Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Les agressions contre le « Petit Journal » se généralisent
Publié le 

31 janvier 2014

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Les agressions contre le « Petit Journal » se généralisent

Les agressions contre le « Petit Journal » se généralisent

Agressé lors des manifestations d’opposition au mariage homosexuel, insulté lors de la révolte des « Bonnets rouges », interdit de conférence de presse du Front National, vilipendé par les partisans de Dieudonné… le « Petit Journal » de Canal+ ne se fait pas que des amis avec sa couverture partiale et moqueuse de l’information. À tel point qu’une simple manifestation peut se transformer en guêpier pour ses journalistes.

Le week-end dernier encore, lors du « Jour de colère », ces derniers ont été pris à par­tie par des man­i­fes­tants. Un organ­isa­teur anonyme de la man­i­fes­ta­tion avait par ailleurs annon­cé la couleur : « Les jour­nal­istes col­la­bos, on n’en veut pas notam­ment “Le Petit Jour­nal” à qui nous réser­vons un accueil par­ti­c­uli­er. » Néan­moins, les équipes de Yann Barthès se sont ren­dues sur place… et ce qui devait arriv­er arri­va.

Un pigiste racon­te l’ambiance par­ti­c­ulière­ment hos­tile à l’encontre des médias : « Dès le début de la man­i­fes­ta­tion, les gens ont eu beau­coup de pro­pos anti-médias. Dès qu’ils voy­aient un caméra­man ou un pho­tographe, ils étaient très agres­sifs, nous accu­sant d’être cor­rom­pus, ven­dus. C’é­tait très vio­lent, très ten­du. On évi­tait d’être au milieu pour ne pas être une cible. » « On a vu un attroupe­ment de gens qui étaient là pour cass­er du flic ou du jour­nal­iste. Ils ont insulté et jeté des pétards au pied d’une jour­nal­iste de LCI qui voulait faire un direct », rap­porte à son tour un étu­di­ant en jour­nal­isme. « Il y avait une poignée de durs, avec vrai­ment de la haine, qui voulaient nous frap­per », renchérit un jour­nal­iste d’i>Télé.

Même son de cloche du côté de BFMTV. « Une jour­nal­iste de BFM a pris un coup de pied dans le ven­tre et sa caméra a été endom­magée », a rap­porté Hervé Béroud, directeur de la rédac­tion de la chaîne d’info en con­tinu, avant d’ajouter : « L’am­biance était épou­vantable, des jour­nal­istes ont pris des coups de pied, etc. Nous avions pris des pré­cau­tions, avec un camion satel­lite non siglé, et aus­si des caméras et des micros non siglés. Nous avons pu faire des inter­views, cer­tains nous ont répon­du tran­quille­ment, mais une bonne par­tie étaient anti-poli­tiques et anti-médias. Nous avons décidé de ne pas faire de duplex au milieu de la man­i­fes­ta­tion, ce qui aurait néces­sité de s’in­staller et aurait fait de nous une cible rêvée pour ce genre d’in­di­vidus. »

Mais ceux qui ont le plus con­cen­tré les regards, les insultes et les coups, ce sont bien les jour­nal­istes du « Petit Jour­nal », envoyés au casse-pipe avec leur micro rouge par­ti­c­ulière­ment iden­ti­fi­able. Agres­sions ver­bales, claques, coups de poing, de pied, jet de canette, pour­suite… ils auront tout eu ce dimanche 26 jan­vi­er, comme le rap­porte Yann Barthès dans la vidéo ci-dessous.

Le « Petit Jour­nal » est, sem­ble-t-il, devenu le sym­bole de ces médias jugés « col­la­bos » et « cor­rom­pus ». De plus en plus, les vio­lences se mul­ti­plient et se généralisent à l’encontre de ses jour­nal­istes. Yann Barthès fait-il courir des risques à ses équipes en les envoy­ant, en toute con­science, dans une foule hos­tile et remon­tée ? Est-il raisonnable de s’attendre à un bon accueil de la part de per­son­nes, qu’elles soient catholiques ou patri­otes, en per­ma­nence moquées et dia­bolisées dans ses émis­sions ? Ou peut-être l’agression est-elle, mal­heureuse­ment, le but recher­ché ?

Lire notre portrait de Yann Barthès, icône bobo de l’infotainment.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Téléchargement

Poubelle la vie :
un dossier exclusif

Cela dure depuis quinze ans et diffuse chaque soir tous les stéréotypes « progressistes » les plus éculés...
Après le dossier Yann Barthes, voici un dossier exclusif sur la série Plus belle la vie alias “Poubelle la vie”, machine de guerre idéologique du monde libéral libertaire.
Pour le recevoir rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66 %).

Derniers portraits ajoutés

Étienne Gernelle

PORTRAIT — « C’est le sys­tème de Franz. Il jette des gens dans un aquar­i­um puis il regarde com­ment ça se passe. » Entré au Point en 2001, Éti­enne Ger­nelle est une pure expéri­men­ta­tion de Franz-Olivi­er Gies­bert.

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coro­n­avirus.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Cyrille Eldin

PORTRAIT — Né au Ches­nay, près de Ver­sailles, en mai 1973, Cyrille Eldin est un acteur et ani­ma­teur français. Il accède à la célébrité en 2016, lorsqu’il rem­place Yann Barthès à la tête du « Petit Jour­nal » sur Canal Plus.

Christophe Alévêque

PORTRAIT — Né le 29 octo­bre 1963 au Creusot (71), Christophe Alévêque est un humoriste « engagé » à gauche. Il fait par­tie depuis 2016 du pool d’hu­moristes offi­ciels de France Inter, mis­sion­nés pour démolir, avec l’ar­gent du con­tribuable, les enne­mis poli­tiques et idéologiques de l’État social­iste.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision