L'Observatoire du journalisme est en régime d'été jusqu'au 22 août : au programme, les rediffusions de nos meilleures publications du premier semestre 2022.
Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Fake news, les projets du gouvernement

12 mars 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | not_global | Fake news, les projets du gouvernement

Fake news, les projets du gouvernement

12 mars 2018

Temps de lecture : 2 minutes

Les effets de la farce des « Fake news », inventée par l’idéologie dominante pour donner une explication à des défaites électorales « immorales » pour la doxa en cours – nommément le Brexit et l’élection de Trump – ne cessent de se propager en cercles qui s’élargissent constamment. Une loi liberticide a déjà été mise en application en Allemagne, le gouvernement d’Édouard Philippe veut suivre la même voie en France. Pour aller où ?

Censurer les réseaux sociaux

La min­istre de la Cul­ture Françoise Nyssen a présen­té la future loi comme « néces­saire pour pro­téger notre démoc­ra­tie con­tre les ingérences extérieures » faisant écho aux pro­pos du Prési­dent Macron lors de ses vœux à la presse qui con­damnait « les bobards inven­tés pour salir ». Le Prési­dent a con­fir­mé ses inten­tions lors du dîn­er du CRIF du mer­cre­di 7 mars 2018, par­lant de « com­bat­tre les dis­cours haineux ».

Le texte prévoirait une procé­dure judi­ci­aire d’urgence lors des élec­tions. Un juge pour­rait en 48h faire cess­er la dif­fu­sion de « fauss­es infor­ma­tions », ordon­nant la « sup­pres­sion du con­tenu », voire le « déréférence­ment d’un site » ou même la sup­pres­sion d’un compte sur un réseau social. Ce qui implique la col­lab­o­ra­tion des GAFA et surtout ce qui les incite à pro­duire en amont leurs pro­pres instru­ments internes de cen­sure ce qu’ils sont en train de faire à marche for­cée. Les réseaux soci­aux aus­si bien que les four­nisseurs d’accès et les plates-formes inter­net seraient tenus de pro­pos­er aux inter­nautes un mécan­isme de remon­tée des « fauss­es infor­ma­tions », ce que font déjà les polices médi­a­tiques du type Decodex du Monde, financé par Google. Pire « toute per­son­ne ayant intérêt à agir » pour­rait saisir le juge des référés ce qui per­met d’imaginer une belle foire d’empoigne entre syco­phantes professionnels.

Surveiller et punir Russia Today

Le texte prévoirait un ren­force­ment de l’autorité du CSA sur les chaînes liées à un État étranger ce qui ne con­cerne en réal­ité que Rus­sia Today (lancé en France en décem­bre 2017, jusqu’ici avec un suc­cès lim­ité) et la radio Sput­nik tous deux liés à l’agence de presse nationale russe. La con­ven­tion leur per­me­t­tant d’émettre pour­rait être « sus­pendue » lors des élec­tions. Sus­pen­sion veut dire inter­dic­tion d’émettre pen­dant plusieurs semaines.

Mais le CSA pour­rait résili­er uni­latérale­ment la total­ité de la con­ven­tion qui per­met d’émettre sur le câble. Comme la con­ven­tion de RT signée en 2015 se ter­mine en 2019, année élec­torale, on imag­ine que la direc­tion de la chaîne russe sera par­ti­c­ulière­ment atten­tive. D’autant que le CSA pour­ra « tenir compte des con­tenus élec­tron­iques des fil­iales de la mai­son mère », autrement dit RT États-Unis.

Enfin le Con­seil d’État pour­rait inter­venir lorsque les chaînes passent par le satel­lite. Tout cet arse­nal ne touchera en rien les grandes chaînes améri­caines gross­es pro­duc­tri­ces de fauss­es nou­velles comme CNN. Cherchez l’erreur.

Mots-clefs : , , , ,

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Vidéos à la une

Derniers portraits ajoutés