Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Le « Grand Journal » de Canal+ en chute libre

3 décembre 2014

Temps de lecture : < 1 minute
Accueil | Veille médias | Le « Grand Journal » de Canal+ en chute libre

Le « Grand Journal » de Canal+ en chute libre

Elle était l’émission phare de Canal à l’heure du dîner, le grand rendez-vous des artistes et des politiques : le « Grand Journal » de Canal est aujourd’hui en constante perte de vitesse.

La semaine dernière, le pro­gramme présen­té par Antoine de Caunes a enreg­istré l’une de ses audi­ences les plus cat­a­strophiques depuis le lance­ment de l’émis­sion, avec une moyenne de 1,1 à 1,3 mil­lion de téléspec­ta­teurs. L’an passé, il oscil­lait encore entre 1,7 et 1,8 mil­lion, et entre 1,8 et 1,9 en 2012.

Un bilan qui pour­rait s’ex­pli­quer, comme le fait Le Parisien, par des invités de moins en moins pres­tigieux depuis le change­ment de poste du pro­gram­ma­teur François Jougneau. Résul­tat, le « Grand Jour­nal » n’est plus, aujour­d’hui, le grand ren­dez-vous de la sphère artis­tique et poli­tique : le jour de la ren­trée des class­es, c’est « C à vous » sur France 5 qui accueil­lait la min­istre de l’É­d­u­ca­tion et qui, le 31 octo­bre, créait l’événe­ment en rece­vant Lady Gaga.

La per­son­nal­ité d’Antoine de Caunes pour­rait égale­ment être en cause. Allergique aux con­flits, l’an­i­ma­teur his­torique de la chaîne cryp­tée parvient à faire pire que Michel Denisot dans le con­sen­sus mou. Ajou­tons à cela, du côté des téléspec­ta­teurs, un prob­a­ble ras-le-bol de l’hypocrisie pro­mo­tion­nelle et de « l’e­sprit Canal » qui sem­ble de plus en plus anachronique, et l’on aura les raisons d’un désamour.

Quoi qu’il en soit, selon les infor­ma­tions du Parisien, l’an­cien pro­duc­teur de l’émis­sion, Lau­rent Bon (aujour­d’hui pro­duc­teur du « Petit Jour­nal » et du « Sup­plé­ment »), aurait déjà pro­posé de repren­dre la case horaire de l’émis­sion. La propo­si­tion a, pour l’in­stant, été refusée, mais la fin du « Grand Jour­nal » sem­ble tout douce­ment se pré­par­er.

Voir notre infographie du groupe Canal+ ainsi que notre dossier « L’esprit Canal : derrière la dérision, le fanatisme »

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.

Stéphane Kenech

PORTRAIT — Stéphane Kenech, ou l’histoire d’un jour­nal­iste d’images rêvant de s’ac­com­plir dans le reportage de guerre et d’in­ves­ti­ga­tion. Dans cette voca­tion en devenir, il se pas­sionne pour la Syrie au tra­vers de deux caus­es : le retour des dji­hadistes en France et la lutte con­tre le régime syrien. Par­fois au risque d’y oubli­er la déon­tolo­gie et de met­tre en dan­ger ceux qui lui font con­fi­ance.