Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
Le 1er mai, nouveau rendez-vous de la pleurniche médiatique

2 mai 2015

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Le 1er mai, nouveau rendez-vous de la pleurniche médiatique

Le 1er mai, nouveau rendez-vous de la pleurniche médiatique

Temps de lecture : 3 minutes

Nouvelle pleurnicherie journalistique ce vendredi. Venus couvrir le rassemblement du 1er mai du Front National munis de micros espions, des journalistes de Canal et de France 5 ont été évacués par le service de sécurité après des altercations.

« Les provo­ca­teurs de Canal + pra­tiquent le micro-perche espi­on. Après 30 mn., j’ai détru­it l’es­pi­on. Petite leçon gra­tu­ite de déon­tolo­gie… », a posté Bruno Goll­nish sur Twit­ter. En effet, sur des images filmées par BFMTV, on peut voir le député européen agacé saisir la perche d’un jour­nal­iste du « Petit Jour­nal » et l’é­carter à coup de parapluie.

Comme à leur habi­tude, les équipes de Yann Barthès se sont empressées d’ex­trapol­er les faits afin de se porter en vic­time. Ain­si sur le compte Twit­ter de l’émis­sion on peut lire : « Nos jour­nal­istes vio­lem­ment molestés et évac­ués du défilé FN. L’équipe va mieux mais elle a pris des coups. Mer­ci pour votre soutien. »

« L’une de nos deux équipes sur place a été prise à par­tie par des mil­i­tants FN qui les ont frap­pés, notam­ment au dos et dans la nuque, mais ils vont bien », a pré­cisé une porte-parole de Canal+. Notez : ils ont été « vio­lem­ment molestés », mais « ils vont bien »

De leur côté les jour­nal­istes de « C à vous », sur France 5, ont égale­ment revendiqué avoir été agressés. « Nos jour­nal­istes @cavousf5 ont aus­si été agressés lors du défilé du FN. Leur caméra est cassée. Ils ont été évac­ués par le ser­vice d’or­dre », a expliqué Anne-Sophie Lapix sur Twit­ter, ajoutant que ses équipes allaient bien mais que « l’a­gres­sion fut vio­lence et choquante ». Tou­jours le poids des mots…

À aucun moment les dif­férentes direc­tions n’abor­dent le sujet des méth­odes jour­nal­is­tiques de leurs équipes. Il est, sem­ble-t-il, tou­jours ques­tion d’a­gres­sions gra­tu­ites, sim­ple­ment motivées par la haine. Pour­tant, le fait est que les agres­sions con­tre les jour­nal­istes, et en par­ti­c­uli­er ceux du « Petit Jour­nal », sont de plus en plus courantes et ne sont pas l’a­panage du FN…

Invité sur BFMTV le soir-même, Bruno Goll­nish a qual­i­fié les jour­nal­istes du « Petit Jour­nal » de « provo­ca­teurs ». « Ce sont des gens qui utilisent les moyens que la déon­tolo­gie la plus élé­men­taire réprou­ve. Pen­dant trois quarts d’heure, ils se promè­nent avec un micro direc­tion­nel, spé­cial pour capter les chu­chote­ments afin de capter des con­ver­sa­tions privées. J’ai sup­porté ça pen­dant trois quart d’heures et j’ai attrapé le para­pluie d’un col­lègue et j’ai cassé le micro », a‑t-il précisé.

Et de con­clure : « Je réponds cour­toise­ment depuis des années aux ques­tions des jour­nal­istes. En revanche, quand il s’agit de micros des espi­ons, je les casse et je n’en ai aucune espèce de remords. »

France 5 et Canal ont d’ores et déjà annon­cé qu’ils revien­dront sur ces inci­dents dès lun­di. Les mou­choirs sont recommandés…

Voir notre infographie de Canal+ ainsi que notre dossier : « Le Grand Journal, ou Goebbels à Beverly Hills »