Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Explicite, le média des anciens d’iTélé recherche son financement

1 novembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Explicite, le média des anciens d’iTélé recherche son financement

Explicite, le média des anciens d’iTélé recherche son financement

Lors de la grande grève de 2016 d’i>Télé (devenue CNews début 2017) pour protester contre la venue de Jean-Marc Morandini, une bonne centaine de journalistes avaient quitté la chaîne. Parmi ceux-ci, 54 avaient annoncé suivre Olivier Ravanello dans la création d’un nouveau média appelé Explicite.

Du gratuit au payant

Le nou­veau média avait lancé début 2017 un appel au finance­ment par­tic­i­patif qui avait recueil­li 150000 euros via Kisskiss­bang­bank. Cette somme avait per­mis de démar­rer l’entreprise qui se voulait « libre, sans pop­ulisme et avec humil­ité ». La lib­erté et l’humilité sont de bonnes et belles ver­tus, la men­tion sans pop­ulisme indi­quait peut-être un début d’inclination poli­tique que l’on pour­rait qual­i­fi­er de « cen­triste » ou pour les esprits mal inten­tion­nés de « macron­com­pat­i­ble », le nou­veau prési­dent se voulant le ferme rem­part libéral con­tre la « lèpre pop­uliste ».

Le média dig­i­tal lancé au print­emps 2017 sous forme gra­tu­ite est devenu payant un an plus tard comme l’annonçait son fon­da­teur Olivi­er Ravanel­lo le 12 avril 2018, définis­sant ain­si le nou­veau venu :

« C’est un site d’in­fo, une appli, ça marche sur tablette, ça marche aus­si sur TV con­nec­tée. C’est un nou­veau média numérique entière­ment mobile, tout au long de la journée vous pour­rez con­sul­ter des vidéos, des arti­cles, des enquêtes mais on a voulu vous faire com­pren­dre l’in­fo donc pas de buzz, pas de polémique, pas d’in­fo à chaud si ce n’est un fil qui vous donne les 15 infos à retenir dans la journée.”

Nouveau départ et financements

Ce pas­sage au payant représente un vrai change­ment pour le site. Pour 11,99 € par mois l’abonné (qui peut résili­er son abon­nement à tout moment) a droit à la total­ité des vidéos, arti­cles, entre­tiens du site. Le tout réal­isé par les 17 jour­nal­istes venus prin­ci­pale­ment d’i>Télé, nom­bre des anciens démis­sion­naires ayant rejoints d’autres chaines comme Adrien Borne qui tra­vaille à LCI.

La SAS Explicite a déjà levé 1,3M€ (source Let­tre A du 29/10/2018) auprès d’investisseurs. Le pre­mier d’entre eux avec 20% de la lev­ée est un des grands dona­teurs d’Emmanuel Macron. Guil­laume Ram­bourg, prési­dent du fonds Ver­raz­zano Cap­i­tal, a été un des sou­tiens financiers de la cam­pagne du futur Prési­dent en 2017. Explicite annonce vouloir con­tin­uer sa lev­ée de fonds via une nou­velle cam­pagne de finance­ment par­tic­i­patif.

Le mod­èle sem­ble proche de celui de Médi­a­part dans un style dif­férent voire opposé puisque le site se veut « L’alternative numérique de Médi­a­part ». Explicite se pro­pose de « com­pren­dre » plutôt que de « dénon­cer » et récuse toute infor­ma­tion « inquisi­to­ri­ale ». Les sommes recueil­lies parais­sent faibles pour cette ambi­tion. Médi­a­part avait levé trois mil­lions d’euros avant son lance­ment et dis­po­sait de puis­sants leviers dans l’éducation nationale, le monde poli­tique, les bib­lio­thèques, toutes aides utiles pour attir­er vite un min­i­mum d’abonnés. Le plan tel qu’annoncé sur le site d’investissement par­tic­i­patif Wiseed prévoit 21000 abon­nements fin 2020 et plus de 4M€ de recettes. Si de bonnes fées, type Ver­raz­zano Cap­i­tal et autres amis libéraux et « non pop­ulistes », ne se penchent pas sur le berceau du jeune bébé, sa crois­sance risque d’être dif­fi­cile. Souhaitons lui quand même bonne chance, un média créé par des jour­nal­istes ne peut qu’être prof­itable au plu­ral­isme, avec ou sans pop­ulisme.

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Abel Mestre

PORTRAIT — Faut-il class­er Abel Mestre dans la caté­gorie jour­nal­iste ? Abel Mestre con­stitue à lui seul un fourre-tout de l’extrême extrême-gauche, allant du stal­in­isme à l’anarchisme en pas­sant par le trot­skisme expéri­men­tal et l’action de rue.

Sophia Aram

PORTRAIT — Issue d’une famille d’o­rig­ine maro­caine, Sophia Aram est née à Ris-Orangis (Essonne) le 29 juin 1973. Sophia Aram s’ini­tie à l’art de l’im­pro­vi­sa­tion dans les étab­lisse­ments sco­laires de Trappes puis au sein de la com­pag­nie « Déclic Théâtre », où elle côtoie Jamel Deb­bouze.

Christophe Ono-dit-Biot

PORTRAIT — Né en jan­vi­er 1975 au Havre, Christophe Ono-dit-Biot a fait Hypokhâgne et Khâgne au lycée Jan­son-de-Sail­ly, à Paris, puis un DEA de Lit­téra­ture com­parée sur les écrivains fin de siè­cle « déca­den­tistes ». Il est agrégé de let­tres mod­ernes (2000).

Ali Baddou

PORTRAIT — Ali Bad­dou n’est pas seule­ment présen­ta­teur-jour­nal­iste et pro­fesseur de philoso­phie poli­tique à Sci­ences-Po. Ce mem­bre de l’hyperclasse mon­di­ale est avant tout au cœur des réseaux de pou­voir maro­cains, français (mit­ter­ran­di­ens et social­istes) et médi­a­tiques.

Johan Hufnagel

PORTRAIT — Bien qu’il n’ait, pour un jour­nal­iste, pas écrit grand chose, Johan Huf­nagel n’en est pas moins par­venu à se hiss­er aux postes clés des médias où il a posé ses valis­es. Il n’y a là rien d’é­ton­nant : son secteur d’ac­tiv­ité n’est ni l’in­ves­ti­ga­tion, ni même la sim­ple rédac­tion, mais le numérique.

"Le partage, c'est le secret du bonheur."

Sylvain Augier, reporter, animateur de radio et de télévision