Accueil | Actualités | Médias | Europe 1, valse des dirigeants et nouvelle grille
Pub­lié le 9 juin 2019 | Éti­quettes : , , , ,

Europe 1, valse des dirigeants et nouvelle grille

Alors qu'Europe 1 ne cesse de perdre des parts d’audience et qu’une grève des équipes digitales le 9 avril a encore secoué la rédaction, Arnaud Lagardère a voulu s’engager le 4 juin 2019 en se rendant devant les équipes pour les « rassurer », mais l’avenir s’annonce toujours aussi incertain.

Ventes en cascade

Après la cession de Mezzo à Canal+/LVMH, la chaine pour enfants Gulli rejoindra le groupe M6 dès que l’Autorité de la concurrence aura validé l’acquisition. Une vente réussie pour la jolie somme de 215M€.

Et les radios ?

Promis, jura, craché : « je ne lâcherai jamais Europe 1 », a déclaré Arnaud Lagardère devant deux cents membres du personnel rassemblés pour l’occasion. Mais il a été moins affirmatif en ce qui concerne Virgin et RFM. Il a même confirmé que si « une offre dithyrambique » se présentait, elle serait examinée, une manière soit de conforter des discussions en cours soit de susciter des candidatures. Selon Le Figaro du 5 juin 2019 TF1 et NRJ seraient déjà intéressés. Mais voilà, les deux radios en cause sont profitables alors que Europe 1 perd une bonne trentaine de millions d’euros par an. Vendre en même temps la régie publicitaire d’Europe 1 rendrait les deux radios encore plus attractives, mais si la régie est vendue, la chaine qui lui est liée devient de facto l’objet d’une deuxième transaction pour l’ensemble.

Les choses ne s’arrangent pas du côté des équipes dirigeantes. Laurent Guimier en place depuis seulement un an était absent ayant fait une mauvaise chute. Un an comme son prédécesseur Frédéric Schlesinger. Arnaud Lagardère a « reconnu leur échec », manière de reconnaître qu’ils appartiennent au passé et que Guimier ne reviendra pas ou alors pour peu de temps. La grille de la rentrée s’annonce incertaine, la matinale de Nikos Aliagas semble en danger tout comme l’émission de Patrick Cohen en fin de semaine. Comme un propriétaire d’équipe de football qui a de mauvais résultats, Arnaud Lagardère licencie les entraîneurs l’un après l’autre et tance les vedettes. Il n’est pas certain que cela sauve de la deuxième division ou de la reprise par un grand groupe de médias.

Tant que vous êtes ici...

Ce contenu a été financé par les donateurs de l'OJIM

L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.

Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux