Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Difficultés de la presse papier, L’Étudiant va cesser sa parution imprimée

27 septembre 2018

Temps de lecture : 2 minutes
Accueil | Veille médias | Difficultés de la presse papier, L’Étudiant va cesser sa parution imprimée

Difficultés de la presse papier, L’Étudiant va cesser sa parution imprimée

Sans surprise, L’Étudiant qui aura changé trois fois de propriétaire en trois ans, va être vidé de sa substance éditoriale au profit de l’activité d’organisation de salons.

Valse des propriétaires

Quand Altice (Patrick Drahi, son info­gra­phie ici) rachète en 2015 L’Express il reprend en même temps L’Étudiant. Un mag­a­zine papi­er créé en 1973 sur le créneau en expan­sion des études supérieures : ori­en­ta­tion, bours­es, études à l’étranger, san­té, loge­ment, débouchés, recherche de petits boulots, emploi etc. Le suc­cès est rapi­de et le jour­nal organ­ise assez vite des salons spé­cial­isés autour de ces thèmes.

Deux ans plus tard, Marc Laufer, ex bras droit de Patrick Drahi reprend le mag­a­zine et ses activ­ités pour l’incorporer à News­co, un petit empire de médias pro­fes­sion­nels en cours de con­sti­tu­tion. Las, peut-être con­cen­tré sur d’autres activ­ités, Laufer va ven­dre petit à petit la plu­part de ses titres.

C’est ici qu’intervient en 2018 le troisième lar­ron Com­ex­po­sium, étranger au monde de la presse mais organ­isa­teur de pre­mier plan de salons grand pub­lic ou pro­fes­sion­nels. Le groupe qui fig­ure dans les trois pre­miers mon­di­aux sur son créneau est présent dans 17 pays et organ­ise plus de 130 man­i­fes­ta­tions par an, accueil­lant plus de trois mil­lions de vis­i­teurs dans les domaines de la san­té, la con­struc­tion, la mode, l’alimentation, la sécu­rité, les trans­ports, etc…

Fin programmée du papier et licenciements

Laufer avait déjà engagé le mou­ve­ment en sup­p­ri­mant fin 2017 la dis­tri­b­u­tion en kiosque, ne gar­dant que les abon­nements pour le papi­er et favorisant le dig­i­tal. Le nou­veau pro­prié­taire accélère le mou­ve­ment en exter­nal­isant nom­bre de fonc­tions : édi­tion, maque­tte et même une par­tie des arti­cles con­fié à une société d’info­di­ver­tisse­ment externe Melty. Et en sup­p­ri­mant défini­tive­ment le papi­er début 2019.

Les dif­férents rachats ont entrainé au fil du temps le départ d’une trentaine de jour­nal­istes. À terme, sur une équipe médias ini­tiale de plus de soix­ante per­son­nes, il ne restera qu’une douzaine de jour­nal­istes dans un groupe qui se con­cen­tr­era sur son méti­er de base : l’organisation de salons comme Jobs ren­con­tres ou le Salon du tra­vail. Un bel exem­ple où la diver­si­fi­ca­tion des activ­ités entraine la fin du méti­er d’origine : la presse.

Publicité

Sur le même sujet

Related Posts

None found

Derniers portraits ajoutés

Michel Cymes

PORTRAIT — “Ani­ma­teur préféré des téléspec­ta­teurs” plusieurs années durant, le doc­teur Michel Cymes est une star de la vul­gar­i­sa­tion médi­cale, que ce soit sur le petit écran ou à la radio. Il est à nou­veau sur le devant de la scène à l’oc­ca­sion de l’épidémie de coronavirus.

Bernard de la Villardière

PORTRAIT — Bernard de la Vil­lardière, né Bernard Berg­er de la Vil­lardière, est un jour­nal­iste et ani­ma­teur de télévi­sion et de radio français. Né en mars 1958 au Rheu, dans le départe­ment d’Ille-et-Vilaine en Bre­tagne, il a trois frères et est désor­mais père de qua­tre enfants.

Alexis Orsini

PORTRAIT — Alex­is Orsi­ni traque les dés­in­for­ma­teurs tous azimuts pour 20 Min­utes. Il se dis­tingue régulière­ment par son manque de scrupules dans la véri­fi­ca­tion des faits et sa célérité à point­er du doigt l’extrême-droite, comme nom­bre de ses confrères

Ruth Elkrief

PORTRAIT — Par­ti­sane d’une droite libérale lib­er­taire et mod­érée, Ruth Elkrief a tou­jours affiché une détes­ta­tion du Front nation­al. Elle défend vigoureuse­ment les droits de l’homme en France, et ceux du sion­isme en Israël.

Franz-Olivier Giesbert

PORTRAIT — Celui qui a quit­té début 2014 la direc­tion du Point a passé sa vie dans une ambiguïté toute assumée avec philoso­phie, jonglant entre la droite et la gauche, entre la cam­pagne et la ville, entre les chèvres et le Siè­cle, entre l’indépendance et la con­nivence. FOG, c’est la schiz­o­phrénie réfléchie.