Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le petit Alan Kurdi, otage médiatique : de l’image choc à l’arrière-plan

20 avril 2020

Temps de lecture : 6 minutes
Accueil | Veille médias | Le petit Alan Kurdi, otage médiatique : de l’image choc à l’arrière-plan

Le petit Alan Kurdi, otage médiatique : de l’image choc à l’arrière-plan

Le 2 septembre 2015, en pleine crise des migrants, la publication d’une photo d’un enfant de 3 ans dénommé Alan Kurdi, échoué mort sur la plage turque de Bodrum, a changé le cours des événements. À l‘occasion du récent épilogue judiciaire de cette affaire intervenue le 13 mars 2020, le recul permet de passer du gros plan sensationnaliste à un arrière-plan plus complexe.

La pho­to boulever­sante en gros plan d’un enfant mort sur une plage a été reprise à l’époque dans de nom­breux médias. Elle a été un élé­ment majeur dans l’ouverture des fron­tières de plusieurs pays européens à l’immigration clan­des­tine. Une ouver­ture amor­cée par l’annonce un peu plus tôt de la chancelière Angela Merkel de son souhait d’accueillir jusqu’à 800 000 migrants en Alle­magne. Depuis cette date, si la route des Balka­ns vers l’Europe de l’ouest est plus dif­fi­cile à emprunter, ce sont néan­moins des mil­lions de migrants extra-européens qui se sont instal­lés en Europe. Le temps a per­mis d’en savoir plus sur les cir­con­stances de ce drame exces­sive­ment médi­atisé.

L’image choc du « petit Aylan »

C’est un pho­tographe turc, Nilufer Demir, qui a pris début sep­tem­bre 2015 la pho­to du jeune garçon échoué sur la plage, Alan (ou Aylan) Kur­di. Inter­rogé peu après à ce sujet par le site Vice, il ne cachait pas sa volon­té de « faire chang­er l’opinion de l’Europe con­cer­nant les réfugiés ».

L’objectif a été rem­pli au-delà de ses espérances. Dès le 3 sep­tem­bre, de très nom­breux médias ont repris cette image choquante. Celle-ci, présen­tée dans les médias de grand chemin sans autre grille de lec­ture que le « drame de la migra­tion » et l’égoïsme des Européens, ne pou­vait que provo­quer sidéra­tion par l’émotion, tristesse et colère. Cette exploita­tion d’une scène émou­vante a non seule­ment amené un change­ment d’une par­tie de l’opinion publique vis-à-vis de l’ouverture des fron­tières, elle a égale­ment amené plusieurs gou­verne­ments d’Europe de l’ouest à ouvrir leurs fron­tières à des cen­taines de mil­liers de clan­des­tins.

Après les réseaux soci­aux, ce sont les médias d’information qui se sont emparés de cette image choc. Comme le souligne un col­lec­tif de chercheurs bri­tan­niques dans une étude sur le traite­ment médi­a­tique de cette pho­to, par­mi les titres de la presse inter­na­tionale, le jour­nal anglais Dai­ly Mail a été le pre­mier à titr­er sur « le ter­ri­ble des­tin d’un petit garçon qui sym­bol­ise le dés­espoir de mil­liers de per­son­nes ». Il était vite suivi par d’autres médias : The inde­pen­dant, le Huff­in­g­ton Post, The Guardian, Al Jazeera, etc.

La France n’a pas été en reste. Alors que cer­tains médias ont flouté la pho­to, d’autres ont pris le par­ti de la jeter en pleine face aux yeux du pub­lic. Sur France Inter, Sorj Salan­don esti­mait qu’« une pho­to comme ça, ça ne se floute pas, ça se prend dans la gueule ». Des sondages ont mon­tré que la part des français favor­ables à l’accueil des réfugiés syriens avait aug­men­té de 10% après l’hyper médi­ati­sa­tion de la pho­to choc en 2015. Nous avions analysé à l’époque la posi­tion du Monde qui expli­quait sim­ple­ment que cette « pho­to per­me­t­trait peut-être la prise de con­science de l’Europe » (sic).

