Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le Monde, les photos et l’invasion migratoire

7 septembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le Monde, les photos et l’invasion migratoire

Le Monde, les photos et l’invasion migratoire

La violence morbide de la photo du petit Aylan publiée en couleurs et en pleine une du Monde daté du vendredi 4 septembre n’est pas dans les habitudes du journal du soir habituellement plus pondéré. Dans un article de son édition en ligne du 6 septembre signé Antonin Sabot, Le Monde se justifie et vend la mèche : il fallait influencer l’opinion française jusqu’ici rétive à l’incessant flux migratoire. Décryptage.

Une image mais pas n’importe laque­lle, pas celle d’un enfant pales­tinien, pas celle d’un décapité de Daesh, non « une image sym­bol­isant la mort de l’Europe nous ren­voy­ant à notre indif­férence col­lec­tive » La mort de l’enfant n’est pas la con­séquence des exac­tions islamistes ni des actions de ceux qui encour­a­gent les passeurs mais celle de notre « indif­férence col­lec­tive ». La démarche cul­pa­bil­isatrice est un peu grosse mais ça peut marcher, ça va marcher. D’ailleurs qui sont ces morts, le petit Aylan ou les noyés de la Méditer­ranée, sinon des « vic­times de la forter­esse Europe ». Vrai­ment ? L’Europe serait une forter­esse ? Il sem­blerait que l’actualité des derniers mois l’assimile plutôt à une pas­soire… Et puis cet enfant est devenu un « emblème », une sorte de dra­peau com­pas­sion­nel des­tiné à sidér­er les opin­ions européennes.

L’image fut tout d’abord pub­liée en ligne avec de désagréables réac­tions de lecteurs dénonçant une « image mor­bide et racoleuse ». Puis tout s’emballe, la presse quo­ti­di­enne bri­tan­nique du Times au Guardian pub­lie la fameuse image. Alors il faut suiv­re mais pas n’importe com­ment, trou­ver l’angle qui per­me­t­tra de faire bas­culer les con­sciences européennes du côté obscur de la faib­lesse « Nous avons cher­ché le meilleur moyen de la présen­ter, avec un titre qui dis­ait qu’elle serait peut-être la pho­to qui per­me­t­trait la prise de con­science de l’Europe » (c’est nous qui soulignons), écrit la respon­s­able édi­to­ri­ale Emmanuelle Chevallereau. Se pose alors la ques­tion du choix du meilleur angle, plusieurs images de la même scène sont disponibles. Celle où l’on voit le garde-côte turc obser­vant le petit corps est « la plus forte » celle qui « mar­quera les con­sciences », vos con­sciences. La pho­to fait l’objet d’un édi­to­r­i­al du directeur du jour­nal. « Cette pho­to, ter­ri­ble, est en elle-même une prise de posi­tion » (c’est nous qui soulignons), ajoute Luc Bron­ner. Une prise de posi­tion en faveur d’un flux migra­toire incon­trôlé, inex­orable, irréfragable et même souhaitable.

Comme le souligne Slo­bo­dan Despot dans l’édition en ligne de Causeur du 7 sep­tem­bre « Les européens à qui l’on veut faire avaler sans bronch­er un des mou­ve­ments de pop­u­la­tion les plus colos­saux de l’histoire ne sont pas des citoyens qu’on veut con­va­in­cre mais des chiens de Pavlov qu’on s’emploie à dress­er ». Comme les pris­es se posi­tion du Monde le con­fir­ment. CQFD.

Dessin : Kich­ka (DR)

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.