Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le « Petit Journal » tronque un entretien de Marine Le Pen au Québec

7 avril 2016

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le « Petit Journal » tronque un entretien de Marine Le Pen au Québec

Le « Petit Journal » tronque un entretien de Marine Le Pen au Québec

Marine Le Pen a‑t-elle été mise en difficulté, voire « humiliée » lors de son entretien télévisé sur Radio Canada ? C’est en tout cas ce que laisse entendre le « Petit Journal » de Canal+.

Jeu­di 24 mars, la prési­dente du Front Nation­al était inter­rogée par la jour­nal­iste québé­coise Anne-Marie Dus­sault. Un échange ten­du où les deux femmes ont cha­cune fait val­oir leurs argu­ments. Sauf que d’après le « Petit Jour­nal » de Yann Barthès, c’est bien Marine Le Pen qui aurait été mal­menée dans ce débat.

Grâce à un mon­tage totale­ment sub­jec­tif de quelques min­utes, l’émis­sion n’a gardé que les échanges qui l’in­téres­saient en sup­p­ri­mant le reste de l’en­tre­tien, et par­fois même les répons­es de Mme Le Pen à son inter­locutrice. Comme le note la blogueuse québé­coise Sophie Durocher sur son blog, l’en­tre­vue a été totale­ment « tron­quée » et « dénaturée », à la lim­ite de la « pro­pa­gande ».

Et celle-ci d’il­lus­tr­er l’ap­pli­ca­tion de cette méth­ode mal­hon­nête : « Si je prends un match de hock­ey Cana­di­ens-Bru­ins et que je ne garde au mon­tage que les buts mar­qués par les Bru­ins, je peux réus­sir à vous faire croire qu’ils ont gag­né la par­tie. Alors que c’est le Cana­di­en qui l’a emporté 8 à 3. »

C’est exacte­ment que qui s’est passé avec cet entre­tien qui, dans son inté­gral­ité, dure 30 min­utes et com­porte de nom­breuses répliques per­cu­tantes de Marine Le Pen, entière­ment passées sous silence. « Ils n’ont pas gardé un seul des malais­es, un seul des silences, quand Le Pen pose une ques­tion à Dus­sault et que celle-ci ne sait quoi répon­dre », ajoute Sophie Durocher.

Le pire, note-t-elle, c’est que « plusieurs médias pour­tant respecta­bles, ont écrit des textes basés sur le “remon­tage” du Petit Jour­nal, sans jamais man­i­feste­ment avoir vision­né l’in­té­gral­ité de l’en­tre­vue ». Une pra­tique courante au « Petit Jour­nal », surtout lorsqu’il s’ag­it de nuire au Front Nation­al.

Le « Petit Journal » expulsé du Maroc

Par ailleurs, plus récem­ment, une équipe de l’émis­sion a été inter­pel­lée au Maroc avant d’être expul­sée. Alors que Mar­tin Weill et son équipe tour­naient un sujet sur la con­di­tion des homo­sex­uels dans le pays, notam­ment après la dif­fu­sion d’une vidéo mon­trant le lyn­chage de deux homo­sex­uels par leurs voisins, ces derniers ont été arrêtés puis recon­duits à la fron­tière faute d’au­tori­sa­tion de tour­nage.

Comme l’a expliqué M. Weill, ils ont tout juste eu le temps de tourn­er trois images avant d’être « dénon­cés par les habi­tants qui sou­ti­en­nent les agresseurs ». Quant à l’au­tori­sa­tion, « l’obtenir, quand on traite d’un sujet comme l’homosexualité, ça arrive rarement », pré­cise-t-il. En effet, pour ce faire, il faut : « faire une demande, depuis la France, au min­istère maro­cain de la Com­mu­ni­ca­tion, fournir des jus­ti­fi­cat­ifs et un syn­op­sis détail­lé au Cen­tre ciné­matogra­phie maro­cain, etc. Une autori­sa­tion qui peut pren­dre jusqu’à trente jours. »

Pour abor­der un sujet aus­si sen­si­ble, dans un pays où l’ho­mo­sex­u­al­ité est punie de trois ans d’emprisonnement, les équipes de Yann Barthès ont donc décidé d’y tourn­er sans autori­sa­tion. Après cette expul­sion, le « Petit Jour­nal » a promis de revenir sur place, avec cette fois toutes les autori­sa­tions néces­saires.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.

Ivanne Trippenbach

PORTRAIT — Ivanne Trip­pen­bach est une jour­nal­iste de L’Opinion qui a fait de “l’extrême-droite” son cheval de bataille, a grand coups de dénon­ci­a­tions choc. Pour dia­bolis­er son adver­saire idéologique, la jour­nal­iste n’est pas à un détail près.

Paul Amar

PORTRAIT — Paul Amar est né le 11 jan­vi­er 1950 à Con­stan­tine (Algérie) de Charles (agent de la SNCF) et Julie Ghenas­sia. La famille sera rap­a­triée en 1961 et s’installera dans la région lyon­naise.