Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Explicite, le média des anciens d’iTélé recherche son financement

1 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Explicite, le média des anciens d’iTélé recherche son financement

Explicite, le média des anciens d’iTélé recherche son financement

Lors de la grande grève de 2016 d’i>Télé (devenue CNews début 2017) pour protester contre la venue de Jean-Marc Morandini, une bonne centaine de journalistes avaient quitté la chaîne. Parmi ceux-ci, 54 avaient annoncé suivre Olivier Ravanello dans la création d’un nouveau média appelé Explicite.

Du gratuit au payant

Le nou­veau média avait lancé début 2017 un appel au finance­ment par­tic­i­patif qui avait recueil­li 150000 euros via Kisskiss­bang­bank. Cette somme avait per­mis de démar­rer l’entreprise qui se voulait « libre, sans pop­ulisme et avec humil­ité ». La lib­erté et l’humilité sont de bonnes et belles ver­tus, la men­tion sans pop­ulisme indi­quait peut-être un début d’inclination poli­tique que l’on pour­rait qual­i­fi­er de « cen­triste » ou pour les esprits mal inten­tion­nés de « macron­com­pat­i­ble », le nou­veau prési­dent se voulant le ferme rem­part libéral con­tre la « lèpre pop­uliste ».

Le média dig­i­tal lancé au print­emps 2017 sous forme gra­tu­ite est devenu payant un an plus tard comme l’annonçait son fon­da­teur Olivi­er Ravanel­lo le 12 avril 2018, définis­sant ain­si le nou­veau venu :

« C’est un site d’in­fo, une appli, ça marche sur tablette, ça marche aus­si sur TV con­nec­tée. C’est un nou­veau média numérique entière­ment mobile, tout au long de la journée vous pour­rez con­sul­ter des vidéos, des arti­cles, des enquêtes mais on a voulu vous faire com­pren­dre l’in­fo donc pas de buzz, pas de polémique, pas d’in­fo à chaud si ce n’est un fil qui vous donne les 15 infos à retenir dans la journée.”

Nouveau départ et financements

Ce pas­sage au payant représente un vrai change­ment pour le site. Pour 11,99 € par mois l’abonné (qui peut résili­er son abon­nement à tout moment) a droit à la total­ité des vidéos, arti­cles, entre­tiens du site. Le tout réal­isé par les 17 jour­nal­istes venus prin­ci­pale­ment d’i>Télé, nom­bre des anciens démis­sion­naires ayant rejoints d’autres chaines comme Adrien Borne qui tra­vaille à LCI.

La SAS Explicite a déjà levé 1,3M€ (source Let­tre A du 29/10/2018) auprès d’investisseurs. Le pre­mier d’entre eux avec 20% de la lev­ée est un des grands dona­teurs d’Emmanuel Macron. Guil­laume Ram­bourg, prési­dent du fonds Ver­raz­zano Cap­i­tal, a été un des sou­tiens financiers de la cam­pagne du futur Prési­dent en 2017. Explicite annonce vouloir con­tin­uer sa lev­ée de fonds via une nou­velle cam­pagne de finance­ment par­tic­i­patif.

Le mod­èle sem­ble proche de celui de Médi­a­part dans un style dif­férent voire opposé puisque le site se veut « L’alternative numérique de Médi­a­part ». Explicite se pro­pose de « com­pren­dre » plutôt que de « dénon­cer » et récuse toute infor­ma­tion « inquisi­to­ri­ale ». Les sommes recueil­lies parais­sent faibles pour cette ambi­tion. Médi­a­part avait levé trois mil­lions d’euros avant son lance­ment et dis­po­sait de puis­sants leviers dans l’éducation nationale, le monde poli­tique, les bib­lio­thèques, toutes aides utiles pour attir­er vite un min­i­mum d’abonnés. Le plan tel qu’annoncé sur le site d’investissement par­tic­i­patif Wiseed prévoit 21000 abon­nements fin 2020 et plus de 4M€ de recettes. Si de bonnes fées, type Ver­raz­zano Cap­i­tal et autres amis libéraux et « non pop­ulistes », ne se penchent pas sur le berceau du jeune bébé, sa crois­sance risque d’être dif­fi­cile. Souhaitons lui quand même bonne chance, un média créé par des jour­nal­istes ne peut qu’être prof­itable au plu­ral­isme, avec ou sans pop­ulisme.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Procès Ramzi Khiroun contre Ojim/Claude Chollet : première audience le 7 octobre 2020

L’Observatoire du journalisme (OJIM), créé en 2012 par Claude Chollet et quelques amis, rentre dans sa neuvième année d’existence. En 230 portraits publiés, 30 infographies et plus de 4500 articles nous n’avions eu — jusqu’à présent — aucune plainte en justice. À la suite d’un article de 2018 où nous parlions du groupe Lagardère et de manière incidente sur deux lignes du porte-parole du groupe, Monsieur Ramzi Khiroun, ce dernier a porté plainte pour « injures publiques ». La première audience est fixée au 7 octobre 2020 à 13h30. Lire la suite

 

Derniers portraits ajoutés

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux soci­aux.

Rudy Reichstadt

PORTRAIT — Omniprésent dans les médias, l’ambitieux Reich­stadt sait se ren­dre indis­pens­able, fort de l’expertise qu’il s’auto-attribue. Au même titre que celle des Décodeurs du Monde, dont il est le pen­dant, sa parole est d’or (c’est du plaqué) dès lors qu’il s’agit de sépar­er le bon grain de l’ivraie et d’éduquer les généra­tions futures…

Alexandre Adler

PORTRAIT — Véri­ta­ble caméléon poli­tique, Alexan­dre Adler a été tour à tour com­mu­niste, social­iste puis néo-con­ser­va­teur, favor­able à la guerre en Afghanistan et en Irak, par­ti­san du oui au référen­dum sur la con­sti­tu­tion européenne et sou­tien de Nico­las Sarkozy en 2007.

Lucie Soullier

PORTRAIT — C’est la jour­nal­iste « spé­cial­iste de l’extrême droite » qui monte au Monde. Comme ses com­pères Tris­tan Berteloot (Libé), Ivanne Trip­pen­bach (L’Opinion) ou Camille Vigogne (L’Express), Lucie Soul­li­er ne sem­ble pas avoir de l’appétence pour son sujet, mais au con­traire, un dégoût qui peut con­fin­er à la haine.

Laure Adler

De sa thèse d’histoire sur le fémin­isme aux nom­breuses biogra­phies qu’elle a con­sacrées, tout au long de sa car­rière, à des grandes fig­ures féminines, Lau­re Adler n’aura cessé d’être fascinée par les glo­rieux des­tins de femmes et, à sa manière, en aura incar­né un.