Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Accueil | Veille médias | Jack Dorsey, le bal des faux culs
Jack Dorsey, le bal des faux culs

29 juillet 2021

Temps de lecture : 2 minutes

Accueil | Veille médias | Jack Dorsey, le bal des faux culs

Jack Dorsey, le bal des faux culs

Jack Dorsey, le bal des faux culs

Red­if­fu­sion esti­vale. Pre­mière dif­fu­sion le 17/01/2021

Qu’est-ce qu’un faux cul ? Le mot est rude mais expressif. Il désigne celui qui vous poignarde dans le dos, puis vous exprime ses regrets, vous explique qu’il n’a pas pu faire autrement, que finalement c’est pour votre bien ; puis, si vous n’êtes pas mort tout de suite recommence à la première occasion. L’américain Jack Dorsey, patron de Twitter, pourrait concourir à une médaille d’or, catégorie poids lourds.

Bannissement de Trump et chute du cours de bourse

Le dimanche 10 jan­vi­er Jack Dorsey prend la déci­sion de sup­primer sans espoir de retour le compte Twit­ter de Don­ald Trump avec ses 88 mil­lions d’abon­nés. Le lende­main lun­di 11 jan­vi­er son cours de bourse dévisse de 6%, puis pour­suit sa chute pour se sta­bilis­er à moins 12% le 14 jan­vi­er à 45,78USD. Sur un an, la chute du cours est de 15%.

Dorsey le 13 janvier : « je ne ressens aucune fierté »

Le mer­cre­di 13 jan­vi­er soit après deux jours de dégringo­lade en bourse, sans doute une rela­tion de cause à effet, Dorsey a des états d’âme :  il con­sid­ère que le ban­nisse­ment de Trump est un « échec de notre part à pro­mou­voir une con­ver­sa­tion saine ». Une con­ver­sa­tion saine est, à n’en pas douter, une con­ver­sa­tion entre libéraux lib­er­taires exclu­sive­ment. Il ajoute que ces mesures « divisent, lim­i­tent les pos­si­bil­ités d’expliquer, de se racheter, d’apprendre ». En effet, une fois votre compte sup­primé, il est plus dif­fi­cile de s’expliquer. CQFD.

Du culot, toujours du culot

Il ajoute – toute honte bue – que sa déci­sion était « la bonne » mais qu’elle « établit un précé­dent dan­gereux : le pou­voir dont un indi­vidu ou une entre­prise dis­pose sur une par­tie du débat mon­di­al ». Expli­ca­tion : je vous élim­ine mais finale­ment c’est bien triste de devoir en arriv­er là, si vous aviez été plus raisonnable (id est : “de mon avis”) ça ne serait pas arrivé. Je vous tue avec bien du regret mon ami, mais c’est mon devoir.

Le dou­ble lan­gage dans toute sa splen­deur. On dis­ait « un Tartuffe » on pour­ra dire de manière plus mod­erne « un Dorsey ».

Com­plé­ment, voir notre arti­cle : Jack Dorsey ridi­culisé comme un petit garçon par Ted Cruz, séna­teur répub­li­cain.

Rediffusion estivale

Cet article gratuit vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € pour un article, 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés

Pierre Ménès

PORTRAIT — Pierre Ménès, né en juin 1963 à Paris, est un jour­nal­iste sportif français. Car­ac­téris­tiques : une grande gueule et une forte corpulence.

Patrick Cohen

PORTRAIT — Patrick Cohen est né en août 1962 à Mon­treuil. Il est l’un des chefs d’orchestre de l’information. Se cam­ou­flant der­rière une neu­tral­ité de façade, Patrick Cohen s’est longtemps fait le chantre de la lib­erté d’expression tant qu’elle demeu­rait dans les lim­ites du poli­tique­ment correct.

Taha Bouhafs

PORTRAIT — À la croisée des mou­ve­ments soci­aux et com­mu­nau­taires, le jeune Bouhafs mène habile­ment sa bar­que en rêvant de ses lende­mains qui chantent à lui, un soulève­ment des ban­lieues sous la ban­nière du crois­sant islamique. Et il ne recule ni devant les fake news éhon­tées, ni devant une vio­lence ver­bale peu com­mune sur les réseaux sociaux.

Hervé Gattegno

PORTRAIT — Né le 28 juil­let 1964, Hervé Gat­teg­no a été rédac­teur en chef de l’édition française de Van­i­ty Fair jusqu’en 2016, puis est devenu directeur de la rédac­tion du JDD. Il est mar­ié et a trois enfants avec Anne-Cécile Sar­fati, rédac­trice en chef du mag­a­zine féminin Elle.

Sonia Devillers

PORTRAIT — Sonia Dev­illers s’occupe de cul­ture et des médias sur le ser­vice pub­lic et est en même temps la voix de la bobosphère, tou­jours prête à pour­fendre les « fachos ».