Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Complément d’enquête sur les fake news : l’insupportable liberté d’expression

8 septembre 2021

Temps de lecture : 3 minutes

Accueil | Veille médias | Complément d’enquête sur les fake news : l’insupportable liberté d’expression

Complément d’enquête sur les fake news : l’insupportable liberté d’expression

Accueil | Veille médias | Complément d’enquête sur les fake news : l’insupportable liberté d’expression

Complément d’enquête sur les fake news : l’insupportable liberté d’expression

8 septembre 2021

Jeudi 2 septembre 2021, France 2 diffusait l’émission « Complément d’enquête » consacrée aux « fake news, la machine à fric ». L’occasion pour le clergé médiatique de vouer aux gémonies les déviants à la pensée unique en matière sanitaire, diversitaire et climatique.

L’Instant M en teasing

Les mil­i­tants-censeurs des Sleep­ing Giants, les jour­nal­istes de France 2 et de France inter grenouil­lent dans le même bain idéologique. Rien de plus nor­mal donc que Sonia Dev­illers con­sacre son émis­sion l’Instant M sur France inter du 1er sep­tem­bre au doc­u­men­taire dif­fusé sur France 2 le lende­main con­sacré aux fake news.

Par­tant du con­stat d’un vrai prob­lème, des busi­ness­men qui propa­gent cynique­ment des fake news sen­sa­tion­nal­istes pour gag­n­er de l’argent avec la pub­lic­ité, Sonia Dev­illers ne peut cacher lors de l’émission sa révolte face à ce phénomène qu’elle se garde bien de cir­con­scrire. La jour­nal­iste présente ensuite les Sleep­ing giants, cette nou­velle ligue de ver­tu qui ne sup­porte pas que l’on pense dif­férem­ment, comme de vertueux mil­i­tants. En matière d’introduction au doc­u­men­taire dif­fusé le lende­main, on ne pou­vait mieux faire. Tout dans la nuance.

Voir aus­si : L’Instant M de Sonia Dev­illers sur France Inter, l’entre soi idéologique

Compléments d’enquête sur les «  fake news, l’usine à fric »

Le sujet de l’émission du 2 sep­tem­bre, les sites d’informations présen­tant des Fake news pour faire de l’audience et récolter des revenus pub­lic­i­taires, était a pri­ori intéres­sant. La délim­i­ta­tion exten­sive du périmètre de l’enquête et les juge­ments moraux à peine voilés sont par con­tre révéla­teurs des vel­léités de cen­sure d’une par­tie de l’oligarchie à laque­lle appar­ti­en­nent de nom­breux journalistes.

En effet, met­tre sur le même pied d’égalité un site qui fait la pro­mo­tion de l’eau naturelle comme moyen de lutte con­tre le can­cer et le site d’information Bre­it­bart a de quoi inter­roger. On touche là aux lim­ites de con­cept de fake news. Un exem­ple : à la 34e minute, le site Bre­it­bart est présen­té comme répan­dant des fake news pour avoir don­né une inter­view à un sci­en­tifique cli­ma­to-scep­tique. Cela serait donc un motif suff­isant pour faire pres­sion auprès de ses annon­ceurs et plomber les revenus du site d’information ? C’est pour­tant ce qui lui est arrivé.

Autre exem­ple révéla­teur, les gérants de la société de cagnotte en ligne Tipee sont tancés par un jour­nal­iste de jus­ti­fi­er la rai­son pour laque­lle ils ne refusent pas de récolter de l’argent pour des sites aux idées qu’ils ne parta­gent pas (anti­sémites, racistes, etc.). Ils ont eu beau pré­cis­er qu’ils ne peu­vent pas se sub­stituer à un tri­bunal et décider ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, ils sont placés en posi­tion d’accusés. Dès le lende­main, une cam­pagne sur Twit­ter visait à ce que les clients de cagnottes en ligne se retirent du site de finance­ment participatif.

Pour finir, on ne peut s’empêcher de men­tion­ner la cri­tique con­tre le doc­u­men­taire  https://www.ojim.fr/hold-up-le-documentaire-honni-des-medias-de-grand-chemin/ « Hold-up », financé lui aus­si par des par­ti­c­uliers. Les jour­nal­istes de Com­plé­ment d’enquête se déso­lent de son con­tenu, car il con­tiendrait des infor­ma­tions erronées, ce qui ne l’a pas empêché d’avoir un grand suc­cès populaire.

Mais ils sont par con­tre muets sur les raisons pour lesquelles toute une par­tie des citoyens se détourne des médias de grand chemin, en par­ti­c­uli­er con­cer­nant l’actualité de la crise san­i­taire. L’absence de plu­ral­ité d’opinions ne serait-elle pas ce qui pousse à aller chercher l’information  ailleurs ?

Car c’est bien la pos­si­bil­ité d’émettre des avis opposés qui en jeu dans la croisade en cours con­tre les « fake news ». Un terme qui peut cacher une dis­qual­i­fi­ca­tion de toute idée que l’on ne partage pas. Dans leur volon­té de cen­sure, nos gou­ver­nants et le clergé médi­a­tique veu­lent non seule­ment se pos­er en déten­teurs d’une vérité unique, mais égale­ment faire taire toute voix dis­si­dente. Le mieux est par­fois l’ennemi du bien.

Voir aussi

Cet article vous a plu ?

Il a pourtant un coût : 50 € en moyenne. Il faut compter 100 € pour un portrait, 400 € pour une infographie, 600 € pour une vidéo. Nous dépendons de nos lecteurs, soutenez-nous !

Derniers portraits ajoutés