Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
À Noël, les médias de grand-chemin ont vu des complotistes sous tous les sapins (première partie) : Le Monde

6 janvier 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | À Noël, les médias de grand-chemin ont vu des complotistes sous tous les sapins (première partie) : Le Monde

À Noël, les médias de grand-chemin ont vu des complotistes sous tous les sapins (première partie) : Le Monde

Accueil | Veille médias | À Noël, les médias de grand-chemin ont vu des complotistes sous tous les sapins (première partie) : Le Monde

À Noël, les médias de grand-chemin ont vu des complotistes sous tous les sapins (première partie) : Le Monde

6 janvier 2021

Autour de Noël, c’était « complotisme partout » dans nombre de médias. La grande peur des bien-pensants étaient entre autres que les familles s’écharpent autour de sujets liés au covid, mais pas seulement. Ce fut l’occasion d’un déferlement de mises en garde et de témoignages larmoyants. Premier exemple : Le Monde.

Ce que les médias de grand-chemin appel­lent « com­plo­tisme » ou « théorie du com­plot », con­cep­tions qui ont effec­tive­ment une exis­tence bien réelle aujourd’hui, par­fois assim­i­l­ables à des bouf­fées déli­rantes, est bien sou­vent une façon de dén­i­gr­er et de refuser d’autorité des manières de pen­sée et de com­pren­dre le monde autrement que selon la doxa voulue par ces mêmes médias. La notion de « com­plo­tisme », dans le con­texte actuel, réfère à une con­cep­tion binaire du monde, de type front con­tre front, où cha­cun est le com­plo­tiste de l’autre. Dans ce cadre, les médias offi­ciels poussent par­fois le bou­chon du com­plot un peu loin, comme ce fut le cas autour de Noël.

Les « théories du com­plot » men­ac­eraient la pais­i­ble vie des familles, preuves à l’appui dans Le Monde. Ou plutôt, témoignages à l’appui. Le Monde, comme nom­bre de ses con­frères, s’en est fait une spé­cial­ité : le témoignage tend à rem­plac­er le fait, la preuve, la démon­stra­tion, la réal­ité con­crète. Ce fut le cas dans l’édition datée du 23 décem­bre 2020.

Mamie embrigadée

Le titre et l’accroche : « Mes enfants ne passeront pas Noël avec mamie, qui est embri­gadée » : les fêtes de fin dannée à l’épreuve du com­plo­tisme. À la faveur de la crise san­i­taire due au Covid-19, les dis­cours com­plo­tistes ont pris une ampleur sans précé­dent, met­tant par­fois à mal les rela­tions famil­iales et amicales. »

« Embri­gadée », le mot n’est pas anodin. Il réfère immé­di­ate­ment aux sys­tèmes sec­taires ou total­i­taires. L’accusation de « com­plo­tisme » ou la nou­velle forme mod­ernisée de la reduc­tio ad hitlerum ? Ce fameux point God­win voulant qu’à un cer­tain moment d’une con­ver­sa­tion poli­tique les inter­locu­teurs en viendraient à se jeter des noms d’oiseau en prove­nance des Années 30 du siè­cle passé. Aujourd’hui, les noms d’oiseau sont tous liés au mot « com­plot ». Qu’est-il donc arrivé à « mamie », selon Le Monde ?

Pour le savoir, Le Monde a lancé un appel à témoignages et fonde son arti­cle sur « une cen­taine » de répons­es de per­son­nes « dont les pro­fils sont d’une hétérogénéité rare ». Autrement dit, et mal­gré le flou de ce pan­el, voilà un ensem­ble de témoignages qui aurait presque valeur de sondage. De l’art du sous-entendu.

Plus de sous-enten­dus ensuite mais des cita­tions fine­ment choisies pour démon­tr­er com­bi­en penser autrement que la doxa du Monde sur cer­tains sujets équiv­audrait à per­dre son esprit cri­tique, détru­ire sa famille, con­naître l’isolement, être piégé comme dans une secte… Som­br­er, en somme.

Florilège des menaces

  • Noël est « à haut risque », « les con­flits sont inévita­bles ».
  • Même dans un « milieu favorisé », « très cul­tivé », la men­ace pèserait sur tout un chacun.
  • Les sujets ? « Hydrox­y­chloro­quine, port du masque, con­fine­ment : la crise san­i­taire con­stitue une source inépuis­able de théories du com­plot », selon l’article. Le fait que le pro­fesseur Raoult gère l’un des prin­ci­paux cen­tres hos­pi­tal­iers de France ou que Sibeth N’Diaye ait pu con­sid­ér­er que les masques sont inutiles et impos­si­bles à utilis­er ne sem­ble pas mérit­er d’être évo­qué dans cet article.
  • Les amis, les mem­bres de la famille sont devenus « com­plo­tistes », et les témoins l’apprennent, stupé­faits, « au détour d’une con­ver­sa­tion ». Pire, l’un des témoins dit que son fils avait rejoint le mou­ve­ment com­plo­tiste QAnon, une nébuleuse con­spir­a­tionniste pro-Trump, et qui a con­nu un puis­sant regain à la faveur de la pandémie ».
  • Les témoins sont « inondés » de mes­sages de leurs proches, sur les réseaux soci­aux. Et même par des « tex­tos indi­vid­u­al­isés ». Un vrai « har­cèle­ment».
  • Bien sûr, ils ont ten­té de réa­gir, se sont infor­més, en par­ti­c­uli­er sur des sites sérieux n’est-ce pas, celui du Monde par exem­ple et de son décodeur. En vain. La « para­noïa » règne, les échanges sont « stériles ». Les proches et les amis sont devenus comme « des témoins de Jého­vah » (com­pren­dre secte, même si cette organ­i­sa­tion religieuse n’est plus con­sid­érée ain­si par la République française).
  • Pré­ci­sions « Ma fille n’est pas vrai­ment heureuse. Quand on est bien dans sa peau, ce genre de dis­cours laisse de mar­bre. Ces dis­cours engen­drent la sus­pi­cion, le rejet de l’autre, le racisme. Donc, for­cé­ment, j’ai peur ».
  • Résul­tats : nom­bre de témoins rompent avec les mem­bres de leur famille trop proches de « la fachos­phère con­spir­a­tionniste ».

Deux points remar­quables : selon Le Monde, s’interroger sur la vac­ci­na­tion suf­fit à définir un com­plo­tiste. Et pour les soins, Le Monde a la solu­tion. Il faut don­ner de « l’amour » aux complotistes.

Les médias de Grand-chemin, décidé­ment, c’est de plus en plus Prav­da partout, infor­ma­tions sérieuses nulle part. Dis, Le Monde, tu te sou­viens de ce jour (5 févri­er 2003, dis­cours de Col­in Pow­ell, secré­taire d’Etat de Bush) où les Etats-Unis présen­taient des armes de destruc­tion mas­sives iraki­ennes à l’ONU et au monde entier ? Met­tre cela en doute était alors com­plo­tiste. Dis-moi, Le Monde, où sont-elles passées ces armes de destruc­tion mas­sive ? Et ton esprit cri­tique ? Répon­dre sur le site de l’Observatoire, mer­ci et bonne année.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés