Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Avec quels fonds s’est lancé Médiapart ?

18 octobre 2018

Temps de lecture : 3 minutes
Accueil | Veille médias | Avec quels fonds s’est lancé Médiapart ?

Avec quels fonds s’est lancé Médiapart ?

Aude Lancelin, aux commandes d’un Média en perdition, a balancé lors du lancement de la saison 2 de la web-télé de gauche que Médiapart disposait de 3 millions d’euros d’apports extérieurs, avant même d’avoir eu son premier abonné. Qu’en est-il vraiment ?

Actionnaires de départ

D’après Libé, les six fon­da­teurs Gode­froy Beau­val­let, François Bon­net, Gérard Desportes (par­ti en 2010), Lau­rent Mauduit, Edwy Plenel et Marie-Hélène Smié­jan ont mis 1.325.000 € d’apports pro­pres, dont 550.000 pour Marie-Hélène Smié­jan qui avait ven­du pour cela un tableau de Jules Dupré ; Edwy Plenel emprunte 360.000 € sur dix ans, Lau­rent Mauduit apporte 100.000 €, François Bon­net 80.000. Deux autres action­naires, Jean-Louis Bouchard (Eco­fi­nance) et Thier­ry Wil­helm (Doxa) ont ajouté 1,1 mil­lion d’euros.

Fon­da­teur de la société de ser­vices numériques aux entre­pris­es Econo­com (ex-ECS), Jean-Louis Bouchard est aus­si l’ex-employeur de Marie-Hélène Smié­jan. Même s’il claque la porte du con­seil d’administration après l’affaire Woerth, il ne reven­dra pas ses parts alors que les révéla­tions s’enchaînent et que l’audience du site grimpe.

Le ban­quier Chris­t­ian Cigan­er, frère de Cécil­ia ex-Sarkozy, con­seille les fon­da­teurs. Benoît Thieullin, qui venait de par­ticiper à la cam­pagne numérique de Ségolène Roy­al, et qui avait fondé son pro­pre site fondé sur la démoc­ra­tie par­tic­i­pa­tive, avec Mau­rice Lévy, Stéphane Hes­sel, Agnès B ou encore Luc Dar­d­enne comme action­naires, arrive dans les bagages de Gode­froy Beau­val­let.

Pour Jean-Louis Bouchard et Thier­ry Wil­helm – qui sou­tient la presse très large­ment, de Causeur à Ter­ra Eco, et a été action­naire de Poli­tis par le passé, « ce qui les intéresse dans notre aven­ture, c’est à la fois l’en­jeu démoc­ra­tique – la lib­erté et le plu­ral­isme de l’in­for­ma­tion – et le lab­o­ra­toire économique – l’in­ven­tion d’un nou­veau mod­èle sur le Net », expli­quait Médi­a­part en 2008.

De bons amis aussi

La société des Amis de Médi­a­part apporte 504.000 €. Leurs 88 noms n’ont jamais été ren­dus publics, mais on y trou­ve Mau­rice Lévy, PDG de Pub­li­cis, ou encore Xavier Niel (2 fois 100.000 €), ain­si que des ex-parte­naires de Thieullin comme Stéphane Hes­sel, Luc Dar­d­enne ou Sarah Moon. Sans oubli­er Stéphane Fouks (Euro RSCG), plus tard mis en cause par le site, ou encore Nico­las Bor­das, vice-prési­dent Europe de l’agence TBWA, qui donne à Médi­a­part son slo­gan : l’info part de là. Le cap­i­tal total était donc de 2.939.000 euros.

Et un fonds d’investissement

En mars 2008, alors que les 10.000 abon­nés néces­saires au lance­ment ne sont pas au ren­dez-vous, la jour­nal­iste Mar­tine Orange amène le fonds Odyssée Ven­ture, des­tiné aux per­son­nes redev­ables de l’ISF. Ce dernier injecte dis­crète­ment 1 mil­lion d’euros en échange de 22% du cap­i­tal. Il récupère large­ment sa mise en 2014 – 2.5 mil­lions d’euros, que Médi­a­part paie en prenant dans la TVA impayée et grâce à Jean-Louis Bouchard.

