Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le Parlement européen se met aux podcasts pour vous parler d’Europe

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

20 octobre 2020

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Le Parlement européen se met aux podcasts pour vous parler d’Europe

Le Parlement européen se met aux podcasts pour vous parler d’Europe

Temps de lecture : 3 minutes

Alors qu’au début de l’année, nous nous demandions si le podcast ne représentait pas le “nouvel eldorado de la presse”, c’est désormais le Parlement Européen qui se met à ce format (lien vers les épisodes ici).

L’Union européenne, habituée à faire sa petite pro­pa­gande médi­a­tique, s’est lancée dans l’exercice en sor­tant un pod­cast com­posé de 12 épisodes d’environ 15 min­utes, inti­t­ulé “Par­le-moi européen”. L’objectif affiché est de “décrypter l’Eu­rope d’au­jour­d’hui et imag­in­er celle de demain”. Vaste programme.

Une production de Bababam pour le Parlement européen

Ce pod­cast a été pro­duit par Bababam pour le Par­lement européen. Bababam est un stu­dio de pod­cast fondé par Pierre Orlac’h, cofon­da­teur et ancien directeur général délégué du Groupe Cerise (Gentside, OhMy­Mag), racheté en 2016 par Pris­ma Média.

Pour présen­ter ce pod­cast, c’est Vic­tor Dekyvère qui a été choisi, jour­nal­iste chez Arte et chroniqueur dans l’émission 28 min­utes présen­tée par Élis­a­beth Quin. La mar­que de fab­rique d’Arte se retrou­ve d’ailleurs dès l’image d’illustration du pro­gramme où appa­rais­sent des citoyens qui sem­blent plus provenir du monde entier que d’Europe. The Love Europe project” d’Arte s’était déjà fait remar­quer il y a quelque temps pour sa vision “très inter­na­tionale” de l’Europe.

Un contenu politiquement correct habituel

Ce pod­cast tente de cou­vrir l’essentiel des thèmes relat­ifs à l’UE, le pre­mier épisode com­mence avec celui de la crise san­i­taire face auquel “l’Europe a vac­il­lé”. Dans la con­ti­nu­ité, c’est ensuite “le retour des fron­tières” qui est abor­dé, face auquel, l’Europe a de nou­veau “vac­il­lé” (sic). Épisode dans lequel on note toute­fois deux inter­ven­tions de Jérôme Riv­ière, Prési­dent de la délé­ga­tion française du groupe ID au Par­lement européen, témoignant d’une cer­taine démarche d’ouverture à dif­férents points de vue (même si il est rapi­de­ment contredit).

Après le retour des fron­tières, on passe à la crise économique, le plan de relance. Soudaine­ment, à l’épisode 5, le grand sujet mis en avant est celui des “États-Unis d’Eu­rope” pour repos­er “la ques­tion de plus de fédéral­isme suite à la crise du coronavirus”.

Les épisodes suiv­ants par­lent du cli­mat, de l’agriculture, du numérique, de “l’Europe sociale”, de “l’Europe garante des droits et des lib­ertés” (face à la Hon­grie et la Pologne qui ne respecteraient pas “les principes de la démoc­ra­tie libérale”).

Enfin, au dix­ième épisode, revient le sujet des migra­tions dans une Europe où l’on ne peut que con­stater la “dif­fi­cile con­di­tion des réfugiés”.

L’épisode suiv­ant se pose la ques­tion de la place de l’Europe dans le monde au moment où les “États-Unis de Don­ald Trump se désen­ga­gent de leurs oblig­a­tions (sic) inter­na­tionales”. Puis vient avec le douz­ième épisode, la con­clu­sion de ce pod­cast. Pen­dant plusieurs min­utes, nous avons le droit à une com­pi­la­tion de pro­pos tenus par des inter­viewés sur leur vision de l’UE de demain et surtout, à la fameuse néces­sité de “réduire la mon­tée de l’ex­trême droite qu’il y a dans ce con­ti­nent et qui est vrai­ment inquié­tante” (sic).

En somme, un con­tenu à l’image des régulières pro­duc­tions des insti­tu­tions européennes.