Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Naufrage de Presstalis, le SAEP se rebiffe
Publié le 

29 février 2020

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Naufrage de Presstalis, le SAEP se rebiffe

Naufrage de Presstalis, le SAEP se rebiffe

Sur la fin annoncée de Presstalis dans sa forme actuelle, voir nos articles précédents ici et . Le Syndicat des éditeurs de presse (SAEP) qui regroupe certains éditeurs de magazines s’inquiète de la distribution de ses journaux en cas de défaillance de Presstalis. Il avait ainsi écrit à l’autre grand distributeur de presse les MLP qui viennent de lui répondre.

Le communiqué de la SAEP

« Suite à l’appel que nous avions lancé le 10 févri­er dernier, la direc­tion des MLP a pris le soin de nous répon­dre par cour­ri­er, en sub­stance :

  •  La Direc­tion des MLP ne souhaite pas organ­is­er de réu­nion pour ne pas ajouter de con­fu­sion.
  •  Les MLP con­fir­ment être en mesure d’assurer la dis­tri­b­u­tion des mag­a­zines en cas de défaut de Presstal­is.
  •  Les MLP sont prêtes à accueil­lir les édi­teurs de Presstal­is sous réserve que « les rela­tions con­tractuelles entre les édi­teurs et leur société coopéra­tive ou de dis­tri­b­u­tion aient été légale­ment rompues. »

Soyons sans illu­sion sur la sit­u­a­tion actuelle : la survie des édi­teurs de mag­a­zines importe peu à l’ARCEP. La déci­sion du gel des trans­ferts le prou­ve : l’ARCEP tente de sauver la con­ti­nu­ité de la dis­tri­b­u­tion de la presse quo­ti­di­enne au détri­ment des lib­ertés économiques et de l’avenir des petits édi­teurs.

Quelle que soit l’issue du dossier Presstal­is, les quo­ti­di­ens ont un objec­tif et un seul : con­train­dre les édi­teurs de mag­a­zines à pay­er, encore et tou­jours plus pour combler le trou sans fond de Presstal­is. Ces édi­teurs de quo­ti­di­ens comptent sur leurs mules de la Coopéra­tive des Mag­a­zines pour cracher au bassinet 4 points de VMF (ventes au mon­tant fort, note de la rédac­tion) sup­plé­men­taires, quitte à ce que leurs pau­vres mon­tures s’écroulent sous le poids de cette nou­velle taxe insouten­able.

Pour sor­tir de cette influ­ence par­ti­sane des édi­teurs de quo­ti­di­ens désor­mais incom­pat­i­bles avec l’intérêt général de notre fil­ière, le SAEP appelle les édi­teurs de mag­a­zines à se pré­par­er à rompre leurs rela­tions avec la CDM (Coopéra­tive de dis­tri­b­u­tion des mag­a­zines, note de la rédac­tion) avant la mise en redresse­ment judi­ci­aire de Presstal­is.

Dès main­tenant, comme le per­met la nou­velle Loi Bichet, le SAEP appelle les édi­teurs de mag­a­zines à se regrouper au sein d’une nou­velle coopéra­tive qui négociera de manière libre et  indépen­dante de nou­veaux con­trats avec toute entité en mesure d’assurer la dis­tri­b­u­tion de leurs mag­a­zines de façon effi­cace, solv­able et trans­par­ente ».

Prisonniers de Presstalis ?

Le com­mu­niqué en ter­mes vigoureux et en car­ac­tères gras ajoute « Les édi­teurs de mag­a­zines vont-ils con­tin­uer encore longtemps à accepter d’être les mules des édi­teurs de quo­ti­di­ens ? ». En clair l’ARCEP qui régule la dis­tri­b­u­tion de la presse et est sous pres­sion des quo­ti­di­ens, empêche les édi­teurs de mag­a­zines de quit­ter Presstal­is, d’où la con­di­tion de MLP pour les accueil­lir sous réserve que « les rela­tions con­tractuelles entre les édi­teurs et leur société coopéra­tive ou de dis­tri­b­u­tion aient été légale­ment rompues. ». Comme on dit : A suiv­re.

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

Éric Naulleau

PORTRAIT — Éric Naul­leau, la gauche qui agace la gauche. « Moi, je suis con­sid­éré par la gauche comme un enne­mi. Elle me com­bat. C’est ain­si. Mais Naul­leau, lui, est con­sid­éré comme un traître ! Et c’est bien pire… » Éric Zem­mour, Valeurs Actuelles, 2012.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision