Accueil | Actualités | Médias | Le « Petit Journal » supprimé à la rentrée ?
Pub­lié le 18 avril 2016 | Éti­quettes : , , ,

Le « Petit Journal » supprimé à la rentrée ?

Si l'on en croit les bruits de couloirs à Canal+, « Le Petit Journal », trop cher à produire, serait clairement menacé pour la rentrée 2016.

Bien qu'il soit l'une des rares émissions affichant un bon résultat d'audience, réunissant chaque soir entre 1,1 et 1,4 million de téléspectateurs, le programme animé par Yann Barthès pourrait faire les frais du grand ménage opéré par Vincent Bolloré.

Pour la rentrée, l'homme d'affaires breton réfléchit à une nouvelle grille de programmes avec une priorité sur le crypté. « Le clair, Bolloré s'en fiche. Il veut réinvestir dans les programmes premium. Il veut faire de Canal+ une paytv à l'américaine, comme HBO », explique une source interne à puremedias.com. Ainsi, des émissions comme « Le Grand Journal », « Le Supplément », « Les Guignols » ou encore « Groland » pourraient passer à la trappe.

Pour certains, c'est là une bien mauvaise stratégie. « Sans émission en clair, Canal+ sort du radar médiatique. Les animateurs qui incarnent la chaîne en assurent sa promotion », commente ainsi un cadre de Canal +.

Concernant le « Petit Journal », émission basée sur la dérision générale de tout fait politique et sur la satire, principalement à l'attention de tout ce qui touche à la droite et, pire, à l'« extrême-droite », il s'agit d'un programme assez onéreux à produire. D'après Le Canard Enchaîné, Vincent Bolloré aurait demandé à son producteur, Laurent Bon, de réduire la facture quotidienne de l'émission, tout comme celle des programmes en clair en règle générale. Un plan social d'envergure est même redouté dans les coulisses de la chaîne, mêlant réductions de budget et suppressions de programmes.

En cas de disparition du « Petit Journal », nul doute cependant que d'autres chaînes se montreront très intéressées pour accueillir Yann Barthès et ses équipes, dont le rôle et l'impact auprès des jeunes demeurent on ne peut plus utile au système médiatique.

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

19% récolté
Objec­tif : avril 2019 ! Nous avons récolté 375,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux