Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | France Inter fait son zoom contre le complotisme
France Inter fait son zoom contre le complotisme

16 mai 2021

Temps de lecture : 4 minutes

Accueil | Veille médias | France Inter fait son zoom contre le complotisme

France Inter fait son zoom contre le complotisme

France Inter fait son zoom contre le complotisme

Les médias officiels n’oublient plus leur principal marronnier : le « complotisme ». Jusqu’à présent, les marronniers revenaient annuellement dans les différents médias, à peu près à la même époque, et servaient à remplir des pages, faire des couvertures frappantes et, surtout : vendre.

Mar­ronnier extrater­restres, mar­ronnier franc-maçon­ner­ie, mar­ronnier extrême-droite (fréquent), mar­ronnier anti­sémitisme, mar­ronnier « vivons ensem­ble », mar­ronnier « argent pub­lic ».  Avec le « com­plo­tisme », le mar­ronnier, c’est partout et tout le temps.

Le « com­plo­tisme », il y a des maisons pour cela. A com­mencer par une Mai­son de la Radio et Radio France où les émis­sions dédiées à la dénon­ci­a­tion de toute pen­sée non con­forme et/ou non con­formiste se multiplient.

L’OJIM en a pro­posé des analy­ses récemment :

  • Sur RFI : « Traque des Fake news, RFI s’engage à fond ».
  • Sur France Inter : « Pour France Inter, l’antidote au com­plo­tisme, c’est la censure ».
  • Fran­ce­in­fo, quant à elle, fait son « com­plo­rama » régulier.

Ce ne sont que des exem­ples par­mi des dizaines, en général, sur les antennes de Radio France en particulier.

Le zoom du matin ne veut pas rater un complot

La « lutte con­tre le com­plo­tisme », comme il s’agit de sauver l’humanité, voire l’univers entier, com­mence dès l’aurore des mati­nales sur les ondes de la plu­part des radios de grand chemin.

Sur France Inter, lors de la mati­nale, il y a un « Zoom ». Et, le mer­cre­di 28 avril, ce zoom s’intéressait à ce thème : « Vivre avec un com­plo­tiste ». En début d’année 2021, Le Monde et Fran­ce­in­fo ont con­sacré des dossiers à la même prob­lé­ma­tique. Une préoc­cu­pa­tion nationale, un marronnier.

Le zoom de France Inter reprend les mêmes idées et inquié­tudes, et la même prob­lé­ma­tique que ses con­frères : « Lappari­tion de la Covid-19, avec la peur et les avis diver­gents des médecins, a fait émerg­er des dizaines de théories et de croy­ances, en divisant sou­vent les familles. » La « néces­sité » de lut­ter con­tre le « com­plo­tisme » ira jusqu’à sauver cha­cun, dans sa famille.

Voir aussi  Samedi 8 décembre, les gilets jaunes passaient à la télé en continu

France Inter ne se demande cepen­dant pas où ont été enten­dus les « avis diver­gents des médecins » depuis un an.

Vivre avec un complotiste, mode d’emploi

« Vivre avec un com­plo­tiste » c’est — d’abord — iden­ti­fi­er : « Com­plo­tiste : ce musi­cien, instal­lé en région parisi­enne, ne se recon­naît pas dans le terme. « Cest quelquun qui dénonce des com­plots qui nexis­tent pas. Et il y a des com­plots qui exis­tent », explique-t-il. Pour ne pas être iden­ti­fié, il ne donne pas son prénom et utilise sur les réseaux soci­aux un pseu­do­nyme pour poster des mes­sages et des vidéos, la plu­part du temps liés au coro­n­avirus et au vac­cin. « Il est clair que les gens sont util­isés comme cobayes alors quil y a une énorme sus­pi­cion », avance-t-il. » Le témoignage ressem­ble à s’y mépren­dre à celui d’un cer­tain Noël sur Fran­ce­in­fo.

