Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Trump contre les Fake News : CNN finit très mal 2017

18 décembre 2017

Temps de lecture : 7 minutes
Accueil | not_global | Trump contre les Fake News : CNN finit très mal 2017

Trump contre les Fake News : CNN finit très mal 2017

CNN finit très mal 2017. L’année avait pourtant très bien démarré pour la chaine avec d’excellents taux d’écoute et des recettes publicitaires à l’avenant. Récapitulons en quatre actes.

1er Acte (juin 2015-octobre 2016): « Trump, ma mine d’or publicitaire…»

En juin 2015 Trump est encour­agé à se présen­ter aux prési­den­tielles par Bill Clin­ton. Comme con­venu l’éléphant détru­it la porce­laine Bush avec l’appui des médias, en par­ti­c­uli­er de CNN : plus d’un mil­liard de pub­lic­ité gra­tu­ite. Néga­tive, certes, mais qui a asphyx­ié les répub­li­cains. Les taux d’écoute et les recettes pub­lic­i­taires de CNN explosent (avant la cam­pagne, CNN com­mençait à lass­er le pub­lic). Puis, trop con­fi­ants, les tech­nocrates élec­toraux d’Hillary (et Hillary elle-même) per­dent la face le 8 novem­bre 2016, son­nés par l’élection de Trump. La presse aus­si. Ni les uns ni les autres ne font leur mea cul­pa. Car il est hors de ques­tion d’attendre qua­tre ans. L’enjeu est bien de se débar­rass­er du dia­ble Don­ald avant qu’il ne procède à une révo­lu­tion cul­turelle dans un pays en décon­struc­tion con­tin­ue depuis la guerre du Viet­nam. Il n’y aura donc pas de lib­erté pour cet enne­mi de la lib­erté. Les lois de la pesan­teur con­sti­tu­tion­nelle comme celles de la grav­ité poli­tique ne s’appliqueront pas dans le cas de ce Trump qui a déclaré « ne pas être le prési­dent du monde ».

2e Acte (novembre 2016-janvier 2017) : « Touche pas à mon Deep State! »

Donc Soros et Pelosi (la dirigeante démoc­rate de la Cham­bre) se coor­don­nent dès le 14 novem­bre 2016 avec quelques cap­i­tal­istes « pour repren­dre le pou­voir ». Ce sont « les trois jours du Man­darin », du nom de l’hôtel de Wash­ing­ton où s’est tenu le con­clave des irré­ductibles résis­tants. Un piège est alors ten­du par l’État pro­fond : un vrai-faux dossier ini­tiale­ment lancé par les répub­li­cains proches de Rom­ney et de McCain, puis repris par les démoc­rates (et la cam­pagne Clin­ton), « tombe » entre les mains du FBI. Ce dossier, com­man­dité par les bou­caniers de la com­mu­ni­ca­tion Fusion GPS, évoque des bat­i­fo­lages uro­ma­ni­aques aux­quels Trump aurait par­ticipé dans un hôtel de Moscou, inférant donc sa com­pro­mis­sion. L’information provient de Christo­pher Steele, un ancien du MI6 bri­tan­nique, recon­ver­ti dans l’ébouage poli­tique. Cette infor­ma­tion est bizarrement mon­trée à Trump par Comey (patron du FBI), puis est « fuitée » dans l’heure qui suit par CNN, qui présente fausse­ment l’affaire comme « offi­cielle », car provenant de « ser­vices de ren­seigne­ment » d’un allié des États-Unis (et non pas comme un détourne­ment de l’appareil d’État au ser­vice d’une attaque poli­tique intes­tine). Suit une série de révéla­tions sur le nou­veau Secré­taire à la Sécu­rité Nationale (le Général Fly­nn a eu des con­tacts avec l’ambassadeur Russe pour dis­cuter de l’abolition des sanc­tions améri­caines) et le Min­istre de la Jus­tice, Jeff Ses­sions (idem). Le deux élé­ments-clé du rap­proche­ment avec la Russie (en vue de con­trat­ta­quer mon­di­ale­ment le ter­ror­isme islamiste) sont donc ciblés. Fly­nn est débar­qué, Ses­sions se récuse dans tout ce qui con­cerne la Russie. Vic­toire du Deep State : Trump perd le con­trôle de sa poli­tique étrangère, et le Min­istre de la Jus­tice, hors de con­trôle de son min­istre, con­tin­ue de suiv­re la ligne « Oba­ma- McCain » afin de de fac­to pré­par­er le rem­place­ment de Trump. Ain­si ce sera l’équipe du Min­istère de la Jus­tice (avec l’aide d’un Comey limogé) qui recrutera en mai l’équipe de mer­ce­naires chargés d’abattre Trump, sous la direc­tion du pro­cureur Mueller (prédécesseur de Comey au FBI). Tout est alors en place chez CNN pour lancer la cam­pagne mar­ket­ing qui fera mon­ter les recettes : « Rus­sia, Rus­sia, Rus­sia… »

3e Acte (janvier-octobre 2017) : « La Russie, ça rapporte… »

Le feuil­leton russe devient une mine d’or pour les médias. Qua­tre enquêtes par­lemen­taires en par­al­lèle (qui ralen­tis­sent le tra­vail par­lemen­taire ordi­naire), puis celle d’un pro­cureur spé­cial (Mueller), pro­duisent révéla­tions et con­tre-révéla­tions, offrant rebondisse­ments sur rebondisse­ments tout au long d’un pas­sion­nant feuil­leton. CNN prend le lead­er­ship du tsuna­mi. Ses taux d’écoute sont excel­lents (quoiqu’inférieurs à ceux de Fox News ). La Chaine se posi­tionne en une sorte de Gou­verne­ment de Salut Pub­lic, com­posé de démoc­rates aux dents longues, des éter­nels paléo-démoc­rates, et des cori­aces #Nev­erTrump répub­li­cains. Leur mis­sion : « con­tex­ter » l’éviction du Prési­dent traitre à la patrie. La chaine recrute une « équipe d’investigation » spé­ciale, super­visée par deux prix Pulitzer : Carl Bern­stein (l’ancien com­père de Wood­ward dans l’affaire du Water­gate) et James Steele. Leur méth­ode : atta­quer sur tous les fronts, tout cri­ti­quer dans le moin­dre détail, du voy­age offi­ciel à l’étranger au nom­bre de boules de crème glacée ou de Big Macs absorbés, irrit­er l’histrion en se moquant de sa femme Mela­nia Trump, tout en pro­duisant une kyrielle de révéla­tions quo­ti­di­ennes sur la Russie, la Russie, la Russie, et encore la Russie. Quant à Bern­stein, il se spé­cialise sur l’amalgame trump­isme-nazisme, évo­quant les leçons de l’histoire européenne. Avec des couacs et rétrac­ta­tions à la clé. Dès jan­vi­er, le « dossier » est pro­gres­sive­ment cri­tiqué par de plus en plus d’observateurs, à com­mencer par Bob Wood­ward (celui du Water­gate). Ce qui offre une ouver­ture à Trump qui plaque la mar­que « Fake News » sur CNN… de façon indélé­bile. Survient en juin-juil­let la deux­ième sor­tie de route majeure : CNN a le mal­heur de « révéler » que le fonds d’investissement d’un financier proche de Trump (et de Fox News), Antho­ny Scara­muc­ci, aurait des liens avec Pou­tine. Ful­gu­rant, mais dis­crète­ment, Scara­muc­ci ren­con­tre poli­ment les dirigeants de CNN avec son dossier : les trois jour­nal­istes impliqués sont limogés et la chaine présente ses excus­es. Pourquoi? Scara­muc­ci a men­acé la chaine d’un procès en dom­mages et intérêts mas­sifs. CNN, pro­tégeant son porte­feuille, se couche… Puis, au 3e trimestre, les con­tre-révéla­tions sur­gis­sent sur le « dossier » : les infor­ma­tions assem­blées par l’ancien agent du MI6 proviendraient en fait de dés­in­for­ma­teurs russ­es. Pire encore, le dossier a été payé via une cas­cade d’écrans à la fois par la cam­pagne Clin­ton, le DNC (le par­ti démoc­rate) et par le FBI (ce dernier a refusé de répon­dre à ce sujet). Ce qui enclenche la ques­tion de la légal­ité de l’opération.

