Accueil | Actualités | Médias | Le Monde publie des comptes un peu gris et Yann Barthès cache les siens
Pub­lié le 9 décembre 2018 | Éti­quettes : , , , ,

Le Monde publie des comptes un peu gris et Yann Barthès cache les siens

Le monde des médias ne comporte pas seulement des acteurs directs comme les sociétés de presse, les radios, les télévisions, les sociétés numériques mais aussi les sociétés de production qui les fournissent. Les fameuses « boîtes de prod », dont celle de Yann Barthès qui cache soigneusement ses bénéfices. Pour quelle raison ?

Le Monde en demi-teinte

Alors que la SEM, société éditrice du journal (voir notre infographie ici) ne sait pas quelles seront les conséquences de l’arrivée du Tchèque Daniel Kretinsky dans son tour de table, les comptes 2018 se présentent de manière morose.

Les comptes 2017 étaient pratiquement à l’équilibre (moins d’1M€ de pertes pour 177M€ de chiffre d’affaires), ceux de 2018 dont une esquisse a été présentée au comité d’entreprise fin novembre 2018, seront moins présentables. En cause la baisse de la publicité numérique (générale pour tous les médias, les GAFA préemptent la valeur ajoutée). D’autant plus fâcheux que le nombre des abonnés numériques dépasse désormais le nombre des abonnés papier.

Si la dette fournisseurs devrait diminuer, elle se situerait quant même autour de 70M€. Peu de sociétés pourraient se permettre de faire patienter ainsi ses fournisseurs, Le Monde doit avoir de solides arguments pour obtenir leurs bonnes grâces.

Et Yann Barthès cache ses sous

Vous avez connu Le Petit Journal de Canal+, vous connaissez Quotidien de TF1. Tous les deux animés par Yann Barthès. Et tous deux produits par la société Bangumi où Barthès est associé à Laurent Bon.

Les valeurs du pote Yann sont connues : la dérision, l’attaque pour tout ce qui pourrait représenter le populisme, les identités, la décence ordinaire, un peu le monde des gilets jaunes. Et des valeurs bien correctes ! Dont une en particulier, la belle et quasi divinisée transparence. LA TRANS-PA-REN-CE que diable ! Les vilains pas progressistes doivent montrer leurs dessous qu’on devine pas très propres. Eh bien mon pote Yann ne publie JAMAIS ses comptes. Depuis leur création, les sociétés Bangumi, Bangumi presse et Bangumi prestations n’ont JAMAIS PUBLIÉ LEURS COMPTES (source Lettre A du 28 novembre 2018). Yann le pote pratique la transparence chez les autres et l’opacité chez lui. La prochaine fois que vous le voyez à l’écran, imaginez le avec un nez de clown, ce sera ressemblant.

PS : nous disions en 2014 ce que nous pensions du Grand Journal qui abritait le petit en 2014, après avoir vu quelques émissions de Quotidien notre diagnostic est le même.

Photo : capture d'écran page d'accueil bangumi.fr

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

Ce portrait a été financé par les donateurs de l'OJIM

Aider l'Observatoire du journalisme, c’est contribuer au développement d’un outil indépendant, librement accessible à tous et à votre service.

Notre site est en effet entièrement gratuit, nous refusons toute publicité et toute subvention - ce sont les lecteurs/donateurs qui assurent notre indépendance. En donnant 100 € vous financez un portrait de journaliste et avec l'avantage fiscal de 66% ceci ne vous coûte que 33 €. En donnant 200 € vous financez un dossier. Vous pouvez régler par CB, par PayPal, par chèque ou par virement. Rejoignez les donateurs de l'Ojim ! Nous n'avons pas d'autres sources de financement que nos lecteurs, d'avance merci pour votre soutien.

5% récolté
Objec­tif : mars 2019 ! Nous avons récolté 100,00€ sur 2.000,00€. Vous appré­ciez notre tra­vail ? Rejoignez les dona­teurs de l’Ojim !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux