Ojim.fr
Veille médias
Dossiers
Portraits
Infographies
Vidéos
Faire un don
Décapitation à Conflans-Sainte-Honorine, l’unanimité se lézarde

22 octobre 2020

Temps de lecture : 5 minutes
Accueil | Veille médias | Décapitation à Conflans-Sainte-Honorine, l’unanimité se lézarde

Décapitation à Conflans-Sainte-Honorine, l’unanimité se lézarde

Après l’attentat contre un professeur de collège à Conflans-Sainte-Honorine le 16 octobre, on a presque cru à une entente nationale autour de la liberté d’expression et de la lutte contre l’islamisme. La si belle unanimité s’est pourtant rapidement lézardée par médias interposés.

Mélenchon et le problème tchétchène

Le leader de la France insoumise était très offen­sif après l’attentat con­tre Samuel Pat­ty, un pro­fesseur de col­lège des Yve­lines. Le Télé­gramme nous informe le 19 octo­bre que « Mélen­chon se décide à dur­cir le ton con­tre l’islamisme après l’attentat de Con­flans-Sainte-Hon­orine ». Sur les réseaux soci­aux, cer­tains comme l’avocat et édi­to­ri­al­iste G.W. Gold­nadel soulig­nent que la charge de Mélen­chon con­tre « la com­mu­nauté tchéchène en France » n’est pas étrangère au fait que les Tchéchènes ne font pas par­tie « de son aimable clien­tèle ». On pour­rait ajouter que les enseignants sont effec­tive­ment plus proches de son cœur de cible électoral.

De nom­breux esprits mesquins, comme Manuel Valls sur le Huff­post, ne ména­gent pas leurs cri­tiques con­tre les « islamo-gauchistes », sans les nom­mer ouverte­ment. Mar­i­anne a dans un arti­cle du 19 octo­bre l’outrecuidance de rap­pel­er des pris­es de posi­tion et déc­la­ra­tions du leader de LFI qui jet­tent un jour nou­veau sur le énième revire­ment de J.L. Mélen­chon. Un politi­cien qui devrait con­naitre les affres des tri­bunaux, une asso­ci­a­tion de Tchéchènes appelant à porter plainte con­tre lui après ses pro­pos sur le « prob­lème » avec la com­mu­nauté tchétchène, nous apprend 20 min­utes.

La militante CGT bouffe du catho tradi

À Angers, un rassem­ble­ment en hom­mage au pro­fesseur décapité a été organ­isé le 19 octo­bre. On aurait pu s’attendre à ce que l’islamisme soit pointé du doigt après le sor­dide atten­tat. C’était sans compter sur l’intervention d’une mil­i­tante de la CGT. Ouest-France nous apprend que « le temps du recueille­ment a déjà volé en éclat ». Valeurs actuelles est plus pro­lixe sur les déc­la­ra­tions qui ont sus­cité des réac­tions houleuses d’une par­tie des per­son­nes présentes : « une syn­di­cal­iste de la CGT accuse “l’en­seigne­ment privé” catholique sous les huées ». C’est ce que l’on appelle avoir l’esprit d’à propos.

Dupont-Moretti et l’obsession des réseaux sociaux

Le nou­veau min­istre de la jus­tice est rarement sur la même longueur d’onde que le min­istre de l’intérieur. La polémique sur l’emploi du terme « ensauvage­ment » en est une illus­tra­tion. Éric Dupont-Moret­ti sem­ble avoir deux obses­sions dans la péri­ode : les réseaux soci­aux et l’extrême droite.

Le Parisien fait le 20 octo­bre sa une sur son souhait d’encadrer les réseaux soci­aux. Le maitre des élé­gances s’indigne égale­ment de « la grande indé­cence d’une par­tie de la classe poli­tique », nous apprend Le Figaro. Cha­cun aura com­pris que quand Dupont-Moret­ti com­mente un événe­ment impor­tant, c’est du sérieux, mais que quand des femmes et des hommes poli­tiques qui ne sont pas de son bord analy­sent les événe­ments, cri­tiquent le gou­verne­ment et font des propo­si­tions, ils sont imman­quable­ment en train de faire de la « récupéra­tion ».

