Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le réacteur digital du Monde a mal au cœur

15 mars 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le réacteur digital du Monde a mal au cœur

Le réacteur digital du Monde a mal au cœur

Trois déménagements valent un incendie affirme un dicton populaire. L’adage se vérifie au groupe Le Monde qui progressivement investit ses nouveaux locaux du côté de la gare d’Austerlitz après une grève des clandestins engagés sur le chantier et en cours de régularisation sur la demande du groupe. Mais d’autres tensions se manifestent.

Le réacteur a mal au cœur

Le réac­teur, c’est la rédac­tion web du jour­nal du soir. Le mal au cœur, c’est la pièce cent fois jouée des ten­sions entre rédac­teurs de l’édition dig­i­tale, le pro­lé­tari­at, rédac­teurs sur le papi­er, la bour­geoisie, et les chefs de ser­vice, édi­to­ri­al­istes, l’aristocratie. Le pro­lé­tari­at est gen­ti­ment méprisé par les bour­geois et les aris­to­crates du titre et les pro­los n’aiment pas ça. Au point de présen­ter une péti­tion à la direc­tion sous le titre « Le réac­teur a mal au cœur ».

Un titre bien troussé car Jérôme Fenoglio et Louis Drey­fus ont de grandes ambi­tions pour con­quérir des abon­nements dig­i­taux. Les objec­tifs sont de pass­er de plus de 200.000 abon­nés dig­i­taux fin 2019 à un mil­lion en 2025. Une expan­sion à marche for­cée au moment où la fin de vie annon­cée de Presstal­is (en phase ter­mi­nale) men­ace la dif­fu­sion du papi­er. Le terme réac­teur n’est pas usurpé, mais être con­sid­éré à la fois comme la force de frappe du jour­nal et comme la pié­taille (moins bien payée) entraîne des états d’âme récurrents.

Un super médiateur nommé

Gilles Van Kote, directeur délégué chargé du développe­ment (et imag­i­nons-nous respon­s­able du démé­nage­ment) devient directeur délégué aux lecteurs en place de Franck Nouchi devenu rédac­teur en chef de la rubrique Idées. Rela­tions avec les abon­nés, organ­i­sa­tion d’évènements, rela­tion avec la Société des lecteurs (présidée par Julia Cagé, la com­pagne de Thomas Piket­ty), il ani­mera la vaste com­mu­nauté autour du jour­nal. L’histoire ne dit pas s’il sera égale­ment médi­a­teur auprès du petit peu­ple remuant du « réac­teur », une fonc­tion néces­saire et délicate.

Derniers portraits ajoutés

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.

Yann Barthès

PORTRAIT — Avec sa belle gueule et sa décon­trac­tion cor­ro­sive, Yann Barthès est devenu en quelques années le gen­dre idéal de la mère de famille con­seil­lère déco dans le Marais, ou son fan­tasme télé le plus avouable.