4e Acte (novembre-décembre 2017): « Ça va mal pour mon matricule… »

Le qua­trième trimestre mon­tre un rééquili­brage. Trump, qui a lais­sé les clés de la Mai­son-Blanche aux néo­cons, se voit tac­tique­ment soutenu par cer­tains d’entre eux, les obscurs et sans-grades, qui toute­fois sont de bons manœu­vri­ers par­lemen­taires. Le fan­tôme d’Hillary Clin­ton est ain­si ressus­cité, de nou­velles révéla­tions sur­gis­sent dans l’affaire des cour­riels, qui mon­tr­eraient que la haute hiérar­chie du FBI souhaitait l’élection d’Hillary, ce qui force le Min­istère de la Jus­tice de lancer une enquête interne sur le rôle du FBI dans l’affaire Clin­ton. Et surtout se développe le thème d’une « col­lu­sion russe » (finan­cière) entre les Clin­ton et les amis de Pou­tine. C’est « l’affaire Ura­ni­um One » qui reprend de la vigueur, laque­lle implique encore le FBI, accusé d’avoir étouf­fé l’affaire autant que de faire taire les témoins. Deux enquêtes par­lemen­taires se met­tent en bran­le, cepen­dant que l’on décou­vre en quelques semaines que Mueller et ses alliés au Min­istère de la Jus­tice seraient peut-être eux-mêmes impliqués dans ladite occul­ta­tion. Bref une ténébreuse affaire où l’on retrou­ve les con­trats de con­sul­ta­tion de Bill Clin­ton avec la Russie, et les investisse­ments dans la Fon­da­tion Clin­ton qui sem­blent se faire en con­trepar­tie d’une ces­sion d’entreprise à des intérêts russ­es qui désor­mais con­trô­lent un par­tie impor­tante de la pro­duc­tion d’uranium améri­cain. Pire encore, Trump et ses enne­mis répub­li­cains sem­blent s’entendre main­tenant sur une réforme fis­cale pro-entre­pris­es (pro-PME plus pré­cisé­ment). Et pour faire bonne mesure sur­gis­sent d’autres révéla­tions sur l’équipe Mueller, qui sem­blent indi­quer une col­lu­sion avec les équipes Clin­ton et Oba­ma, en par­ti­c­uli­er sur l’affaire du « dossier » Trump cité plus haut : l’idée se forge de plus en plus chez cer­tains par­lemen­taires que ce « Fake Dossier » avait été arti­fi­cielle­ment créé pour per­me­t­tre à l’administration par­tante (et aux dirigeants du FBI) de sécuris­er l’autorisation des tri­bunaux en vue d’espionner (écouter) les proches de Trump sur pré­somp­tion de trahi­son. Ce détourne­ment des règles serait illé­gal et pour­rait impli­quer les proches du Prési­dent Oba­ma. Mais surtout cette illé­gal­ité « tech­nique » aurait pour effet de ren­dre nulles toutes les déci­sions qui en sont découlées, de la créa­tion de l’équipe Mueller elle-même à la coerci­tion exer­cée sur Fly­nn (en visant son fils et sa ruine finan­cière) pour lui arracher un aveu de « men­songe au FBI » que Comey lui-même avait con­sid­éré comme inex­is­tant. Cepen­dant que la bourse monte, l’emploi aug­mente, le chô­mage baisse, le taux d’optimisme des PME aug­mente, la crois­sance s’aligne pro­gres­sive­ment sur un taux de 3%, qui n’attend que la réforme fis­cale pour dépass­er les 4%, sus­ci­tant ain­si l’espoir de réduire la dette publique et de financer un plan d’infrastructures publiques. Par ailleurs, les élus en lice aux par­tielles de 2018 sont con­damnés à rechercher les uns les bonnes grâces de Trump, et les autres sa neu­tral­ité. Ce retourne­ment lent mais con­tinu de sit­u­a­tion en faveur de Trump donne depuis l’automne des fris­sons aux Médias, et à CNN. D’où leurs déra­pages à répéti­tion, en par­ti­c­uli­er ceux de CNN. Le plus grave date du 8 décem­bre 2017 : la chaine lance une fausse bombe selon laque­lle Don­ald Trump Junior aurait reçu le 4 sep­tem­bre 2016 de Wik­ileaks le code d’accès aux cour­riels piratés du serveur du par­ti démoc­rate. Pata­tras! Le cour­riel en ques­tion était en fait daté du 14, soit après que les doc­u­ments aient été ren­dus publics par Wik­ileaks. La claque est venue du Wash­ing­ton Post qui avait demandé « aux sources » de voir le texte du cour­riel. Dans sa pré­cip­i­ta­tion, CNN avait en effet agi sur de sim­ples con­ver­sa­tions télé­phoniques. Ce qui a fait dire à Glenn Green­wald (The Inter­cept) que les médias et CNN se sont ridi­culisés en voulant met­tre le tur­bo tout en notant que toutes les erreurs vont dans le même sens…

Conclusion : « Follow the money !»