Patrick Cohen aime les migrants, moins l’islamisme

Les courageux audi­teurs de France inter ont subi pen­dant plusieurs années le mil­i­tan­tisme pro migrants de Patrick Cohen sur les ondes de la radio affil­iée à l’État français. Le jour­nal­iste n’avait pas de mots assez durs pour fustiger cette France qui trainait des pieds à accueil­lir des cohort­es de musul­mans au plus fort de la crise migra­toire de 2015. Tous les musul­mans ne sont pas islamistes, mais tous les islamistes sont musul­mans pour­rait-on rap­pel­er à celui qui à l’occasion d’un édi­to sur France 5 nous apprend que « la guerre (con­tre l’islamisme NDLR) est déclarée ». Un édi­to salué par la toile, nous apprend Non stop peo­ple. Une « toile » un peu absente pour saluer le courage de ceux qui dénon­cent par­fois dans le vide depuis de nom­breuses années l’islamisme qui gan­grène la société française. La mémoire courte et la fin de l’emballement médi­a­tique risquent mal­heureuse­ment de nous faire oubli­er rapi­de­ment ce grand moment de réalisme.

Les ardeurs insoupçonnées de Gérald Darmanin

Le min­istre de l’intérieur n’a égale­ment pas de mots assez durs et crus pour dénon­cer l’islamisme. Comme Emmanuel Macron, il n’hésite plus à employ­er le mot d’islamisme et à par­ler de l’expulsion de clan­des­tins fichés S, etc. Si l’on peut s’en réjouir, on peut aus­si se deman­der pour quelle rai­son cela n’a pas été fait plus tôt et surtout de manière beau­coup plus mas­sive. C’est un début et on revient de loin. À ce pro­pos, un ancien leader du CCIF a la cru­auté d’exhumer un arti­cle du quo­ti­di­en La Voix du nord annonçant une réu­nion publique sur « l’islamophobie » à laque­lle ont par­ticipé Gérald Dar­manin et…le CCIF. Vous savez, ce con­cept que l’on ose main­tenant qual­i­fi­er de machine à dis­qual­i­fi­er voire à crim­i­nalis­er toute cri­tique de l’islam et de l’islamisme. De son côté, Joaquim Velio­cas, de l’Observatoire de l’islamisation, prédit sur Twit­ter que le min­istre de l’intérieur ne se coltin­era pas les Frères musul­mans présents en France et nés à l’étranger. Un com­men­taire sans doute mesquin.

Médiapart et les assassins islamistes

Sur le blogue de Médi­a­part, « Hors les murs » se livre le 19 octo­bre à une longue cri­tique du mode d’arrestation trop « som­maire » des assas­sins islamistes. Face à la bron­ca, l’auteur a remanié son arti­cle pour le « met­tre en per­spec­tive ». Quelles que soient les arguties util­isées, il n’est pas cer­tain qu’elles con­va­in­quent de nom­breux français favor­ables à la peine de mort et qui ne reprocheront jamais à la police de ne pren­dre aucun risque avec des indi­vidus capa­bles du pire…

Voir notre papi­er spé­ci­fique sur le sujet https://www.ojim.fr/assassinat-islamiste-mediapart-et-la-bande-de-plenel-toujours-pas-clairs/

France Culture et les cathos traditionnalistes, encore !

La radio affil­iée à l’État français entend se démar­quer de la mise en accu­sa­tion de l’islamisme meur­tri­er. La rubrique « le jour­nal des idées » illus­tre le 20 octo­bre un arti­cle sur l’assassinat de Samuel Pat­ty et la résur­gence de l’accusation de blas­phème par… une pho­to d’une man­i­fes­ta­tion de catholiques tra­di­tion­nal­istes avec la ban­de­role « non aux insultes à Jésus Christ ». Devant la bron­ca sur les réseaux soci­aux, la pho­to est rem­placée par un « je suis Samuel » beau­coup plus consensuel.

