Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Mots interdits : Politico rejoint le woke

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

5 août 2023

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Mots interdits : Politico rejoint le woke

Mots interdits : Politico rejoint le woke

Temps de lecture : 3 minutes

Pre­mière dif­fu­sion le 25 mars 2023

Politico, fondé en 2007 à Washington, a eu son pendant européen en 2014 et a bâti sa renommée sur le modèle classique de la lettre confidentielle politique et économique avec différentes offres et de la publicité. Sans oublier un politiquement correct de bon aloi, à Bruxelles comme à Washington, avec une touche woke plus récemment (source : Aube digitale).

Les employés woke ou Sa majesté des mouches en vrai

Le jour­nal con­ser­va­teur bri­tan­nique The Spec­ta­tor a décrit la rédac­tion de Politi­co comme une organ­i­sa­tion ressem­blant à « Sa Majesté des mouch­es avec des enfants pétu­lants qui appor­tent des idées des cam­pus uni­ver­si­taires dans la salle de rédac­tion et poussent la ligne édi­to­ri­ale plus à gauche que jamais ».

Sa majesté des mouch­es, excel­lent film de Peter Brook réal­isé en 1963, est tiré du roman éponyme (1954), Lord of the flies de William Gold­ing. L’avion d’un groupe d’adolescents anglais s’écrase dans une île du Paci­fique. Très vite les enfants revi­en­nent à un état trib­al, sauvage, proche de l’état animal.

Transgenre mon beau souci

Les « mouch­es » se sont mis­es en mou­ve­ment après un arti­cle de mars 2021 exposant la façon dont les Répub­li­cains se sont posi­tion­nés en défenseurs des sports féminins con­tre les ath­lètes trans­gen­res. L’auteur, (une femme) a été inter­rogée sur ses antécé­dents pro­fes­sion­nels au Wash­ing­ton Exam­in­er, un jour­nal de cen­tre-droit, et sur le fait que l’article n’avait pas fait enten­dre de voix trans­gen­res. Un par­tic­i­pant à la réu­nion a été offen­sé par l’expression « femmes biologiques », expres­sion jugée de manière générale « offen­sante pour les lecteurs transgenres ».

La tempête se lève

À l’issue de la réu­nion, Robin Turn­er, direc­trice de la diver­sité édi­to­ri­ale (sic) du jour­nal, a recruté trois per­son­nes trans­gen­res qui, selon eux, aideraient la rédac­tion à appren­dre à ren­dre compte des ques­tions trans­gen­res d’une « manière plus com­plète et plus inclu­sive ». Ain­si, le mot « mère » pou­vait poten­tielle­ment être offen­sant lorsqu’il était util­isé par des jour­nal­istes. De même que l’expression « mâle biologique » a été décrétée « insulte anti-trans ».

Mots interdits

Ensuite, Politi­co a nom­mé une nou­velle rédac­trice en chef des normes pour super­vis­er le con­tenu édi­to­r­i­al – l’ancienne cor­re­spon­dante de la Mai­son Blanche Ani­ta Kumar. Sous sa direc­tion, un nou­veau guide a été mis en place, qui com­prend une liste de mots « non inclusifs » con­sid­érés comme interdits.

Nous citons (source : The Spec­ta­tor) :

  • Fait par l’homme (Man-made)
  • Chas­se à l’homme (Man­hunt)
  • Genre biologique, sexe biologique, femme biologique, femelle biologique, homme biologique ou mâle biologique
    Immi­grant clan­des­tin ou étranger en sit­u­a­tion irrégulière 
  • En référence à l’immigration clan­des­tine : assaut, raz-de-marée, inon­da­tion, défer­lement, inva­sion, armée, marche, sournois­erie et furtivité.
  • Migra­tion en chaîne : ce terme est util­isé par les « par­ti­sans de la ligne dure en matière d’immigration ».
  • Pays du tiers-monde : trop « désobligeant ».

En règle générale, il con­vient d’éviter de men­tion­ner qu’une per­son­ne trans­genre est née garçon ou fille, et d’opter pour des for­mu­la­tions telles que « iden­ti­fié à la nais­sance comme garçon/fille » », pré­cise le guide. « La biolo­gie d’une per­son­ne ne prime pas sur son iden­tité de genre, et de telles sim­pli­fi­ca­tions exces­sives peu­vent invalid­er le genre actuel et authen­tique de la personne. »

Un dernier pour la route : « Con­traire­ment à Noir, blanc ne devrait pas avoir de majus­cule ».

Fer­mez le ban.