Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le journal libéral-libertaire polonais Gazeta Wyborcza voudrait être subventionné par l’UE

31 janvier 2017

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Le journal libéral-libertaire polonais Gazeta Wyborcza voudrait être subventionné par l’UE

Le journal libéral-libertaire polonais Gazeta Wyborcza voudrait être subventionné par l’UE

L’argent de Georges Soros ne suffit apparemment pas pour sauver le journal libéral-libertaire et violemment anti-PiS Gazeta Wyborcza. En Pologne même, l’éternel rédacteur en chef du journal Gazeta Wyborcza Adam Michnik affirme que le gouvernement conservateur du PiS étouffe financièrement son quotidien en le privant des annonces publicitaires du secteur public et en ne renouvelant pas les abonnements des administrations.

D’autres, par con­tre, comme son adjoint Jarosław Kurs­ki, affir­ment que le jour­nal se porte bien et que la baisse de ses ventes est un mythe. Pour­tant, comme qua­si­ment tous les ans, les chiffres du site Wirtu­alne Media mon­trent que c’est bien Gaze­ta Wybor­cza qui perd le plus de lecteurs (-18 % entre novem­bre 2015 et novem­bre 2016) et qu’il est désor­mais troisième en terme de ventes papi­er, der­rière deux tabloïds. Et d’ailleurs, si le jour­nal se por­tait bien, pourquoi aurait-il déjà fer­mé plusieurs de ses agences locales et licen­cié près de 200 jour­nal­istes au cours de l’année écoulée ?

Dans une inter­view en anglais pour le site Eurac­tiv, le rédac­teur en chef de l’édition en ligne de Gaze­ta Wybor­cza sonne en tout cas l’alarme : le jour­nal qui a fait l’opinion en Pologne et surtout à pro­pos de la Pologne à l’étranger pen­dant plus de 25 ans est au bord de la fail­lite ! Roman Imiel­s­ki s’offusque du fait que les admin­is­tra­tions et les entre­pris­es publiques ne veu­lent plus acheter d’espace pub­lic­i­taire dans le jour­nal de l’opposition la plus agres­sive au pou­voir issu des dernières élec­tions, mais il ras­sure tout de même le lecteur européen : les annon­ceurs privés sont tou­jours là. Ce qui veut dire que le PiS respecte mieux la lib­erté de la presse que la coali­tion PO-PSL qui l’a précédée, puisque sous Don­ald Tusk les médias de la droite con­ser­va­trice n’avaient même pas droit aux annonces des entre­pris­es privées, celles-ci craig­nant des rétor­sions gou­verne­men­tales en ter­mes de marchés publics.

Imiel­s­ki se plaint aus­si que les mem­bres du gou­verne­ment de Bea­ta Szy­dło refusent de par­ler aux jour­nal­istes de Gaze­ta Wybor­cza et il recon­naît que le site de son jour­nal a du mal à faire face aux nou­velles dif­fusées sur les réseaux soci­aux : 5 mil­lions de vis­i­teurs pour Gaze­ta Wybor­cza con­tre 13 mil­lions d’utilisateurs des réseaux soci­aux en Pologne.

Sa solu­tion ? Que l’Union européenne mette en place des fonds pour soutenir finan­cière­ment les médias libéraux-lib­er­taires et européistes dans toute l’UE. Après tout, explique-t-il, l’UE sub­ven­tionne le secteur minier et cer­taines branch­es indus­trielles, pourquoi ne pas aider de la même manière les médias en dif­fi­culté ?

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).

Michel Denisot

PORTRAIT — Michel Denisot est né en avril 1945 à Buzançais en Indre, il est jour­nal­iste, pro­duc­teur et ani­ma­teur de télévi­sion, il a égale­ment été prési­dent de deux clubs de foot­ball français.

Laetitia Avia

PORTRAIT — Laeti­tia Avia : « Kara­ba la sor­cière, pourquoi es-tu si méchante ? » Née en 1985 à Livry-Gar­gan de par­ents togo­lais, Laëti­tia Avia a con­nu le par­cours qui fait l’orgueil d’une République s’efforçant pénible­ment de main­tenir un sem­blant d’apparences méri­to­cra­tiques.

Patrick Drahi

PORTRAIT — À la tête d’un empire économique colos­sal, Patrick Drahi a com­mencé à s’intéresser aux médias à par­tir des années 2000, rachetant Libéra­tion, L’Express, L’Expansion, Stu­dio Ciné Live, Lire, Mieux vivre votre argent, Clas­si­ca, etc., avant de lorgn­er vers le groupe Nex­tRa­dioTV.