Faut-il comme Sud-Ouest rap­pel­er la longue liste des atten­tats islamistes en France depuis 2015. Plus glob­ale­ment, Ouest France nous infor­mait en novem­bre 2019 que la France était le pays le plus touché par le ter­ror­isme islamiste : 71 atten­tats, 317 morts. On attend que France Cul­ture fasse le décompte des vic­times des dan­gereux extrémistes chrétiens…

Les oui, mais… sont nombreux

Gas­ton Crémieux a fait sur Twit­ter un « thread » de 26 mes­sages. Une belle col­lec­tion de « oui, mais » après l’attentat de Con­flans-Sainte-Hon­orine. C’est un véri­ta­ble festival :

« Tant que ce pays qui fut longtemps intel­li­gent con­fon­dra lib­erté d’expression et droit au blas­phème, il y aura sans cesse des morts atro­ces sur son ter­ri­toire » affirme Arnaud Viviant.

Edwy Plenel est surtout très préoc­cupé par « l’extrême droite qui cherche à récupér­er l’attentat ».

Le syn­di­cat polici­er Syn­ergie Officiers iro­nise sur les pen­sées attristées du « jour­nal­iste » com­mu­nau­tariste Taha Bouhafs, en se deman­dant si celles-ci vont à la famille de la vic­time ou à la famille de l’auteur de l’attentat. Un tweet que ce dernier qual­i­fie de « raciste ».

Pour « remet­tre l’église au milieu du vil­lage », si l’on ose dire, rien de mieux que de don­ner la parole à l’un des spé­cial­istes de l’islamisme en France, Alexan­dre Del Valle, qui s’exprimait le 19 octo­bre sur Moran­di­ni Live sur CNews :

« Nos poli­tiques sont RESPONSABLES en per­me­t­tant l’immigration incon­trôlée et les prêcheurs de haine. « Coupeurs de langues com­plices des coupeurs de têtes » : #Samuel­Pat­ty. À suiv­re hélas, à suivre…

Derniers portraits ajoutés

Claude Askolovitch

PORTRAIT — Claude Askolovitch débute sa car­rière à Sci­ences et Vie Économie puis entre à RFO avant d’être engagé au Matin de Paris. Fin 1987, il rejoint Europe 1 puis devient reporter à l’EDJ et à Marianne.

Christophe Barbier

PORTRAIT — Ex-Patron de L’Express (2006–2016), Christophe Bar­bi­er a ren­du omniprésents dans le débat pub­lic sa sil­hou­ette svelte et son écharpe rouge. Est-il vrai­ment de gauche, comme il l’a longtemps soutenu ?

Élisabeth Laborde

PORTRAIT — Anci­enne attachée de presse de Matthieu Pigasse, auquel elle doit sa mobil­ité pro­fes­sion­nelle ful­gu­rante, Élis­a­beth Labor­de est l’archétype de la « dircom » fémin­iste et bobo qui veut remod­el­er le monde de l’entreprise à son l’aune des mantras pro­gres­sistes contemporains.

Pascal Praud

PORTRAIT — Loin d’être l’homologue français de Tuck­er Carl­son ou de Sean Han­ni­ty comme le fan­tasme la presse de gauche, Pas­cal Praud prof­ite d’un cli­mat poli­tique trou­blé et d’une cen­sure gran­dis­sante pour endoss­er le rôle des “porte-parole des Mar­cel au bistrot” et faire grimper les audiences.

Glenn Greenwald

PORTRAIT — Ancien avo­cat d’af­faires, par la suite spé­cial­isé dans les lit­iges civiques et con­sti­tu­tion­nels, Glenn Green­wald est depuis près de 20 ans entière­ment dédié à la défense lit­térale et intran­sigeante de la con­sti­tu­tion améri­caine et de ses garanties en matière de lib­ertés individuelles.