes. Les salaires des CDI, estimés à 5 000 euros brut en moyenne ain­si que les trois mois de con­gés sont par ailleurs vive­ment reprochés au Dip­lo (alors que Libé se mon­tre d’ordinaire hos­tile aux bas salaires) tout comme la redis­tri­b­u­tion d’une par­tie des béné­fices aux tra­vailleurs. Ain­si, un bonus annuel de plus de 15 000 euros par salarié.

Le jour­nal­iste de Libéra­tion à l’origine du papi­er, un cer­tain Adrien Franque, est un adepte de la cri­tique des col­lègues, surtout quand ils gag­nent plus que lui. Son papi­er sur Lau­rence Fer­rari en 2021 en était déjà une illus­tra­tion. On passera ici sur les méth­odes hasardeuses du jour­nal­iste qui fait dire à « cer­tains ado­ra­teurs déçus » que le Dip­lo serait un « pha­lanstère » et « une secte ». Enfin lorsque le jour­nal­iste estime que 80 % du jour­nal est écrit par des pigistes, il oublie d’expliquer que par­mi ces pigistes fig­urent de nom­breux uni­ver­si­taires et des per­son­nal­ités qui gag­nent leur vie en dehors du journal.

Le succès génère des inimitiés…

Le Monde Diplo­ma­tique vend 180 000 exem­plaires par mois et avait dégagé quelques 2,6 mil­lions d’euros de béné­fices en 2021. L’arrivée de Serge Hal­i­mi à la tête du jour­nal à par­ticipé d’une pro­gres­sion con­stante et la ligne orig­i­nale, rigoureuse et sans com­pro­mis­sion avec les autres médias fait indé­ni­able­ment le suc­cès de ce mensuel.

Pro­priété à 51 % du groupe Le Monde mais farouche­ment plus à gauche et plus indépen­dant, le jour­nal a prob­a­ble­ment con­nu des ratés en matière de ges­tion et le duo Halimi/Rimbert a peut-être fait de mau­vais choix ou pris de mau­vais­es habi­tudes ce qui est presque inéluctable lorsqu’un règne dure un peu trop longtemps.

Avec sa ligne édi­to­ri­ale à rebours de la gauche libérale améri­caine et des paress­es intel­lectuelles qui peu­vent touch­er une large par­tie du spec­tre jour­nal­is­tique le Dip­lo s’est fait beau­coup d’ennemis, notam­ment en ne suiv­ant pas la meute dans un atlantisme forcené.

Le titre pour­rait con­naître d’autres péri­odes de tur­bu­lences, les con­cur­rents de la presse papi­er en déficit con­stant et financés par des oli­gar­ques comme Libéra­tion ne devraient pas lâch­er le morceau. La jalousie est un sen­ti­ment cor­rup­teur… et récurrent.