Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Traque des fake news : RFI s’engage à fond
Traque des fake news : RFI s’engage à fond

10 mai 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Traque des fake news : RFI s’engage à fond

Traque des fake news : RFI s’engage à fond

Traque des fake news : RFI s’engage à fond

L’immense majorité des médias de grand-chemin, et particulièrement ceux financés par l’État, mettent en place des plate-formes pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme étant des « fake news ». L’enjeu doit être de taille puisque même Radio France internationale s’y colle.

Que RFI se trans­forme de plus en plus en machine mil­i­tante en faveur du poli­tique­ment cor­rect, de manière ouverte et même agres­sive, l’OJIM l’a déjà mon­tré par le biais de plusieurs analyses.

Par exem­ple :

Des arti­cles et émis­sions forts en pro­pa­gande aux­quels vient main­tenant s’ajouter la plate-forme spé­ci­fique de « lutte » con­tre les « fake news » de la chaîne de radio, « Stop l’Infox ». Cette dernière est sans doute une pandémie, ce qui explique un choix séman­tique ressem­blant à « StopCovid ».

RFI explique les raisons de sa décision

Pourquoi met­tre en œuvre une énième plate-forme pour tra­quer ce que ses con­frères traque­nt déjà tous, sauf sur leurs pro­pres plateaux, dans leurs pro­pres stu­dios ou dans leurs pro­pres pages ? La radio s’explique et les choses sont d’une grande clarté :

« Les chaînes du groupe France Médias Monde (France 24, RFI et Monte Car­lo Doualiya) sont garantes dune infor­ma­tion cer­ti­fiée, hon­nête et équili­brée, qui est la pre­mière arme pour lut­ter con­tre toutes les formes dinfox : rumeurs, pro­pa­gande, manip­u­la­tions, pièges à clics.
« Info ou Intox », le pro­gramme court réal­isé par l’équipe des « Obser­va­teurs », présente lexem­ple dune fausse infor­ma­tion en images, décrypte en quoi il sagit dune ten­ta­tive de dés­in­for­ma­tion et explique com­ment iden­ti­fi­er les images manip­ulées.
« Intox » est le nom de la rubrique sur le site des « Obser­va­teurs » de France 24 qui dénonce quo­ti­di­en­nement des infox qui cir­cu­lent dans le monde.
« Con­tre-faits » débusque les fauss­es infor­ma­tions liées à lactu­alité européenne et aux 28 pays mem­bres : faux ver­ba­tim, inter­pré­ta­tions erronées des textes, ten­ta­tives de manip­u­la­tion, et rétablit la vérité.
« InfoMi­grants », le site d’information des­tiné aux migrants, piloté par France Médias Monde, Deutsche Welle, et lANSA, livre une infor­ma­tion fiable aux migrants sur leurs pays dorig­ine, de tran­sit et de des­ti­na­tion, et lutte con­tre les infox qui pro­lifèrent, en par­ti­c­uli­er celles des passeurs qui met­tent leur vie en péril.
« Les dessous de l’infox » épin­gle chaque semaine sur RFI une ten­ta­tive de manip­u­la­tion de linfor­ma­tion européenne et inter­na­tionale pour en expli­quer les ressorts. »

Que RFI ne soit pas à jour con­cer­nant le nom­bre de pays mem­bres de l’Union Européenne depuis le Brex­it, évo­quant 28 mem­bres dans la présen­ta­tion de sa plate-forme, sur­prend et pour­rait con­duire, surtout con­cer­nant une radio dédiée à l’international, à inter­ro­ga­tion — voire à com­men­taire ironique.

Voir aussi  Olivier Le Cour Grandmaison : symbole d’une dérive médiatique islamo-gauchiste

La dernière plate-forme née ? « Stop l’infox ! »

Ce n’est pas une rubrique spé­ci­fique de « lutte con­tre les infox » mais une plate-forme met­tant à la une de RFI et de son site un choix des sup­posées plus impor­tantes émis­sions citées ci-dessus (Info ou intox, Intox, Con­tre-faits, Les dessous de l’Infox). Une plate-forme des­tinée à plus d’efficacité, de clarté, d’accessibilité et de rentabil­i­sa­tion du « combat ».

Elle met essen­tielle­ment en avant de nou­velles émis­sions, depuis le 26 mars 2021. Mais elle recy­cle aus­si des émis­sions « con­tre-faits » de France 24. Un sim­ple regard sur leurs thèmes per­met de saisir la cause de ce recy­clage. Sur neuf émis­sions remis­es en avant :

  • Cinq visent à nier des faits rap­portés par des per­son­nal­ités poli­tiques. Ce sont toutes des per­son­nal­ités classées à « l’extrême droite », Flo­ri­an Philip­pot, Jor­dan Bardela, Nico­las Dupont-Aig­nan, Marine Le Pen, sauf une, Michel Alliot-Marie, théorique­ment femme poli­tique de droite. Aucune per­son­nal­ité poli­tique de LREM, du PS, du PCF, de LFI, d’Europe Ecolo­gie Les Verts ne fait l’objet d’un « con­tre-fait». Un ensem­ble gros comme le nez de Cyra­no, d’autant que les faits et pro­pos con­testés con­cer­nent surtout des cri­tiques portées con­tre l’Union Européenne, ce qui est sem­ble-t-il un crime de lèse-majesté du côté de RFI et France 24.
  • Les autres sujets sont intéres­sants eux- aus­si : « Le dra­peau européen a‑t-il des orig­ines chré­ti­ennes », « L’UE veut-elle vrai­ment impos­er des quo­tas migra­toires à la Hon­grie ? », « Le Par­lement européen est-il « inutile » ? 

Le démar­rage con­cret de la plate-forme date de mars 2021. Cela se fait en parte­nar­i­at avec des écoles de jour­nal­isme. Depuis, ont été pub­liés les pod­casts suiv­ants, choix non exhaustif :

  • La rai­son défiée (sur le complotisme)
  • Non, l’OMS n’a pas organ­isé de ban­quet en pleine pandémie du Covid-19
  • L’infox déjà en cam­pagne, à un an de la présidentielle
  • La part de la dés­in­for­ma­tion dans la l’aggravation de la crise du covid au Brésil
  • Cli­mat : éviter le piège des fauss­es informations
  • Affaire Dail­let : le com­plo­tisme anti-sys­tème et les rapts d’enfants
  • Covid-19 en Inde, le déni et la dés­in­for­ma­tion aggravent la crise

Glob­ale­ment, le rôle de cette plate-forme est de dénon­cer toute posi­tion qui dévie de l’idéologie dom­i­nante, tout pays gou­verné par des chefs‑d’Etats ayant d’autres visions du monde que celle de l’UE et toute oppo­si­tion à la mon­di­al­i­sa­tion. Aucun de ces pod­casts n’échappe à un amal­game devenu habituel : entre les « infox » relevées et le com­plo­tisme. Une opéra­tion de pro­pa­gande au sens le plus habituel du terme.

Voir aussi  Crise des migrants : l’éternel retour des années 30

Publicité

Derniers portraits ajoutés

Edward Snowden

PORTRAIT — À l’o­rig­ine des infor­ma­tions qui ont provo­qué une crise poli­tique et diplo­ma­tique d’am­pleur inter­na­tionale, Edward Snow­den, jeune infor­mati­cien et ancien employé de la NSA, est le citoyen mon­di­al qui a dom­iné la scène médi­a­tique de ces dernières années.

Guillaume Roquette

PORTRAIT — La nom­i­na­tion de Guil­laume Roquette à la tête de la rédac­tion du Figaro mag­a­zine est le couron­nement d’un par­cours dis­cret mais sans faute. Elle est aus­si le signe d’un dur­cisse­ment de la presse de « droite » du à l’al­ter­nance, avec le pas­sage du directeur de la rédac­tion de Valeurs actuelles au Figaro magazine.

Julian Assange

PORTRAIT — Avant Edward Snow­den, avant Bradley Man­ning, il y avait Julian Assange. Ancien infor­mati­cien et hack­er, fon­da­teur de la plate­forme Wik­iLeaks, Julian Assange s’est attiré les foudres du gou­verne­ment améri­cain lorsqu’il a mis en lumière les dessous de la guerre d’Irak.

Emmanuel Kessler

PORTRAIT — Né en 1963 à Paris, d’un père directeur de recherche au CNRS et d’une mère qui enseignait le judaïsme, Emmanuel Kessler a eu une for­ma­tion philosophique, avant de com­mencer à tra­vailler en 1986 pour la Gazette des Communes.

Patrick de Carolis

PORTRAIT — Dis­cret, fier de ses racines provençales, n’ayant jamais caché sa foi chré­ti­enne et réputé proche de la Droite (ten­dance chi­raqui­enne) mais au cen­tre des réseaux de pou­voir (Le Siè­cle), accusé de pla­giat et pro­mo­teur de la diver­sité à France Télévi­sions, Patrick de Car­o­lis est un OVNI médiatique.