Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
LCP : une émission ayant donné la parole à Ménard est supprimée

24 novembre 2015

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | LCP : une émission ayant donné la parole à Ménard est supprimée

LCP : une émission ayant donné la parole à Ménard est supprimée

L’hebdomadaire Minute à paraître demain révèle que l’émission « Causes communes » présentée par Thierry Guerrier sur la Chaîne parlementaire-Assemblée nationale (LCP) vient d’être supprimée par la direction de la chaîne pour avoir osé donner la parole à Robert Ménard… Une censure téléguidée par Claude Bartolone ?

Inti­t­ulée « Coup de blouse à l’école », l’émission avait été dif­fusée le 1er mai 2015. Fidèle à son principe qui con­siste à aller sur le ter­rain, Thier­ry Guer­ri­er s‘était ren­du à Béziers pour évo­quer avec le maire la déci­sion de la munic­i­pal­ité d’offrir des blous­es pour les enfants aux écoles qui le souhaitaient. L’entretien avec l’élu était accom­pa­g­né d’un reportage ou par­ti­sans et opposants de la mesure don­naient leur avis sur la mesure : huit min­utes d’un sujet polémique pour­tant traité avec objec­tiv­ité et qui à l’époque n’avait apparem­ment pas fait de vagues…

« Ce sont pour­tant ces huit min­utes qui ont signé l’arrêt de mort de “Caus­es com­munes” », relate Minute. Fin octo­bre, le directeur des pro­grammes et secré­taire général de la chaîne, Éric Moniot, annonçait en effet au pro­duc­teur de l’émission, Fran­cis Bian­coni, que celle-ci ne serait pas recon­duite. « Il m’a dit, textuelle­ment : “Marie-Ève Mal­ouines n’a pas appré­cié que vous don­niez la parole à Ménard”! », explique le pro­duc­teur dans les colonnes de l’hebdomadaire. En dix émis­sions, « Caus­es com­munes » avait pour­tant ren­con­tré des hommes et femmes poli­tiques très divers, de Samia Ghali, séna­teur social­iste de Mar­seille, à Rama Yade en pas­sant par le maire de Lyon Gérard Col­lomb, mais il y en avait vis­i­ble­ment un qu’il ne fal­lait pas traiter comme les autres : Robert Ménard.

Pas sûr pour­tant que l’émission soit défini­tive­ment enter­rée. Le directeur des pro­grammes a en effet lais­sé enten­dre à Fran­cis Bian­coni qu’il pour­rait accepter une nou­velle série de « Caus­es Com­munes », à deux con­di­tions : que l’émission ne donne plus la parole « ni à des gens d’extrême-droite, ni à des gens d’extrême-gauche » (mer­ci pour les 30 à 40% de Français con­cernés qui finan­cent la chaîne par leurs impôts) et que le pro­duc­teur se sépare de Thier­ry Guer­ri­er. Ancien chef du ser­vice poli­tique d’Europe 1, un temps jok­er d’Elk­a­b­bach sur la même radio et d’Yves Calvi sur France 5 pour l’émission « C dans l’air », le jour­nal­iste, réputé « de droite » n’est vis­i­ble­ment plus en odeur de sain­teté sur la chaîne par­lemen­taire.

Reste à savoir à qui le jour­nal­iste déplait tant. À Marie-Ève Mal­ouines… ou à Claude Bar­tolone ? Minute rap­pelle que lorsque le 6 mai dernier, l’ancienne chef du ser­vice poli­tique de France Info était nom­mée à la tête de LCP par le bureau de l’Assemblée nationale, de nom­breux jour­nal­istes s’étaient insurgés de la main­mise du prési­dent social­iste de l’Assemblée nationale sur la chaîne, Marc Bau­driller affir­mant même dans Chal­lenges que cette nom­i­na­tion avait « des allures de nom­i­na­tion sovié­tique ». Une nom­i­na­tion sovié­tique qui débouche logique­ment sur une pu-purge non moins sovié­tique…

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.