La mort d’un enfant n’emporte pas de réserves

Les réserves vis-à-vis des cir­con­stances de la noy­ade de l’enfant ont été sur le moment sin­gulière­ment rares, comme s’il ne fal­lait pas ternir ce grand moment de com­pas­sion et d’humanité. La sim­ple remar­que d’Arno Klars­feld s’étonnant que l’on puisse par­tir de Turquie sur une embar­ca­tion de for­tune, par mer agitée, provo­quait le 7 sep­tem­bre 2015 un con­cert de protes­ta­tions out­ragées large­ment médi­atisé.

Mais comme le pré­cise avec regret L’Obs 2 mois plus tard, les atten­tats du 13 novem­bre 2015 ont freiné en plein élan cet « élan de com­pas­sion ». Des freins dont on se demande l’efficacité au regard des flux migra­toires crois­sants que con­nait la France depuis plusieurs années…

Élargissement du cadre

Le pre­mier élar­gisse­ment du cadre de la pho­to vien­dra quelques jours après sa pub­li­ca­tion ini­tiale. Plusieurs médias don­nent alors des pré­ci­sions sur les cir­con­stances de la mort de l’enfant. Ils nous appren­nent qu’alors que des mem­bres de la famille de l’enfant essayaient de tra­vers­er la Méditer­ranée pour gag­n­er l’ile de Kos à bord d’un bateau pneu­ma­tique, celui-ci échouait, entrainant la mort du jeune garçon. Mais bien que les médias se soient con­cen­trés unique­ment sur la mort trag­ique du jeune Alan, on appre­nait que d’autres pas­sagers de l’embarcation étaient morts lors de la tra­ver­sée.

Assez rapi­de­ment, le réc­it sim­ple et émou­vant allait bien­tôt être entaché des pre­miers doutes sur sa lim­pid­ité. Le 12 sep­tem­bre 2015, The Dai­ly Tele­graph relayait des accu­sa­tions d’une proche des vic­times à l’encontre du père du petit Alan, selon lesquelles celui-ci serait un passeur. Le jour­nal anglais pub­li­ait à cette occa­sion le témoignage d’une femme dont des mem­bres sont morts dans le périple.

Peu après, le Guardian et le Wall street jour­nal remet­taient en cause la ver­sion d’un exode de la famille venant directe­ment d’Irak pour se ren­dre en Europe : la famille résidait depuis 3 ans en Turquie  pau­vre­ment mais en sécu­rité. Ce qui ame­nait le bloggeur Stéphane Montabert à com­menter :

«  La mort d’Ay­lan Kur­di est avant tout un acci­dent, un mélange d’im­pru­dence, d’im­pa­tience et de malchance trans­for­mant de très mau­vais choix en drame. L’his­toire de cette famille est triste et ter­ri­ble mais très éloignée de la légende qu’on en tisse, et le père lui-même en tire une con­clu­sion rad­i­cale­ment dif­férente lorsqu’il appelle à plus de sol­i­dar­ité de la part des pays arabes ».

Comme le relatait France Info, le père du jeune Alan n’avait pas voulu dépos­er de demande d’asile, notam­ment au Cana­da, son frère ayant vu sa demande rejetée dans ce pays. Il aurait par dépit engagé un exode clan­des­tin avec sa famille.

Nouvel élargissement du cadre en 2016, le père d’Alan accusé d’être un passeur

En mars 2016, un tri­bunal turc con­damnait deux passeurs syriens pour la ten­ta­tive de pas­sage clan­des­tin de plusieurs per­son­nes en Grèce, dont des mem­bres de la famille Kur­di, nous appre­nait CNN.
En décem­bre 2016 selon Newsweek, le père d’Alan Kur­di était inculpé pour traf­ic d’êtres humains. Le jour­nal améri­cain soulig­nait qu’il était accusé par deux organ­isa­teurs de la tra­ver­sée d’avoir plan­i­fié celle-ci. Les charges pesant con­tre le père d’Alan Kur­di ont plus tard été lev­ées, sans que la moti­va­tion de la déci­sion de relaxe de la jus­tice turque soit con­nue.

