Ojim.fr
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
PUBLICATIONS
Yann Barthès, Dilcrah, Netflix, Frontex, Bellingcat... Découvrez les publications papier et numériques de l'Observatoire du journalisme.
→ En savoir plus
En plus du contrôle préventif, Twitter relance le processus de certification de ses comptes

L’article que vous allez lire est gratuit. Mais il a un coût. Un article revient à 50 €, un portrait à 100 €, un dossier à 400 €. Notre indépendance repose sur vos dons. Après déduction fiscale un don de 100 € revient à 34 €. Merci de votre soutien, sans lui nous disparaîtrions.

26 mai 2021

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | En plus du contrôle préventif, Twitter relance le processus de certification de ses comptes

En plus du contrôle préventif, Twitter relance le processus de certification de ses comptes

Temps de lecture : 2 minutes

Twitter (comme Tinder) a réinventé larrêtducrime d’Orwell, en mettant en place un avertissement préventif en cas de « message haineux », du style « Êtes-vous vraiment certain de vouloir envoyer ce message offensant ? ». Dans la même veine il veut certifier ses « bons » utilisateurs par un badge bleu ; visite de l’oiseau bleu, attention aux plumes légèrement pourries.

Une politique ancienne

La poli­tique de véri­fi­ca­tion des comptes avait été sus­pendue par Jack Dorsey son fon­da­teur courant 2017 quand un compte d’un sup­posé supré­maciste blanc (traduisez hos­tile à “Black Lives Mat­ter”) avait été « cer­ti­fié par erreur », induisant par là qu’existait déjà un con­trôle poli­tique des utilisateurs.

Un nouveau formulaire

Depuis le 20 mai 2021, les util­isa­teurs peu­vent obtenir un « badge bleu » qui se veut syn­onyme de qual­ité en rem­plis­sant un for­mu­laire disponible dans les options. Vous devrez alors fournir papiers d’identité, rai­son pro­fes­sion­nelle et son jus­ti­fi­catif etc…

Mais ce ne sera pas suff­isant, vous devrez appartenir à cer­taines caté­gories, fonc­tion­naires, jour­nal­istes (pas tous, les por­teurs de haine seront repoussés dans les limbes), les pro­fes­sion­nels appar­tenant à des sociétés déjà véri­fiées, des sportifs, des pro­fes­sion­nels du diver­tisse­ment et des « activistes, organ­isa­teurs et indi­vidus influ­ents ». Gageons que si par­mi ces derniers tous sont égaux en théorie, en pra­tique cer­tains seront plus égaux que d’autres. Ain­si Twit­ter avait-il cen­suré un groupe de sou­tien à Julian Assange en 2019.

Le Monde est certifié, merci qui ?

Si vous avez dans les douze derniers mois été pris par la patrouille de Twit­ter en envoy­ant des tweets « haineux » ou bien « ne cor­re­spon­dant pas aux valeurs de la com­mu­nauté », adieu le badge de qual­ité. Un arti­cle du Monde nous apprend que tous les comptes Twit­ter des jour­nal­istes du quo­ti­di­en du soir ont été véri­fiés et sont por­teurs de l’oiseau bleu. Cui cui.