Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les médias et “l’Affaire Avia”, revue de presse

23 juillet 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Les médias et “l’Affaire Avia”, revue de presse

Les médias et “l’Affaire Avia”, revue de presse

[Pre­mière dif­fu­sion le 21 mai 2020]

Alors que la loi Avia allait être adoptée par l’Assemblée nationale le 13 mai 2020, Mediapart a profité de l’occasion pour publier des propos compromettants tenus par Laetitia Avia, avec ses assistants parlementaires. Selon l’enquête de Mediapart, les paroles rapportées auraient une “connotation sexiste, homophobe et raciste” et seraient à l’origine, ‘d’humiliations à répétition au travail”. Retour sur la couverture médiatique accordée à cette sombre histoire.

Les médias qui relaient l’information

De nom­breux médias ont évo­qué cette affaire de manière factuelle, “Humil­i­a­tion, racisme… Des ex-col­lab­o­ra­teurs accusent la députée Laeti­tia Avia” pour L’Express, “La députée LREM Laeti­tia Avia accusée par d’an­ciens col­lab­o­ra­teurs de tenir des pro­pos racistes, sex­istes et homo­phobes” pour 20 Min­utes ou, “Cinq ex-assis­tants par­lemen­taires accusent la députée LREM Laeti­tia Avia d’hu­mil­i­a­tions à répéti­tion” pour Libéra­tion.

D’autres, bien qu’assez factuels dans leurs arti­cles, n’ont pu s’empêcher d’annoncer, dès le titre, que Laeti­tia Avia comp­tait porter plainte, comme pour rel­a­tivis­er les accu­sa­tions. Le Point a titré son arti­cle “Laeti­tia Avia va porter plainte après des accu­sa­tions de racisme et d’ho­mo­pho­bie” ; France Info, “Accusée de har­cèle­ment, d’hu­mil­i­a­tions et de racisme, la députée Laeti­tia Avia annonce qu’elle va porter plainte pour diffama­tion” ; mais aus­si le droiti­er Atlanti­co, “Accusée de remar­ques sex­istes et homo­phobes, Laeti­tia Avia va porter plainte pour diffama­tion”.

Quelques heures après son pre­mier arti­cle sur le sujet, L’Obs en a fait un nou­veau, cen­tré sur un “tweet piquant (mais sub­til) d’Aurore Bergé”, dif­fu­sant des images de pin­gouins, car Avia se serait aus­si moquée d’elle en la com­para­nt à ces derniers. L’Obs est le seul à réalis­er un arti­cle entier sur ce sujet, assez sec­ondaire.

Du côté de Mar­i­anne, on fait le choix du “2 en 1”. L’affaire Avia est directe­ment évo­quée dans un arti­cle sur le vote de la loi éponyme, le lende­main des révéla­tions. “Vote de la loi Avia “con­tre la haine sur Inter­net” : un texte polémique, une députée dans la tour­mente”.

Certains médias plus offensifs

Du côté des émis­sions de débat, on retrou­ve des com­men­taires bien plus offen­sifs sur le sujet. Cyril Hanouna et ses chroniqueurs de TPMP sont “scan­dal­isés”. “Les bras m’en sont tombés” pour Jean-Michel Maire, “Si elle a vrai­ment dit ce qu’on a vu et qu’elle a vrai­ment écrit ce qu’elle a écrit, c’est impar­donnable” pour Valérie Bénaïm.

Même coups de gueules habituels chez les Grandes Gueules sur RMC, “Quand on porte l’écharpe tri­col­ore on ne par­le pas comme ça à ses col­lab­o­ra­teurs !” (quand on ne la porte pas, on a donc le droit ?!).

Le Figaro en a prof­ité pour sor­tir une série d’articles, dont un por­trait inti­t­ulé “Laeti­tia Avia, une ambi­tion bridée par les polémiques” ; une tri­bune, “Laeti­tia Avia se retrou­ve prise au piège de ses pro­pres leçons de morale” ; ou encore un autre por­trait, au Figaro Madame cette fois, “Qui est Laeti­tia Avia, la députée accusée d’ ”hor­ri­fi­er” ses assis­tants par­lemen­taires ?”.

Chez Valeurs Actuelles, la grande cita­tion d’Avia, “On a voté l’amendement des PD”, se retrou­ve dès le titre, et on prof­ite aus­si de cette affaire pour par­ler à nou­veau de la fameuse porte-parole du Gou­verne­ment, Sibeth Ndi­aye, qui a encore eu l’occasion de se démar­quer, en par­lant de “rumeurs de presse”. Un autre arti­cle vient rap­pel­er les accu­sa­tions de racisme faites aupar­a­vant par Avia, à l’encontre de Zem­mour et Ruf­fin, cocasse.

Des médias qui bifurquent sur d’autres sujets

Après avoir évo­qué cette his­toire, cer­tains médias ont pris la tan­gente en pub­liant des arti­cles sur des sujets con­nex­es. Par exem­ple, le Huff­Post en a écrit un, inti­t­ulé “L’af­faire Avia, révéla­teur de la vul­néra­bil­ité des col­lab­o­ra­teurs par­lemen­taires”, revenant sur les con­di­tions de tra­vail par­ti­c­ulières des col­lab­o­ra­teurs par­lemen­taires et les débor­de­ment pou­vant exis­ter, même pour “un retour de con­gé mater­nité”, bel exem­ple d’article de phar­isien.

Dans un reg­istre sim­i­laire, 20 Min­utes pub­lie un arti­cle sur le “har­cèle­ment” et l’Assemblée nationale qui, “mal­gré des avancées”, “peine à pren­dre en charge les risques psy­choso­ci­aux”, passez mus­cade ! évi­tant le sujet prin­ci­pal.

Des médias qui ne relaient pas l’information

La palme de la “non-infor­ma­tion” revient très cer­taine­ment au Monde. Habitué à pub­li­er nom­bre d’articles sur nom­bre de sujets, le jour­nal n’a évo­qué l’histoire qu’en quelques lignes, au sein d’un papi­er con­sacré à la loi Avia :

Le vote est par ailleurs inter­venu au lende­main de la paru­tion, dans Medi­a­part, d’un arti­cle met­tant en cause Laeti­tia Avia elle-même pour des « humil­i­a­tions à répéti­tion » et des « pro­pos à con­no­ta­tion sex­iste, homo­phobe et raciste » à l’encontre de cinq ex-col­lab­o­ra­teurs par­lemen­taires. L’élue de Paris, qui dénonce des « allé­ga­tions men­songères », a indiqué qu’elle allait dépos­er plainte pour diffama­tion.” Ya bas­ta ! De l’art de met­tre la pous­sière sous le tapis.

Du côté de la télévi­sion, aucune trace d’informations sur cette his­toire, sur le site de CNews, con­traire­ment à BFMTV, France Info ou LCI.

Con­cer­nant les rebondisse­ments plus récents de cette affaire, avec une plainte col­lec­tive des anciens assis­tants par­lemen­taires déposée le 18 mai 2020, on retrou­ve sen­si­ble­ment la même répar­ti­tion médi­a­tique. La loi Avia est en appli­ca­tion, la députée a annon­cé vouloir porter plainte pour diffama­tion, les retombées médi­a­tiques con­tin­ueront, nous les suiv­rons l’attention que le sujet mérite.

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.