Le site s’est en effet auto-appliqué une TVA de 2.1% comme celle de la presse imprimée au lieu de 19.6%, tout en pro­vi­sion­nant une grande par­tie des sommes, et a fini par en béné­fici­er comme le reste de la presse en 2014, tout en subis­sant un impor­tant redresse­ment fis­cal.

Capital, cher capital

Médi­a­part, au ton par­fois rebelle et dont cer­tains arti­cles adoptent l’écriture inclu­sive, a été lancé avec l’aide du grand Cap­i­tal et un investisse­ment proche de 4M€. Con­traire­ment au Média, « absol­u­ment seul » d’après Aude Lancelin, plus encore depuis le départ de Sophia Chikirou et le feuil­leton de l’été.

Mais con­traire­ment au Média qui cherche 90.000 € pour ne pas couler, Médi­a­part a de bons résul­tats. Voyons plutôt : au 31 décem­bre 2017, il y avait 140.000 abon­nés, un résul­tat net de 2.2 mil­lions d’euros après impôts (16% du CA), un CA de 13.7 mil­lions d’euros en 2017 (+20% en un an), un béné­fice net depuis 2011 (sauf en 2015), per­for­mances excep­tion­nelles dans le secteur de la presse, quel que soit son sup­port. Et avec 83 col­lab­o­ra­teurs Médi­a­part soigne l’avenir : 690 étab­lisse­ments sec­ondaires y sont abon­nés gra­tu­ite­ment.

L’actionnariat a évolué : trois des fon­da­teurs (François Bon­net, Lau­rent Mauduit, Edwy Plenel) en pos­sè­dent 42.08%, les salariés 1.46%. Les parts d’Ecofinance ont presque toutes été rachetées (reste 6.32%), Dowa est tou­jours présent (31.81%), la société des Amis a encore 16.79% et deux autres investis­seurs, François Vit­rani et Lau­rent Chem­la 1.54% de plus. Les fon­da­teurs rechercheraient une for­mule de pas­sa­tion en douceur du cap­i­tal. A suiv­re

Les réseaux Soros
et la "société ouverte" :
un dossier exclusif

Tout le monde parle des réseaux de George Soros, cet influent Américain d’origine hongroise qui consacre chaque année un milliard de dollars pour étendre la mondialisation libérale libertaire.

En effet, derrière un discours "philanthropique" se cache une entreprise à l'agenda et aux objectifs politiques bien précis. Mais quelle est l’étendue de ce réseau ?

Pour recevoir notre dossier rejoignez nos donateurs (avec un reçu fiscal de 66% de votre don).

Derniers portraits ajoutés

Camille Vigogne Le Coat

PORTRAIT — C’est la petite jour­nal­iste libérale lib­er­taire qui monte. Dis­sim­u­lant der­rière un joli minois une volon­té de nuire à toutes les per­son­nal­ités de la droite non alignée, Camille Vigogne Le Coat se rêve en nou­velle Ari­ane Chemin sa con­sœur du Monde.

Laurent Joffrin

PORTRAIT — Lau­rent Jof­frin, de son vrai nom Lau­rent (André Marie Paul) Mouchard est né en juin 1952 à Vin­cennes. Sa car­rière se car­ac­térise par des allers et retours inces­sant entre Libéra­tion et Le Nou­v­el Obser­va­teur.

Nicolas Beytout

PORTRAIT — Groupe de Bilder­berg, Le Siè­cle, Medef, Com­mis­sion Tri­latérale, ami intime de Nico­las Sarkozy, petit-fils de l’ancienne pro­prié­taire des Échos, Nico­las Beytout est LE porte-voix de la pen­sée unique mon­di­al­iste dans les médias.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Née le 31 jan­vi­er 1975, Sonia Dev­illers est la fille de l’architecte Chris­t­ian Dev­illers. Jour­nal­iste sur France Inter, anci­enne du Figaro, elle s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos » de Valeurs Actuelles et à offrir un refuge com­plaisant à Aude Lancelin, patronne d’un Média en pleine tour­mente.

Laurent Ruquier

PORTRAIT — Lau­rent Ruquier est né le 24 févri­er 1963 au Havre (Seine-Mar­itime). Tour à tour ani­ma­teur, présen­ta­teur, humoriste, pro­duc­teur et directeur de théâtre, Lau­rent Ruquier est omniprésent dans le Paysage audio­vi­suel français (PAF).