Épilogue : des passeurs condamnés à 125 années de prison le 13 mars 2020

Un autre événe­ment plus récent est venu établir d’autres respon­s­abil­ités au naufrage qui a fait bas­culer une par­tie de l’opinion publique européenne. Le 13 mars 2020, on appre­nait dans plusieurs médias le ver­dict de la jus­tice turque à l’encontre de 3 passeurs ayant co-organ­isé le pas­sage de mem­bres de la famille d’Alan Kur­di : 125 années de prison cha­cun. L’agence de presse turque Anadolu pré­ci­sait à cette occa­sion que 5 autres migrants avaient per­du la vie lors du naufrage du bateau. La cou­ver­ture médi­a­tique de ce juge­ment a été en France d’une très grande dis­cré­tion, comme si l’affaire n’intéressait plus per­son­ne.

Décryptage : absence de filtre et « éducation du public » au détriment de l’information

Un élé­ment majeur dans le traite­ment médi­a­tique de la mort du jeune Alan peut être souligné : l’absence de tout fil­tre entre l’émetteur de la pho­to, le pho­tographe turc, et le récep­teur qu’il souhaitait, l’opinion publique européenne.

On peut dire que son objec­tif, frap­per l’opinion publique européenne et infléchir sa posi­tion sur l’immigration de masse extra-européenne, a été atteint au-delà de ses espérances. Les élé­ments qui auraient pu entrain­er des réti­cences, comme le fait que la famille Kur­di était instal­lée depuis 3 ans en Turquie et la pos­si­ble par­tic­i­pa­tion active du père d’Alan Kur­di à la tra­ver­sée dans une mer houleuse, ont été totale­ment passés sous silence. Les déc­la­ra­tions du père du garçon peu après la tra­ver­sée trag­ique appelant les pays arabes, et non les pays européens, à aider les réfugiés syriens ont de façon remar­quable été égale­ment totale­ment nég­ligées.

Traitement différentiel des photos pour les victimes du Bataclan

Le tabou habituelle­ment partagé dans les médias inter­dis­ant tacite­ment de pub­li­er des pho­tos d’une per­son­ne morte a été brisé à cette occa­sion. Sans que cela sus­cite out­re mesure de protes­ta­tions dans ce qui peut être inter­prété comme une vaste opéra­tion de manip­u­la­tion de l’opinion publique. Depuis cette date, le tabou est de nou­veau respec­té. Les lecteurs des médias n’ont par exem­ple pas vu les corps enchevêtrés des vic­times des atten­tats islamistes com­mis à Nice, Paris, au Bat­a­clan, etc. Comme si la sen­si­bil­i­sa­tion de l’opinion publique par des images de morts ne pou­vait s’appliquer que pour favoris­er l’immigration de masse.

Pas un mot, ou presque comme le souligne récem­ment le site d’information Bre­it­bart, n’a été dit dans les médias de grand chemin sur le fait que ce sont non pas les fron­tières fer­mées mais bien les fron­tières poreuses qui créent un appel d’air con­sid­érable au busi­ness juteux de l’immigration clan­des­tine. L’image iconique du 2 sep­tem­bre 2015 ne saurait souf­frir aucune ombre.

La pho­to du jeune Alan a depuis cette péri­ode grande­ment con­tribué à un change­ment du par­a­digme de la réponse à apporter aux guer­res. Au lieu de pro­mou­voir l’assistance sur place ou l’accueil dans les pays lim­itro­phes à la cul­ture com­mune, les pays européens sont som­més par une large part des médias de grand chemin d’accueillir encore et tou­jours plus d’immigration extra-européenne, indépen­dam­ment de ses con­séquences. Les pres­sions que des médias et des asso­ci­a­tions immi­gra­tionnistes exer­cent visent non pas à per­me­t­tre à la pop­u­la­tion vic­time de con­flits de rester chez elle, mais à per­me­t­tre l’exode de peu­ples entiers, essen­tielle­ment en Europe grâce à l’ouverture des fron­tières. Comme s’il s’agissait d’une évi­dence morale incon­testable. Une sim­ple et trag­ique pho­to a pesé plus que de longs dis­cours. Les vic­times ? Au-delà du petit Aylan, les européens et le respect de l’honnêteté de l’information.

Dessin : Kich­ka

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).