Pourquoi cette frénésie? D’abord, pour l’ensemble des médias, une nou­velle piste se des­sine : le sexe. Les médias, d’abord pris de court, ont fini par com­pren­dre : les récents scan­dales sex­uels visant « la gauche » (Hol­ly­wood, médias, par­lemen­taires) sont une purge organ­isée par l’équipe Oba­ma sur le par­ti démoc­rate afin de le libér­er du clin­ton­isme d’une part et de pré­par­er le retour de l’« Obamofémin­isme » (tra­duc­tion : Michelle Oba­ma) d’autre part. Le thème sex­uel sem­ble d’ailleurs être le dernier jeton disponible envers Trump, con­sid­érant la fatigue des inqui­si­tions qui n’ont prou­vé ni col­lu­sion russe, ni entrave à la jus­tice, au point que le Wall Street Jour­nal a demandé que le pro­cureur Mueller se récuse de sa pro­pre enquête pour se faire rem­plac­er par un esprit neu­tre qui sera capa­ble d’enquêter… sur le FBI ! C’est pourquoi, suiv­ant la généra­tion spon­tanée et ubiq­ui­taire des « moi-aus­si », CNN n’a pas man­qué de lier Trump au cas de tous les démis­sion­nés d’Hollywood, des médias, et du Con­grès. Une nou­velle cam­pagne ciblant Trump se pro­file, organ­isée, qui com­mence déjà à présen­ter des dames BCBG, dont la mémoire se ravive. Cela va s’amplifier… mais il y a une autre rai­son, hors de la poli­tique, qui explique l’avidité de CNN comme de son PDG Jeff Zuck­er à faire tomber Trump : c’est la fusion en cours de Time Warn­er avec AT&T. Cette fusion de plus de 85 mil­liards de dol­lars fait l’objet d’une assig­na­tion en jus­tice de la part du Min­istère de la Jus­tice qui la déclare illé­gale. Ce procès est suivi d’un autre, mon­té par une vic­time directe des écoutes, le financier Carter Page, qui veut dénon­cer ain­si les risques que le gigan­tisme médi­a­tique pose pour le citoyen lamb­da. Un levi­er de plus pour forcer AT&T… à ven­dre sa fil­iale CNN ? Et pour pouss­er le Min­istre de la Jus­tice vers la fer­meté? La guerre entre Trump est les médias est décidé­ment mul­ti­di­men­sion­nelle… Dernier exem­ple : le 1er décem­bre la chaine ABC, en la per­son­ne de Bri­an Ross, annonçait à 11heures que Fly­nn témoign­erait que le can­di­dat Trump lui avait don­né instruc­tion de con­tac­ter les russ­es pen­dant la cam­pagne, prou­vant ain­si une col­lu­sion. La bourse s’est effon­drée, voy­ant immé­di­ate­ment Trump en dif­fi­culté. Une heure après, le jour­nal­iste s’est rétrac­té : le con­tact datait d’après l’élection du 8 novem­bre, donc était licite. La bourse est remon­tée. Bri­an Ross a été sus­pendu pour un mois. Trump a immé­di­ate­ment vu la faille : lors de son dis­cours de Pen­saco­la du 8 décem­bre, il a fait une sug­ges­tion semi-ironique qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Il a sim­ple­ment souligné que la chaine ABC risquait gros avec sa fausse nou­velle, car il ne serait pas impos­si­ble de voir les fonds de retraite et les indi­vidus lésés par la chute des cours orchestr­er une action en recours col­lec­tif. Une aubaine pour les avo­cats. Mon­ey talks… en tout cas aux États-Unis.

Sur le même sujet

Related Posts

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).