Com­plo­tiste ? En gros, celui qui racon­te n’importe quoi sur un sujet grave, selon France Inter. Le témoin ici cité ne fait pour­tant qu’exprimer une opin­ion personnelle.

Doux dingues, sectaires et antisémites sont dans un bateau

Le fonc­tion­nement de ce genre d’émission est tou­jours le même : l’émission com­mence par retir­er toute légitim­ité au témoin (un doux dingue en somme) sur un sujet qui con­cerne tout le monde. Ici les vac­cins. Puis, elle avance pro­gres­sive­ment jusqu’à pra­ti­quer l’amalgame : ce com­plo­tiste qui évoque les vac­cins serait aus­si opposé aux tests « qui pour­raient servir à implanter dans le nez des patients des micro-puces », il dénonce « le réseau mon­di­al d’hommes poli­tiques pédophiles » (ce qui per­met de le reli­er à QAnon et indi­recte­ment au méchant Trump, sou­vent ensuite à l’antisémitisme) et… « Une vérité cachée der­rière la plu­part des sujets, y com­pris l’interdiction des regroupe­ments liée à l’épidémie ».

Le témoin est aus­si for­cé­ment « bar­ré » sur le plan des croy­ances, quelque part entre le développe­ment per­son­nel, la secte et l’orient. Il croit par exem­ple au car­ac­tère sacré des nom­bres. Un peu comme Pythagore, mais France Inter n’a pas repéré le « com­plot pythagoricien » qui, pour­tant et évidem­ment, se cache der­rière cette évocation…

Voir aussi  Un journaliste peut-il « outer » un franc-maçon ?

Un animal destructeur

Surtout le « com­plo­tiste » détru­it sa famille. Et cela doit nous alert­er, nous arracher une larme. Les témoignages fusent : ayant le sen­ti­ment d’être bridé et cen­suré, le « com­plo­tiste » s’énerve, devient agres­sif. Ses échanges avec ses amis sur les réseaux soci­aux sont houleux, en famille les dis­cus­sions devi­en­nent impos­si­bles et c’est un cer­cle vicieux : de plus en plus isolé, le « com­plo­tiste » s’enfermerait dans des réseaux eux-mêmes de plus en plus isolés. La sit­u­a­tion est grave à un point tel qu’aucun des proches du témoin ne « veut évo­quer le sujet ». L’ombre dan­gereuse tisse ain­si sa toile puisque d’après un sondage du Cevipof de Sci­ences Po Paris, évo­qué dans ce Zoom, « 42 % des per­son­nes inter­rogées esti­ment que la crise san­i­taire donne locca­sion au gou­verne­ment de con­trôler les citoyens, 36 % jugent prob­a­ble que le min­istère de la Santé soit de mèche avec lindus­trie pharmaceutique. »

Sans oublier le copain expert

La lutte ne peut avoir lieu si elle ne s’appuie pas sur des per­son­nal­ités intel­lectuelles « recon­nues », faisant par­tie du milieu et légitimées par la fréquence de leur présence dans les médias. Le Zoom du 28 avril a donc con­vo­qué l’un de ces intel­lectuels à tout faire, Gérald Bron­ner : « Le grand dan­ger, cest quil y ait une séces­sion cog­ni­tive, intel­lectuelle, entre nos conci­toyens. Cer­tains qui vivent dans un monde et dautres qui vivent dans un monde alter­natif », explique l’au­teur d’Apoc­a­lypse Cognitive. » 

Vu sous un autre angle, il y a ici une déf­i­ni­tion du monde médi­a­tique con­tem­po­rain. Ce qui est beau­coup plus inquié­tant, au regard des lib­ertés, que des élu­cubra­tions mon­tées en épin­gle. A moins que ce ne soient pas des élu­cubra­tions et que… chuuuuuut !

Voir aussi  Quand L'Obs sanctifie Najat Vallaud-Belkacem

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.